Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réjanne globetrotteuse
  • : Venez découvrir ma passion et la réalisation de mes rêves: voyager un an en Asie ainsi que mes autres découvertes, telles que trekking et pèlerinage. Parcours, carnets de route, impressions, photos, conseils...
  • Contact

Recherche

5 septembre 2021 7 05 /09 /septembre /2021 18:49

De retour du Sentier International des Appalaches depuis une semaine, je commencerai par dire que l’édition 2021 ne s’est pas tout à fait passée comme prévu mais je vais garder les détails pour un prochain article. Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de la préparation de la nourriture car cela a occupé une bonne partie de notre temps dans les semaines qui ont précédé le départ. Nous devions prévoir 19 jours de nourriture pour une longue randonnée en complète autonomie puisque nous allions être dans le bois loin des villages pour se ravitailler durant tout ce temps-là.

La préparation pour autant de jours d’autonomie alimentaire demande du temps et de l’énergie pour la planification des menus et la préparation des repas.  Au printemps je me suis achetée un déshydrateur de base, le Hamilton Beach avec 5 plateaux qui m’a coûté 69$ et j’en suis très satisfaite. En tout, ce sont des journées et parfois même des nuits à faire tourner le déshydrateur pour arriver à avoir 19 repas équilibrés de prêt ainsi que des snacks de fruits et légumes mais je me suis beaucoup amusée à créer des recettes, à faire des essais et à déguster pour tester. Le but était de préparer des choses que j’aime mais aussi de réduire le plus possible le poids de la nourriture qui est l’élément le plus pesant dans le sac à dos quand tu pars en randonnée pour plusieurs jours.

Et maintenant, c'est le temps de faire les boîtes!
Et maintenant, c'est le temps de faire les boîtes!

Et maintenant, c'est le temps de faire les boîtes!

Le SIA met à la disposition des randonneurs 6 grosses boîtes (3 dans la réserve faunique de Matane et 3 dans le parc national de la Gaspésie) où nous pouvons déposer des boîtes de ravitaillement à l’avance ou bien faire appel aux services du SIA pour les déposer). Nous avions choisi d’avoir un ravitaillement dans chaque boîte pour avoir le moins de poids possible à porter durant la randonnée, ce qui fût un choix judicieux. On a fait livrer celles dans la réserve par le SIA et on a déposé nous-même celles dans le parc de la Gaspésie le jour avant de commencer notre longue randonnée. On a un peu sous-estimé les distances et surtout le temps que cela nous prendrait car on a roulé de nombreux kms sur des routes de gravelle mais on a réussi à compléter notre rallye boîtes de ravitaillement le jour J-1. Nous avions donc des boîtes pour 5 jours, 3 jours et 2 jours d’autonomie. Pour 5 jours, la mienne pesait 2,5 kg, soit environ 0,5 kg de nourriture par jour. Voici donc, le détail de ce que j’avais prévu :

Dêpot de nos boîtes de ravitaillement

Dêpot de nos boîtes de ravitaillement

Déjeuner

  • Gruau au quinoa auquel j’ai ajouté des graines de chia, tournesol, courge, sésame, beurre d’arachide en poudre, raisins secs, banane et fraises déshydratées.
  • Macha latté
  • En complément, œufs en poudre Happy Yak (pour environ 6 repas de 2 œufs) accompagnés de tomates séchées, champignons et oignons caramélisés déshydratés.

Je dois dire en partant que je ne suis vraiment pas une fan de gruau mais bon puisque c’est ce que tout le monde recommande pour la randonnée, je m’étais faite à l’idée d’en manger tous les jours. J’ai eu beau y avoir ajouté des graines et des fruits je n’ai jamais eu de plaisir en le mangeant mais surtout je ne me sentais pas rassasiée. Pourtant j’avais quand même de bonnes portions mais si je mangeais juste du gruau, je commençais à avoir faim au bout d’une ½ h de marche. Par contre, les matins où je complétais mon gruau par des œufs en poudre réhydratés cuits avec mon mélange maison de tomates séchées, champignons et oignons caramélisés, là je me sentais l’estomac plein et content. Je me demande si je ne manquais pas tout simplement de protéines.

Préparation des sacs de déjeuner
Préparation des sacs de déjeuner
Préparation des sacs de déjeuner

Préparation des sacs de déjeuner

Mon gruau quotidien avec ma tasse de macha latté

Mon gruau quotidien avec ma tasse de macha latté

Snacks

  • 2 barres tendres de noix et fruits par jour + 1 barre de protéines Cliff tous les 2 jours
  • 1 collation de mélanges de graines et noix par jour (tournesol, courge, noix de Grenoble, pécan, macadam, Brésil, noix de cajou salées ou non et pépites de chocolat dans celles non salées).
  • 1 collation de mélange de fruits secs et déshydratés (datte, banane, raisins, canneberges, abricots, fraises, kiwis, figues).

 

J’ai déshydraté des fruits pour les collations et aussi pour ajouter au gruau. J’ai adoré les kiwis qui sont rafraîchissants et les fraises qui apportaient un peu de goût à mon gruau du matin. Je commençais à manger ma collation de fruits secs et déshydratés à toutes les heures le matin. Ensuite je m’attaquais à une barre tendre. L’après-midi, si il me restait des fruits, je recommençais à en manger, puis j’enchaînais avec des noix et vers la fin de la randonnée, quand j’e commençais à avoir une baisse d’énergie c’était le temps de manger une ½ barre Cliff aux protéines. Une fois arrivée au campement, je finissais de manger ce qu’il me restait de snack du jour.

Au bout d’une semaine, j’ai commencé à saturer au niveau des fruits secs. Je me forçais pour en manger mais j’en avais plus vraiment envie. Ensuite, j’ai commencé à saturer aussi au niveau des noix surtout celles sucrées avec le chocolat. Je préférais celles salées. Au bout du 9e jour, j’ai commencé à avoir tout le temps faim. On aurait dit que je n’étais jamais rassasiée. C’est là que j’ai mangé le plus de barres. En fait, c’était ce qui me faisait le plus envie et qui me donnait le plus de satisfaction durant la marche. J’étais bien contente d’avoir 2 barres ½ par jour + quelques extras car il n’y a pas eu de reste. J’ai même mangé une des barres de Diane qui pourtant n’en avait pas emporté beaucoup.

Mes snacks
Mes snacks
Mes snacks
Mes snacks

Mes snacks

Lunch

  • 1 tortilla au maïs par jour avec thon en sachet, saumon déshydraté ou humus déshydraté et quelques mayonnaises en sachet (gracieuseté de Diane)
  • Chips de betterave déshydratées ou brocoli au pesto déshydraté

Les 1ers jours j’ai mangé mon saumon déshydraté que j’ai adoré. Je me suis rendue compte que les journées oû j’avais du saumon ou du thon avec ma tortilla, j’avais beaucoup moins faim le reste de la journée. J’ai réalisé que cela me prenait quelque chose de consistant le midi avec des protéines sinon mon niveau d’énergie n’était pas optimum. Juste une tortilla avec du humus ce n’était pas suffisant. Certains matins, je préparais plus d’œufs et j’en mettais dans ma tortilla pour le lunch. Cela aussi c’était gagnant. Et la petite touche qui égaillait mes lunchs c’était quand j’avais un sachet de mayonnaise. J’ai adoré et je remercie Diane qui me les avait donnés. C’est certain que cela va devenir un ‘’must’’ pour mes prochaines longues randonnées.

Peu importe le lunch, il goûte tellement meilleur avec de la mayo mais aussi avec la vue panoramique!
Peu importe le lunch, il goûte tellement meilleur avec de la mayo mais aussi avec la vue panoramique!

Peu importe le lunch, il goûte tellement meilleur avec de la mayo mais aussi avec la vue panoramique!

Souper

  • 1 cup-a-soup, soupe miso ou soupe thaï aux vermicelles de riz
  • Mes repas maison déshydratés  comprenaient:
  • -pâtes de riz/quinoa avec tofu, yogurt, vin blanc, champignons, noix de cajou, carottes, kale
  • -fèves noires avec riz ou quinoa, tofu, poivron, tomates, kale, champignon
  • -fèves mung avec riz, champignons, oignons, haricots, kale, tofu et curry
  • -lentilles avec riz ou quinoa, tofu, champignons, kale, haricots, oignons et curry
  • -pois chiches avec riz, tofu, patate douce, carottes, haricots, concentré de tomate et curry
  • -spaghetti de riz (non déshydraté) avec tofu, crevettes, courgettes, champignon, concentré de tomate et curry rouge
  • -Sachet Tasty bites Bombay potatoes avec une boîte de thon (1 souper non déshydraté)
Avant et après déshydratation des pois chiches, patates douces et haricots
Avant et après déshydratation des pois chiches, patates douces et haricots

Avant et après déshydratation des pois chiches, patates douces et haricots

Carottes, harricots, brocolis
Carottes, harricots, brocolis
Carottes, harricots, brocolis

Carottes, harricots, brocolis

Déshydratation des lentilles
Déshydratation des lentilles

Déshydratation des lentilles

Mes repas étaient tous supers bons et assez variés même si les accompagnements se ressemblaient un peu. Diane avait des pâtes pour chaque souper (sauf un avec du riz) avec 3 ou 4 recettes différentes et pas toujours la même sorte de pâtes mais elle ne s'en est jamais lassé. D’après ce qu’on m’avait dit, pour les soupers déshydratés, on vise des portions de 170 g. Je n’ai jamais pesé les miennes mais je pense bien qu’elles étaient au moins de ce poids-là. Pour mes soupers, j’ai déshydraté la plupart des légumes séparément, ainsi que le tofu et le riz ou quinoa en complément. J’ai tout assemblé dans des sachets individuels et numérotés pour chaque jour. J’avais prévu les repas les plus pesants pour les soirs ou on récupérait notre boîte pour m’éviter de porter plus de poids le lendemain. J’avais un peu peur de ne pas avoir des portions suffisantes mais au final les quantités étaient parfaites. J’étais toujours étonnée de voir qu’avec si peu dans mon zip lock j’arrivais à remplir la moitié de mon chaudron une fois réhydraté. Et j’étais encore plus surprise de voir que j’arrivais à engloutir tout cela en plus de ma petite soupe et parfois même finir par une barre. En fait, c’est cela qui m’a un peu manqué. J’aurais aimé avoir un dessert surtout les derniers jours quand j’avais tout le temps faim.

Exemple de soupers pour 4 jours

Exemple de soupers pour 4 jours

Les soupers sont un grand moment de joie et de réconfort et les lentilles + riz sont parmi mes préférés
Les soupers sont un grand moment de joie et de réconfort et les lentilles + riz sont parmi mes préférés
Les soupers sont un grand moment de joie et de réconfort et les lentilles + riz sont parmi mes préférés

Les soupers sont un grand moment de joie et de réconfort et les lentilles + riz sont parmi mes préférés

Ça y est ma fourchette-cuillière vient de me lâcher!
Ça y est ma fourchette-cuillière vient de me lâcher!
Ça y est ma fourchette-cuillière vient de me lâcher!

Ça y est ma fourchette-cuillière vient de me lâcher!

Special Treats (dans les boîtes des campings seulement)

  • -sac de chips au plantain
  • -purée de fruits et légumes pour bébé.

Plus on passe de temps dans le bois, plus la nourriture prend une place importante dans notre quotidien et dans mon cas c’était plutôt de junk food dont je rêvais. C’est pourquoi, j’avais prévu de me faire de petites surprises dans les 3 boîtes des gros campings de la SÉPAQ. Je n'ai malheureusement pas de photo pour l'illustrer mais c’est clairement les chips au plantain qui ont fait le plus notre bonheur en ouvrant la boîte!

Récupération d'une boîte de bouffe au camping

Récupération d'une boîte de bouffe au camping

Enfin, en terminant je ne pouvais passer sous silence une petite annectdote qui démontre que même avec la meilleure préparation et toute l'attention qu'on y a mis, sans compter le nombre de fois que j'ai fait, défait et refait mes boîtes, vérifié et revérifié le contenu et bien Diane et moi avons réussi à oublier d'emporter un petit-déjeuner pour Diane et 2 petits-déjeuners pour moi.

Diane s'en est rendu compte en faisant les dépôts de nos boîtes. Il se trouve que justement dans l'une des boîtes du SIA, des randonneurs qui avaient du surplus avaient mis dans un sac identifié ''À DONNER'' des sachets de gruau. Elle était vraiment heureuse. J'en ai pris un aussi en me disant que cela pourrait peut-être accompagner mon 1er déjeuner.  Mais c'est seulement le lendemain matin après notre première nuit à l'abri de St-Vianney que j'ai réalisé qu'il me manquait 2 déjeuners. J'ai été bien contente de trouver en plus un sachet de chocolat qui avait été laissé par Kareen l'aventurière des bois. 

Heureuse découverte de gruau et de chocolat, gracieuseté de randonneurs qui nous ont précédé. Merci! Merci! Merci!
Heureuse découverte de gruau et de chocolat, gracieuseté de randonneurs qui nous ont précédé. Merci! Merci! Merci!

Heureuse découverte de gruau et de chocolat, gracieuseté de randonneurs qui nous ont précédé. Merci! Merci! Merci!

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2021 1 19 /07 /juillet /2021 20:28

C'est sur notre terrain de jeu de plein air préféré: le parc Frontenac en Ontario que Diane et moi avons effectué notre dernier test de rando-camping avant le SIA. Cette fois-ci c'est la grosse chaleur qui a été notre plus gros défi. Quand on a terminé il faisait 30 degrés avec du smog mais surtout on pense qu'il y avait au moins 90% d'humidité car comme dirait Diane: ''on a sué notre vie''. Je confirme que Diane qui habituellement ne boit presque pas et ne transpire jamais est bien ''humaine'' car elle aussi a transpiré. Moi j'avais mes 2 T-shirts complètement trempés!

Jour 1 - Rideau Trail Lac Gould
Jour 1 - Rideau Trail Lac Gould
Jour 1 - Rideau Trail Lac Gould

Jour 1 - Rideau Trail Lac Gould

Comme d'habitude, il nous arrive toujours deux choses quand on part, surtout au parc Frontenac: 1) on se perd en voiture et 2) on oublie quelque chose (ça c'est plutôt moi). Tout a bien été pour se rendre jusqu'à l'accueil du parc. Notre enveloppe avec nos documents et permis de camping nous attendaient épinglée à l'entrée du parc. On a marché une section du Rideau Trail (4F à mi-chemin entre 4E et 4D) jusqu'au lac Gould, environ 9.5 km qui vont compter pour notre défi du 50 + 50 + 50 km du RT.  Pour cette marche de réchauffement, on a seulement emporté notre petit sac à dos avec notre lunch.

Un renard sur la route, des chevreuils, des papillons, des tortues, des grenouilles.. que demander de mieux pour cette fin de semaine?
Un renard sur la route, des chevreuils, des papillons, des tortues, des grenouilles.. que demander de mieux pour cette fin de semaine?
Un renard sur la route, des chevreuils, des papillons, des tortues, des grenouilles.. que demander de mieux pour cette fin de semaine?
Un renard sur la route, des chevreuils, des papillons, des tortues, des grenouilles.. que demander de mieux pour cette fin de semaine?
Un renard sur la route, des chevreuils, des papillons, des tortues, des grenouilles.. que demander de mieux pour cette fin de semaine?

Un renard sur la route, des chevreuils, des papillons, des tortues, des grenouilles.. que demander de mieux pour cette fin de semaine?

C'est en quittant l'accueil du parc pour se rendre à notre point de départ pour le camping #1 qu'on s'est un peu perdu et qu'on a fait un grand détour. Et pourtant c'est la 3e fois qu'on y va mais même Google Map nous donne du fil à retordre. Après 3.7 km de marche avec nos sacs à dos de longue randonnée, nous arrivons à notre campement. On a rencontré seulement un groupe de marcheurs de toute la journée.

Camping 1B
Camping 1B
Camping 1B
Camping 1B
Camping 1B
Camping 1B

Camping 1B

Diane est devenue une pro pour installer en quelques minutes sa tente ultra légère qui tient juste avec son bâton de marche et 4 piquets. Et moi je choisis un endroit entre des arbres pour installer ma toile et mon bivouac. Je voulais pratiquer le lancer du sac de roches dans les arbres avec la méthode PTC pour accrocher mon sac de bouffe mais finalement mon programme a changé quand l'unique autre campeur du camping est venu nous offrir le bois qu'il avait scié en trop ainsi que du petit bois d'allumage et de l'écorce de boulot pour partir un feu.  Cela fait des années que je veux me pratiquer pour faire un feu de camp alors avec une telle offre, je me suis investie à fond dans ma nouvelle mission. Je suis super contente et fière de moi car j'ai réussi (après la 3e tentative quand même) mais cela me donne confiance pour la prochaine fois. 

Je réhydrate mon riz et pois chiches (chana masala) pour le souper et Diane mange encore des pâtes
Je réhydrate mon riz et pois chiches (chana masala) pour le souper et Diane mange encore des pâtes

Je réhydrate mon riz et pois chiches (chana masala) pour le souper et Diane mange encore des pâtes

On est aussi là pour tester notre matériel et nos plats préparés et on fait bien car même si ce sont parfois des détails cocasses, il vaut mieux que cela arrive maintenant qu'une fois dans le bois pour plusieurs jours. Dès le premier repas, Diane brise sa cuillère / fourchette en deux. En marchant, c'est une couture de ses pantalons qui a lâché. De mon côté, je réalise que ma cuillère ne rentre pas dans le mini contenant que j'ai apporté pour réhydrater mon humus. De plus, en faisant le transfert de mon matériel d'un sac à l'autre, j'ai oublié mon papier de toilette et mon chasse - moustiques. Ils sont restés dans l'autre sac dans l'auto. J'ai failli aussi perdre ma tasse sur le sentier. Une chance que Diane était là! 

Gruau de quinoa avec graines de chia, de lin, banane, fraise et raisins secs pour le petit-déjeuner
Gruau de quinoa avec graines de chia, de lin, banane, fraise et raisins secs pour le petit-déjeuner
Gruau de quinoa avec graines de chia, de lin, banane, fraise et raisins secs pour le petit-déjeuner

Gruau de quinoa avec graines de chia, de lin, banane, fraise et raisins secs pour le petit-déjeuner

Depuis plusieurs jours, je suis sur la grosse production de cuisine deshydratée. Ma méthode privilégiée c'est de deshydrater mes ingrédients séparés et je ferai mes repas en rassemblant le tout dans un sac. Mon souper je l'ai cuisiné et deshydraté il y a 2 mois. Je l'ai conservé dans un ziplock dans mon garde-manger. Je suis satisfaite car il s'est bien conservé. Par contre, je fais la même constatation que la dernière fois: les pois chiches c'est long à réhydrater. Même si j'adore cela, je crois que je vais faire l'impasse sur les pois chiches à part en humus pour le SIA car je vais devoir économiser ma bouteille de gaz.

Pour le petit-déjeuner, j'ai voulu me préparer une double ration de gruau de quinoa avec quelques ajouts mais finalement je me suis forcée pour le finir. Il y en avait trop.

Lever de lune et lever de soleil
Lever de lune et lever de soleil
Lever de lune et lever de soleil
Lever de lune et lever de soleil
Lever de lune et lever de soleil

Lever de lune et lever de soleil

Pour dormir, la dernière fois j'ai testé la pluie et cette fois-ci la chaleur. Il y a juste le froid que je n'aurai pas testé en bivouac. Une fois que j'ai eu fini de m'installer sur mon sac de couchage car c'était bien trop chaud et que j'ai arrêté de bouger, je me suis calmée dans mon bivouac et j'ai commencé à avoir un peu moins chaud. L'espace étant vraiment restreint, j'ai mis mon sac à dos dans le fond, ce qui m'a permis de dégager un peu la toile pour ne pas la sentir directement sur moi. Et puis en mettant ma tête proche du filet, je pouvais respirer l'air frais. Mais avec le bruit des moustiques qui s'aglutinaient autour du filet, j'ai mis les bouchons pour ne plus les entendre.

J'ai super bien dormi. Je me suis réveillée seulement 2 fois dont une fois à cause du cri de la chouette ou du hibou. 

Jour 2 - 6 heures de marche avec le sac à dos
Jour 2 - 6 heures de marche avec le sac à dos
Jour 2 - 6 heures de marche avec le sac à dos
Jour 2 - 6 heures de marche avec le sac à dos
Jour 2 - 6 heures de marche avec le sac à dos
Jour 2 - 6 heures de marche avec le sac à dos

Jour 2 - 6 heures de marche avec le sac à dos

Départ du camp à 9h pour une randonnée avec sac à dos et on transpire déjà. Notre objectif du jour est Flag Pole. Avec seulement 2 litres, je dois rationner mon eau car j'ai pas envie d'en manquer au retour. On était en forme pour marcher. Les paysages sont magnifiques. Les moustiques et mouches nous aggressent seulement dans quelques endroits mais c'est la chaleur intense et l'humidité qui sont les plus difficiles à gérer. Je transpire par tous les pores de mon corps et les gouttes perlent sur mon front. Vive les chandails en merinos qui restent confortables malgré tout!

Flag Pole: c'est ici la pause lunch avec une vue panoramique et une brise bien méritées!
Flag Pole: c'est ici la pause lunch avec une vue panoramique et une brise bien méritées!
Flag Pole: c'est ici la pause lunch avec une vue panoramique et une brise bien méritées!
Flag Pole: c'est ici la pause lunch avec une vue panoramique et une brise bien méritées!
Flag Pole: c'est ici la pause lunch avec une vue panoramique et une brise bien méritées!
Flag Pole: c'est ici la pause lunch avec une vue panoramique et une brise bien méritées!

Flag Pole: c'est ici la pause lunch avec une vue panoramique et une brise bien méritées!

Sur le chemin du retour on rencontre notre unique randonneur de la journée: il s'agit d'une femme qui marche seule avec un énorme sac à dos. Elle va dormir au même camping que nous mais fait une boucle de randonnée avant de s'y rendre.

Une autre belle fin de semaine de randonnée et camping qui vient de se terminer. À chaque fois, on gagne en confiance. On apprivoise tous les rudiments de la longue randonnée. On n'aura jamais été aussi bien préparé et aussi en forme. Plus que 2 fins de semaines et puis ce sera la suite de notre grande traversée de la Gaspésie.

15 h: Fin de la randonnée!

15 h: Fin de la randonnée!

Partager cet article
Repost0
20 juin 2021 7 20 /06 /juin /2021 19:06

Après plusieurs mois d'inactivité sur le blog, je me décide à publier de nouveau. Toujours aucun grand voyage en perspective mais un projet de longue randonnée qui me tient à coeur. En août prochain, Diane et moi allons continuer sur le GR A1. Cette fois-ci, nous allons marcher la section la plus difficile du sentier à travers la réserve faunique de Matane et le parc national de la Gaspésie, environ 245 km en19 jours.  Et bien entendu pour une telle randonnée, cela demande beaucoup de préparation. C'est donc pour s'entrainer et tester notre matériel que nous avons décidé de partir pour 3 jours / 2 nuits en randonnée et camping au Lac Philippe dans le parc de la Gatineau.

11 kilos avec nourriture et 2 litres d'eau. Ouf! Tout est rentré dans le sac

11 kilos avec nourriture et 2 litres d'eau. Ouf! Tout est rentré dans le sac

Même si j'ai de l'expérience de camping et de la longue randonnée, on dirait toujours que je repars à zéro. Il ne s'est écoulé que 3 saisons et c'est comme si cela faisait une éternité. On oublie vite et je me pose toujours les mêmes questions: qu'est-ce que j'emmène comme vêtements? qu'est-ce que j'apporte comme bouffe? est-ce que tout va rentrer dans le sac à dos? combien mon sac va peser? est-ce que je suis assez en forme pour marcher avec mon sac sur le dos? Normalement cela aurait du être un oui très confiant pour cette dernière question car on a fait des randonnées tout l'hiver et ce printemps ainsi qu'un défi de 50 km sauf que je me suis blessée au petit orteil il y a 2 semaines alors j'étais un peu moins confiante.

À gauche: tente de Diane, à droite: mon bivouac

À gauche: tente de Diane, à droite: mon bivouac

La nouveauté pour nous cette année est que nous allons dormir en camping 12 de nos 19 nuits alors qu'on avait dormi juste dans les abris et refuges sur la section Matapédia et Avalon. Diane va utiliser sa tente ultra légère (1 kg) et j'ai opté pour ce qui est le plus minimaliste: un sac bivouac de moins de 500 gr dans lequel j'avais fait seulement une tentative de dormir plus ou moins réussie en arrière de chez nous. Alors en fin de semaine c'était le gros test: ça passe ou bien je change d'option.

11 km de marche sous la pluie
11 km de marche sous la pluie
11 km de marche sous la pluie

11 km de marche sous la pluie

Vendredi: journée parfaite pour le test de la randonnée sous la pluie. Il n'a pas arrêté de pleuvoir durant nos 3 heures de marche jusqu'au camping. Je suis arrivée avec les pieds mouillés mais je m'y attendais. Je n'avais pas pris mes bottes Lowa que j'ai porté et porterai encore sur le SIA car je veux les préserver le plus possible.

Installation du campement entre 2 averses
Installation du campement entre 2 averses
Installation du campement entre 2 averses

Installation du campement entre 2 averses

Malgré la pluie, les moustiques sont quand même au rendez-vous. Diane a réussi à monter sa tente à la perfection mais il faut dire qu'elle s'est pratiquée chez elle la veille à la monter et démonter plusieurs fois de suite. Je me demande toujours si cela va tenir debout car c'est seulement son baton de randonnée qui tient la structure. Et bien oui, elle a résisté à deux nuits dont une avec pluie et orage. De mon côté je me suis pratiquée à la méthode PCT pour accrocher nos sacs de nourriture après une branche. J'ai réussi sauf que je ne suis pas assez grande pour l'installer assez haut pour qu'il ne soit pas à la portée d'un ours. Enfin au lac Philippe c'était pas les ours qui nous inquiétaient mais plutôt les ratons-laveurs et aucun rongeur n'est venu gratter dans nos sacs.

Tente ou bivouac?
Tente ou bivouac?
Tente ou bivouac?
Tente ou bivouac?
Tente ou bivouac?
Tente ou bivouac?

Tente ou bivouac?

Finalement, j'ai super bien dormi dans mon bivouac même la première nuit avec la pluie et l'orage. Le plus gros défi c'est de rentrer et sortir du bivouac car tu dois te glisser là dedans les pieds en premier comme dans un sac de couchage. C'est pas évident, surtout quand tu veux te lever au milieu de la nuit pour faire pipi et que le sol est mouillé. J'avais mis 2 piquets pour le garder droit au sol et j'ai ajouté une corde pour tendre le demi-cercle au-dessus de ma tête. J'ai du tout fermer à cause de la pluie. J'avais peur d'étouffer un peu et qu'il y ait trop de condensation mais non sauf l'extrémité du sac de couchage qui était mouillée ou plutôt humide à l'extérieur car le sac de couchage touchait le bivouac. La 2e nuit j'ai pu m'endormir en regardant la lune avec seulement la moustiquaire sur la partie coté tête.

Caverne Lusk: la dernière photo c'est par là qu'on ressort!
Caverne Lusk: la dernière photo c'est par là qu'on ressort!
Caverne Lusk: la dernière photo c'est par là qu'on ressort!
Caverne Lusk: la dernière photo c'est par là qu'on ressort!
Caverne Lusk: la dernière photo c'est par là qu'on ressort!

Caverne Lusk: la dernière photo c'est par là qu'on ressort!

Samedi: randonnée jusqu'à la caverne Lusk. Ni Diane ni moi n'avons relevé le défi de traverser la caverne. On a regardé plusieurs marcheurs qui ont essayé mais aucun n'est allé jusqu'au bout car il faut se mettre dans l'eau froide jusqu'au cou et faut pas être claustrophobe car le trou pour la sortie c'est vraiment pas grand. J'ai pas voulu prendre de risque inutile avec mon pied et cela ne me tentait pas non plus mais c'est un très beau sentier pour s'y rendre.

Fin de semaine test / préparation au SIA
Fin de semaine test / préparation au SIA
Fin de semaine test / préparation au SIA
Fin de semaine test / préparation au SIA

On a racourci la randonnée à environ 10 km car mon orteil me faisait souffrir. 

Chana masala + riz
Chana masala + riz

Chana masala + riz

Nouveauté aussi de cette année: je me suis achetée un deshydrateur. Pour mon 1er repas, je teste le chana masala (pois chiches) avec riz que j'avais deshydraté il y a un mois. C'était excellent au goût, seul bémol: j'ai dû le faire mijoter plusieurs minutes car les pois chiches prennent du temps à réhydrater. Diane s'était préparée des pates au tofu.

Petit déjeuner
Petit déjeuner

Petit déjeuner

Pour le petit-déjeuner, je teste les oeufs déshydratés de la compagnie Yak car je voudrais varier mes repas et ne pas manger juste du gruau le matin. J'avais séparé le sachet en 2 portions qui équivalaient à environ 3 oeufs chaque. J'y ai ajouté du brocoli deshydraté, un peu d'huile. C'était excellent. Je vais garder cette option mais je vais diviser le sac en 3 portions et je mangerai aussi une portion de gruau. L'inconvénient des oeufs c'est qu'il faut d'abord les réhydrater à froid pendant 15 minutes avant de les faire cuire. Donc, il faudra que je prévois cela sur le SIA.

Autre nouveauté de cette année: nous étreinons les nouveaux couvre chaudron isolant que notre amie Janice a fabriqué pour nous. C'est très efficace pour garder la nourriture au chaud afin qu'elle se réhydrate bien. 

Mes oeufs jour 2. Je commence à mettre la bonne quantité d'eau pour avoir la bonne consistence
Mes oeufs jour 2. Je commence à mettre la bonne quantité d'eau pour avoir la bonne consistence
Mes oeufs jour 2. Je commence à mettre la bonne quantité d'eau pour avoir la bonne consistence

Mes oeufs jour 2. Je commence à mettre la bonne quantité d'eau pour avoir la bonne consistence

Pour mon 2e souper, je teste un plat de pâtes, tofu, champignons, poireaux, sauce au yogourt de coco et vin blanc et Diane a des pates teriyaki. Mon repas est excellent. Je vais mettre mes 2 recettes au menu du SIA.

Merci Janice!

Merci Janice!

Le lac Philippe est magnifique à toute heure du jour
Le lac Philippe est magnifique à toute heure du jour
Le lac Philippe est magnifique à toute heure du jour
Le lac Philippe est magnifique à toute heure du jour
Le lac Philippe est magnifique à toute heure du jour
Le lac Philippe est magnifique à toute heure du jour

Le lac Philippe est magnifique à toute heure du jour

Dimanche: randonnée de 10 km avec nos sacs sur le dos qui semblent aussi lourd qu'à l'aller et pourtant on a la bouffe en moins. On teste la randonnée avec la chaleur et les moustiques jusqu'au retour aux autos. Cette fin de semaine aura été une belle pratique en vue du SIA. Pour pousser l'entrainement, on a même battu un autre de nos records: celui de porter le même chandail le plus longtemps: c'est-à-dire: 3 jours et 2 nuits. 

On gagne en confiance pour notre prochaine longue randonnée!
On gagne en confiance pour notre prochaine longue randonnée!

On gagne en confiance pour notre prochaine longue randonnée!

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2021 6 02 /01 /janvier /2021 16:40

2020 n’aura pas été une année comme les autres mais finalement quand je fais le bilan, je m’estime chanceuse d’avoir vécu cette année sous le signe de la résilience et de la connexion à notre mère nature.

Tout avait très bien commencé! Pour l’hiver 2020 je m’étais fixée comme objectif me remettre au ski alpin après quelques années sans chausser mes skis. J’ai fait plusieurs sorties à Camp-Fortune et retrouvé le plaisir de la glisse. J’en ai profité jusqu’à cette dernière journée en mars d’une saison brutalement écourtée par l’annonce du confinement. La veille je skiais encore, le lendemain j’étais confinée comme l’ensemble du Québec.

Entre janvier et février, j’ai complété mon défi du Rideau Trail : randonner en raquettes de Kingston à Ottawa, +300 kms en 3 hivers que j’ai finalement terminé le 1er mars 2020 à Merrickville en compagnie d’un groupe d’amis formidables du Rideau Trail. Cette journée-là était vraiment spéciale car je fêtais aussi mon arrivée au Canada il y a 25 ans déjà. J’étais loin de me douter que c’était les dernières accolades et câlins que j’allais échanger avant longtemps.

Rétrospective 2020 de Réjanne Globetrotteuse

Sur le plan professionnel, il a fallu faire preuve d’adaptabilité puisque du jour au lendemain je me suis retrouvée comme bien d’autres à faire du télétravail dans mon sous-sol. Les réunions Teams sont devenues ma nouvelle réalité. Et pour me garder motivée à me lever tous les matins, je me suis embarquée dans des pratiques de méditation et de yoga à 6h du matin sur Zoom : un défi de 21 jours. J’ai jamais fait autant de yoga de ma vie. C’est ce qui m’a sauvé de la solitude durant le confinement.

Avec la pandémie, finis les voyages! J’ai donc mis sur pause mes projets de retourner en Amérique du sud et en France. Mais comme j’ai la chance de vivre sur un territoire immense, mon besoin d’aventure et d’exotisme a quand même pu être comblé en 2020. Avant même la pandémie, j’avais déjà en tête un projet de longue randonnée en Gaspésie. Le projet a pris forme et c’est toute la préparation avec l’entraînement physique et la découverte de la cuisine déshydratée qui m’a gardé motivée durant le printemps et le début de l’été. Fin juillet et début août, Diane et moi, on a pu tester nos limites, marcher et vivre dans le bois durant 12 jours en portant notre bouffe et tout ce dont nous avions besoin, sur le magnifique Sentier International des Appalaches. Une expérience difficile mais tellement gratifiante.

Rétrospective 2020 de Réjanne Globetrotteuse

Fin septembre, l’exotisme a pris la forme de s’endormir au cri des loups, de se réveiller au milieu de la nuit au cri de la chouette et de voir des levers de lune sur des lacs en complétant mon 2e défi Frontenac : environ une semaine de randonnée et camping dans un parc provincial en Ontario encore une fois avec Diane mais aussi en partie avec nos amis Janice, David et Michel.

Rétrospective 2020 de Réjanne Globetrotteuse
Rétrospective 2020 de Réjanne Globetrotteuse

Durant ces escapades, j’étais tellement connectée à la nature que j’en oubliais jusqu’à la pandémie. Rien de mieux que la nature pour soigner son corps et son âme. Ça je le savais déjà mais beaucoup l’ont découvert durant cette année de pandémie. Les sentiers n’auront jamais été aussi populaires. Du coup, j’ai commencé à éviter le parc de la Gatineau, victime de son succès, qui est en train de devenir une autoroute de marcheurs et je suis partie à la découverte de nouveaux sentiers dans la région de l’Outaouais et d’Ottawa.

Rétrospective 2020 de Réjanne Globetrotteuse

Pas d’escapades de yoga à l’ashram de Val-Morin cette année mais une mini retraite de yoga à la ferme Tamarak de Léo, une de mes professeures de yoga. J’ai aussi fait du gardiennage de son chat Pru et j’ai même survécu à une fin de semaine de décembre sans chauffage dans sa ferme avec pour seule compagnie Pru qui est adorable.

Rétrospective 2020 de Réjanne Globetrotteuse
Rétrospective 2020 de Réjanne Globetrotteuse

Tout compte fait, je m’estime chanceuse et satisfaite de mon année 2020. J’ai même entrepris de faire du rangement à la Marie Kondo chez nous (un projet qui va continuer en 2021) et je me suis remise au tricotage. Décidemment, 2020 aura été une année remplie de surprises!

Il est temps de tourner la page sur cette année et je nous souhaite une année 2021 qui ne sera ni comme 2020 ni comme les années passées. Je souhaite qu’on continue à se tourner vers la nature en la respectant et en la protégeant. Bien sûr, j’ai quelques projets pour 2021 : comme un séjour en yourte en mars et la suite de ma longue randonnée sur le SIA avec la traversée des montagnes Chic-Chocs.

 

Bonne année 2021 en santé à toutes à tous!

Rétrospective 2020 de Réjanne Globetrotteuse
Partager cet article
Repost0
10 octobre 2020 6 10 /10 /octobre /2020 19:57

Je viens de compléter mon 2e défi Frontenac avec Diane et aussi en partie avec Janice, David et Michel. Cette année on a choisi de prendre une semaine de vacances afin de vivre une totale immersion dans le bois.  J'ai fait la planification, les réservations de camping et le programme pour les boucles. C'était pas toujours évident mais j'ai essayé de trouver un juste équilibre entre la marche avec le sac plein pour se rendre aux sites de camping et les 11 boucles qu'on devait marcher pour le défi. J'avais donc réservé dans 3 campings différents: 2 nuits, 4 nuits et 2 nuits. Coté logistique cela demandait donc une certaine organisation.

Jour 1: Arab Lake, Doe Lake et arrivée à Slide Lake
Jour 1: Arab Lake, Doe Lake et arrivée à Slide Lake
Jour 1: Arab Lake, Doe Lake et arrivée à Slide Lake

Jour 1: Arab Lake, Doe Lake et arrivée à Slide Lake

Pour la première journée, on retrouve Michel à l’accueil pour faire les 2 petites boucles Arab Lake et Doe Lake comme réchauffement et ensuite il faut prendre l'auto pour se rendre le plus proche possible du campement # 1A. Nous avons donc 3,7 km à marcher avec notre sac et équipement de camping ainsi que la bouffe pour 2 jours. Janice et David sont partis plus tôt le matin car ils avaient de très gros sacs à porter. Je n'ai pas pesé le miens mais je sais qu'il est plus lourd que sur le SIA car j'ai une tente de 2,5 kg en plus ainsi que des vêtements plus chauds. J'ai estimé qu'il devait faire environ 36 livres.

Jour 2: Slide Lake
Jour 2: Slide Lake
Jour 2: Slide Lake
Jour 2: Slide Lake
Jour 2: Slide Lake
Jour 2: Slide Lake
Jour 2: Slide Lake
Jour 2: Slide Lake
Jour 2: Slide Lake
Jour 2: Slide Lake
Jour 2: Slide Lake
Jour 2: Slide Lake
Jour 2: Slide Lake
Jour 2: Slide Lake
Jour 2: Slide Lake

Jour 2: Slide Lake

Au programme du jour 2, Slide Lake. Avec ses 21 km, c'est la boucle la plus longue mais aussi la plus exigeante du défi. C'est aussi à mon avis la plus belle. Comme partout ailleurs au Québec ou en Ontario, on constate que l'achalandage a augmenté. Comparé à l'année dernière c'est fou le nombre de marcheurs qu'on rencontre.

Partis à 8h15, on complète la boucle en 9 h. C'est une amélioration par rapport à notre 1er défi. En plus, on a eu une journée magnifique avec une chaleur d'été mais les belles couleurs d'automne. Les serpents sont aussi très nombreux.

Les points de vue sont magnifiques et les pauses bien méritées toujours sur Slide Lake Loop!
Les points de vue sont magnifiques et les pauses bien méritées toujours sur Slide Lake Loop!
Les points de vue sont magnifiques et les pauses bien méritées toujours sur Slide Lake Loop!
Les points de vue sont magnifiques et les pauses bien méritées toujours sur Slide Lake Loop!
Les points de vue sont magnifiques et les pauses bien méritées toujours sur Slide Lake Loop!
Les points de vue sont magnifiques et les pauses bien méritées toujours sur Slide Lake Loop!
Les points de vue sont magnifiques et les pauses bien méritées toujours sur Slide Lake Loop!
Les points de vue sont magnifiques et les pauses bien méritées toujours sur Slide Lake Loop!
Les points de vue sont magnifiques et les pauses bien méritées toujours sur Slide Lake Loop!
Les points de vue sont magnifiques et les pauses bien méritées toujours sur Slide Lake Loop!

Les points de vue sont magnifiques et les pauses bien méritées toujours sur Slide Lake Loop!

Flag pole Hill
Flag pole Hill
Flag pole Hill
Flag pole Hill

Flag pole Hill

Non seulement c'était la journée la plus difficile mais Michel doit ajouter un autre 3,7 km avec son gros backpack car il nous quitte. Alors que nous allons passer notre 2e nuit au camping 1A, il a préféré passer une nuit dans un vrai lit. Personnellement je ne l'envie pas. Je préfère la tente et entendre le cri du coyote le soir. Et que dire des couchers de soleil sur le lac! Ils sont de toute beauté. Nous avons aussi eu la chance de voir la lune se lever au-dessus du lac.

Pas facile cette journée de marche Michel, n'est-ce pas?
Pas facile cette journée de marche Michel, n'est-ce pas?
Pas facile cette journée de marche Michel, n'est-ce pas?
Pas facile cette journée de marche Michel, n'est-ce pas?

Pas facile cette journée de marche Michel, n'est-ce pas?

Nos magnifiques couchers et levers de soleil en camping
Nos magnifiques couchers et levers de soleil en camping
Nos magnifiques couchers et levers de soleil en camping
Nos magnifiques couchers et levers de soleil en camping
Nos magnifiques couchers et levers de soleil en camping
Nos magnifiques couchers et levers de soleil en camping
Nos magnifiques couchers et levers de soleil en camping

Nos magnifiques couchers et levers de soleil en camping

Jour 3: c'est une journée compliquée car on doit défaire la tente, refaire le sac, marcher 3,7 km jusqu'aux autos, conduire jusqu'au centre d'accueil pour l'étape de ravitaillement. Cette fois-ci nous avons besoin de 4 jours d'autonomie de nourriture. Ensuite nous avons encore un 2,5 km à marcher avec nos gros sacs. Janice porte 40 livres et David 50 livres. Quand je les vois avec leur deux sacs monstrueux sur le dos, mon sac me parait soudainement tout petit et léger. 

Une fois arrivés au camping 3A, il faut encore installer les tentes. Un défi supplémentaire nous attend à cause des plate-formes en bois. Impossible de mettre des piquets car les espaces sont trop larges entre les planches de bois. Il faut faire preuve de patience et d’ingéniosité, utiliser des cordes supplémentaires et des roches. Diane qui a une tente ultra-légère mais pas auto-portante décide de l'installer dans le bois. 

Il est déjà 14h quand on a enfin fini de s'installer. Diane et moi partons marcher les 10 km de la boucle Little Salmon qu'on complétera en 3 h tandis que Janice et David restent au camping. Pour cette boucle, on fait le tour du lac Little Salmon qui paraît assez gros sur la carte sans jamais s'en approcher suffisamment pour le voir. Encore une super belle journée d'été de 26 degrés!

Et voici les sherpas en training!
Et voici les sherpas en training!
Et voici les sherpas en training!
Et voici les sherpas en training!
Et voici les sherpas en training!
Et voici les sherpas en training!
Et voici les sherpas en training!
Et voici les sherpas en training!

Et voici les sherpas en training!

Il fait environ 16 degrés la nuit. On est vraiment béni des Dieux. En plus, on entend le chant du hibou qui nous parvient de l'autre côté du lac avant de se coucher.  Un des moments magiques pour moi c'est quand je me fais réveiller au milieu de la nuit par le chant du hibou. On dirait qu'ils sont deux et se répondent. Leur chant est tellement fort qu'on croirait qu'il est ou qu'ils sont au-dessus de nos tentes. C'est vraiment un moment délicieux.

La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!
La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!

La vie au camping North Buck et Big Salmon avec nos amis avec qui jamais on ne s'ennuie!

Jour 4: on a changé le programme et décidé de faire la boucle de 17 km de Big Salmon car c'est encore une belle journée qui est prévue et on veut donc en profiter pour faire cette boucle qui offre de beaux points de vue. Partis à 8h30, on la complète en 6h30. C'est une autre belle randonnée durant laquelle on rencontre de nombreuses couleuvres ainsi qu'un porc-épique. 

Au retour, comme cela fait 4 jours qu'on sue sans se laver, je ne peux plus résister à l'appel du lac et je vais prendre un bon bain. Il n'y pas encore d'autres campeurs alors c'est le temps d'en profiter. J'en reviens pas de me baigner à la fin septembre et surtout que l'eau ne soit pas plus froide. C'est un autre moment de pur bonheur.

Big Salmon Loop
Big Salmon Loop
Big Salmon Loop
Big Salmon Loop
Big Salmon Loop
Big Salmon Loop
Big Salmon Loop
Big Salmon Loop

Big Salmon Loop

Jamais vu autant de couleuvres de ma vie dont la couleuvre d'eau et la plus jolie la couleuvre verte!
Jamais vu autant de couleuvres de ma vie dont la couleuvre d'eau et la plus jolie la couleuvre verte!
Jamais vu autant de couleuvres de ma vie dont la couleuvre d'eau et la plus jolie la couleuvre verte!
Jamais vu autant de couleuvres de ma vie dont la couleuvre d'eau et la plus jolie la couleuvre verte!

Jamais vu autant de couleuvres de ma vie dont la couleuvre d'eau et la plus jolie la couleuvre verte!

Un porc-épique à 3 pattes

Un porc-épique à 3 pattes

Jour 5: Il a plu toute la nuit et pas juste de la petite pluie. Avec un sommeil décousu, à chaque fois que je me réveille, je vérifie que je suis toujours au sec dans la tente. Pas question que je me lève pour faire pipi cette nuit là! Ouf! ma tente a résisté à la pluie sauf que j'ai laissé une partie ouverte en haut pour l'aération et il y a un peu d'eau qui est entrée. Le sac de couchage est légèrement humide. Diane est restée au sec à part un peu de condensation sur les paroies intérieures. Janice et David sont moins chanceux. Le dessous de leur tente n'est plus étanche et de l'eau s'est infiltrée en dessous de leurs tapis de sol.

Cedar Lake Loop
Cedar Lake Loop
Cedar Lake Loop
Cedar Lake Loop
Cedar Lake Loop
Cedar Lake Loop
Cedar Lake Loop
Cedar Lake Loop
Cedar Lake Loop

Cedar Lake Loop

On a mis les imperméables en partant à 8h40 mais ce ne sera que de courte durée et on aura une journée parfaite pour compléter la boucle de Cedar Lake (14 km) plus 5 km de bonus pour se rendre aller/retour du camping. Il faut savoir que la plupart du temps, on doit marcher quelques km d'extra pour accéder à nos boucles et en plus il y a des sections des boucles que nous marchons plusieurs fois car elles comptent pour 2 boucles mais pour compléter le défi, on doit faire chaque boucle au complet. Mais c'est pas grave car bien souvent on ne se rend même pas compte qu'on est déjà passé par là. Il nous arrive de ne même pas reconnaître le sentier sur lequel on a marché la veille. Il nous faudra 6h50 pour cette journée de 19 km de marche.

Jour 6: Il a encore plu dans la nuit mais c'était un peu moins intense que la nuit précédente. Tout est resté au sec dans ma tente. D'habitude c'est toujours David et Janice qui se lèvent en premier, mais là je ne les entend pas bouger et je profite d'une accalmie de pluie pour sortir de la tente. 

On traîne un peu ce matin là, peut-être à cause de la pluie ou bien parce qu'il s'agit d'une petite journée de 15 km. C'est donc un départ à 9 h avec poncho pour les trois grâces. Mais là encore on est chanceux car le ciel va se dégager et on aura droit à un beau ciel bleu un peu plus tard. On complète la boucle de 11 km et les 4 km de bonus en 6 h. On passe notre dernière soirée avec Janice et David.

Arkon Lake Loop
Arkon Lake Loop
Arkon Lake Loop
Arkon Lake Loop
Arkon Lake Loop
Arkon Lake Loop
Arkon Lake Loop
Arkon Lake Loop
Arkon Lake Loop

Arkon Lake Loop

La température baisse un peu chaque jour et là c'était la première nuit que je portais ma tuque pour dormir et Janice sa cagoule qui lui donne un look de ninja au réveil.

Le défi Frontenac 2020 en 9 jours de randonnée et camping
Il faut dire au revoir à nos amis Janice et David. Diane et moi allons terminer le défi sans eux. Ils vont compléter Little Salmon loop, puis retourner à Ottawa.  Ils reviendront dans quelques jours pour compléter leur défi. Ils ne voulaient pas marcher les 5.8 km avec leurs sacs de 40 et 50 livres.
Il faut dire au revoir à nos amis Janice et David. Diane et moi allons terminer le défi sans eux. Ils vont compléter Little Salmon loop, puis retourner à Ottawa.  Ils reviendront dans quelques jours pour compléter leur défi. Ils ne voulaient pas marcher les 5.8 km avec leurs sacs de 40 et 50 livres.
Il faut dire au revoir à nos amis Janice et David. Diane et moi allons terminer le défi sans eux. Ils vont compléter Little Salmon loop, puis retourner à Ottawa.  Ils reviendront dans quelques jours pour compléter leur défi. Ils ne voulaient pas marcher les 5.8 km avec leurs sacs de 40 et 50 livres.
Il faut dire au revoir à nos amis Janice et David. Diane et moi allons terminer le défi sans eux. Ils vont compléter Little Salmon loop, puis retourner à Ottawa.  Ils reviendront dans quelques jours pour compléter leur défi. Ils ne voulaient pas marcher les 5.8 km avec leurs sacs de 40 et 50 livres.

Il faut dire au revoir à nos amis Janice et David. Diane et moi allons terminer le défi sans eux. Ils vont compléter Little Salmon loop, puis retourner à Ottawa. Ils reviendront dans quelques jours pour compléter leur défi. Ils ne voulaient pas marcher les 5.8 km avec leurs sacs de 40 et 50 livres.

Jour 7: Encore beaucoup de logistique: défaire la tente, refaire le sac, 2,5 km de marche jusqu'à l'auto, retour à l'accueil pour vérifier la météo, refaire le sac en ajoutant la bouffe pour les 2 derniers jours plus quelques vêtements de rechange plus chauds. rouler jusqu'à notre dernier parking au nord du parc.

Ensuite on marche 2h20 pour faire la demi boucle du lac Tesmine (environ 5.8 km) avec notre gros chargement pour se rendre au camping 12D sur le bord de Lynch Lake avec un défi supplémentaire: celui de l'eau. J'ai appris un peu tard qu'il n'était pas recommandé de boire son eau même filtré. En fait, c'est plus un étang avec une eau rougeatre qu'un lac. On doit donc prendre de l'eau à environ 1.5 km du camping. Une autre surprise au camping c'est la quantité de moustiques, probablement à cause de l'eau plus stagnante mais le coté positif c'est que cela attire aussi de nombreux canards.

Comme on prévoit de la pluie et que je vois un gros nuage noir arriver, on installe ma toile au-dessus de la table juste à temps avant l'averse. Après tout cela, on n'a plus vraiment l'énergie pour faire une autre boucle. On ira juste se chercher de l'eau. L'ambiance n'est plus la même sans Janice et David et on s'ennuie déjà d'eux. On ne fera pas non plus de feu car le foyer est trop prêt de la table et de la toile. Par contre, on aura droit à tout un spectacle avec le lever de la pleine lune juste au-dessus de la cime des arbres et avec son reflet dans l'eau. Le ciel s'est dégagé à temps. Avec une température autour de 6 dégrés la nuit, j'ai ajouté une veste et ma feuille de survie dans le sac de couchage. J'étais bien au chaud toute la nuit.

Soirée de pleine lune

Soirée de pleine lune

La vie au camping (Lynch Lake) sans nos amis mais avec les moustiques
La vie au camping (Lynch Lake) sans nos amis mais avec les moustiques
La vie au camping (Lynch Lake) sans nos amis mais avec les moustiques
La vie au camping (Lynch Lake) sans nos amis mais avec les moustiques
La vie au camping (Lynch Lake) sans nos amis mais avec les moustiques
La vie au camping (Lynch Lake) sans nos amis mais avec les moustiques
La vie au camping (Lynch Lake) sans nos amis mais avec les moustiques

La vie au camping (Lynch Lake) sans nos amis mais avec les moustiques

Jour 8: Journée presque complète de pluie pour faire les boucles Hemlock et Gibson, un total de presque 16 km qu'on complètera en 5h10. On ne rencontrera que deux personnes de la journée: un joggeur et une marcheuse solitaire que nous avons déjà croisé quelques jours auparavant. Ce sera donc une journée poncho et finalement on ne sera pas trop mouillé mais dans la tente j'ai de l'eau qui s'accumule en flaques en dessous de la tente car le sol est en cuvette.

Hemlock and Gibson loops
Hemlock and Gibson loops
Hemlock and Gibson loops
Hemlock and Gibson loops
Hemlock and Gibson loops

Hemlock and Gibson loops

Jour 9: La nuit a été froide mais peut-être un peu plus que les 2 degrés qu'on nous annoncait. On se réveille vers 6h30 pour tout ranger dans la tente et être prêtes à marcher vers 8h15. Il nous reste la boucle en forme de coeur de Little Clear que j'avais initialement programmé au jour 7. Elle ne fait que 7 km et on la complètera en 2h15. Le moment fort sera quand Diane aperçoit et me montre un chevreuil, puis nous en voyons arriver un 2e, un 3e, encore un autre. Finalement on se retrouve avec un groupe de 5 chevreuils qui nous regardent avec curiosité. On reste là à s'observer mutuellement un bon moment. Et quel beau spectacle que de les voir tous partir ensemble.

C'est la dernière journée qu'on a vu le plus de chevreuils
C'est la dernière journée qu'on a vu le plus de chevreuils
C'est la dernière journée qu'on a vu le plus de chevreuils

C'est la dernière journée qu'on a vu le plus de chevreuils

De retour au camping vers 10h30, juste le temps de démonter les tentes, refaire nos sacs et on termine notre boucle de Tesmine pour se rendre à l'auto. On rencontrera en chemin un groupe de jeunes qui avaient justement réservé le terrain de camping qu'on venait de quitter. Cela paraît qu'on est samedi car on commence à croiser beaucoup plus de marcheurs. Il y en a un qui nous fera bien rigoler.  On lui demande à la blague si il va traverser le cours d'eau sur le tronc d'arbre à environ 1 m au-dessus de l'eau ou la passerelle en bois. Il est avec sa blonde. Au moment ou on se retourne pour vérifier si il est bien sur la passerelle, on entend on gros plouf! et un cri. Il est tombé à l'eau pendant sa blonde le prenait en photo. Heureusement, il n'y a que son égo qui a été blessé et nous 3 sommes mortes de rire. Un peu plus loin, on croise un gars qui randonne avec une tasse de café Tim Hortons à la main. Je lui dit qu'il ne sait pas combien il nous fait envie car cela fait 9 jours qu'on a pas bu de café.

Little Clear et Tesmine Loops
Little Clear et Tesmine Loops
Little Clear et Tesmine Loops
Little Clear et Tesmine Loops
Little Clear et Tesmine Loops

Little Clear et Tesmine Loops

Quelle belle aventure! J'ai vraiment aimé compléter le défi en continu et être ainsi dans la nature pendant 9 jours. Étant donné qu'on venait de faire une longue randonnée sur le SIA le mois précédent, on était bien entraîné et on savait aussi quoi emmener pour la bouffe. On a développé une certaine expertise avec la déshydratation. On a toujours tendance à emporter trop de collations mais cette fois-ci je n'ai pas eu trop de surplus. Pour l'eau, on a pris l'eau des lacs et de certains cours d'eau et j'ai utilisé des pastilles de purification et Diane son filtre à eau.

Pour Diane, c'était aussi l'occasion de tester sa tente ultra légère. Elle a bien résisté. Pour l'année prochaine, je crois que je vais m'acheter un hamac.

C'est en faisant ce genre d'excursions dans la nature, en poussant nos limites et en sortant de notre zone de confort qu'on apprend et développe nos compétences, notre confiance en soi et notre estime de soi. Je réalise que c'est tout cela qui me rend heureuse. Je pense déjà qu'il y aura probablement un défi Frontenac #3.

Mission accomplie! On vient de terminer notre défi, samedi 3 octobre, 13h40!

Mission accomplie! On vient de terminer notre défi, samedi 3 octobre, 13h40!

Magnifique lumière, cumulus et reflet des nuages après la pluie
Magnifique lumière, cumulus et reflet des nuages après la pluie
Magnifique lumière, cumulus et reflet des nuages après la pluie

Magnifique lumière, cumulus et reflet des nuages après la pluie

Day# Date Trail Loop Length Loop Extra Length Tot km Day Cumul km Driving
time/km
Campsite
1 2020-09-25 Arab Lake 1,5     1,5   1A North Buck
1 2020-09-25 Doe Lake 3 3,7 8,2 8,2 18.9 km
(27 min)
2 2020-09-26 Slide Lake 21   21 29,2  
3 2020-09-27 Little Salmon 10 6,8 16,8 46 21.7 km
(33 min)
3A Big Salmon
4 2020-09-28 Big Salmon 17   17 63  
5 2020-09-29 Cedar Lake 14 5 19 82  
6 2020-09-30 Arkon Lake 11 4 15 97  
7 2020-10-01 Tesmine
(Gibson side)
4,8 3,5 8,3 105,3 20.7 km
(29 min)
12D Lynch Lake
8 2020-10-02 Hemlock 5 0,9      
8 2020-10-02 Gibson 9 0,9 15,8 121,1  
9 2020-10-03 Little Clear 7 1      
9 2020-10-03 Tesmine
(direction campsite 8)
4,7 1 13,7 134,8   Home
    TOTAL 108 26,8 134,8 134,8    
Partager cet article
Repost0
20 août 2020 4 20 /08 /août /2020 18:58

Déjà un peu plus d'un mois que l'aventure s'est terminée. Si je voulais résumer mon expérience du SIA, je dirais que j'ai été comblée. J'ai vécu dans la nature pendant 12 jours. Cela a été un dépassement de moi-même, un pas à la fois. J'ai découvert la beauté d'un coin de la Gaspésie que je ne connaissais pas et j'ai rencontré des gens formidables. Il y a eu des moments difficiles mais surtout beaucoup de moments magiques. La section que nous avions choisi du SIA a son lot de difficultés techniques mais offre surtout une variété de paysages et de défis qui en font une excellente expérience pour la longue randonnée en autant qu'on est bien préparé.

Bilan et statistiques de mes 12 jours sur le SIA

On nous a dit que cette année était une année exceptionnelle pour le SIA. Il n'a jamais été aussi populaire.

En fait on pourrait dire que la COVID lui a donné une nouvelle visibilité car si jusqu'à présent peu de gens en avaient entendu parlé et bien beaucoup de Québécois l'ont découvert durant leur confinement. À défaut de ne pouvoir aller marcher l'Appalachian Trail ou le Pacific Trail aux États-Unis, le SIA est devenu le plan B de la plupart les randonneurs qu'on a croisés. À l'épicerie de Saint-Vianney, un employé m'a dit qu'il était bien content de voir autant de randonneurs Québécois car d'habitude c'était seulement un Américain de temps en temps qui s'arrêtait à leur épicerie. 

Mais tout est relatif. Concrètement ce record d'affluence veut dire que cette année il y avait au moins un marcheur qui partait chaque jour et pour nous en 12 jours nous avons croisé ou cheminé avec 15 marcheurs du SIA, donc cela ne fait pas une grosse moyenne par jour. De ces 15, il y en avait seulement 7 qui étaient partis pour faire la traversée complète du SIA. Mais ce qui est super c'est de voir l'engouement des jeunes pour la longue randonnée. Comme dirait Diane, nous étions les 2 mémés du SIA!

Bilan et statistiques de mes 12 jours sur le SIA

Pour ce qui est de mon équipement, mon bilan est très positif. Je suis entièrement satisfaite de mes choix pour tout ce que j'avais emporté. Je suis partie avec mon sac à dos Osprey de 40 litres qui pesait entre 28 et 32 livres en fonction de la quantité de bouffe et d'eau que je transportais. J'avais un sac de couchage en duvet pour +2 degrés de 455 gr de la marque Western Mountaineering et un matelas de sol bien ordinaire que je roulais et accrochais en dessous de mon sac. Et je portais mes bottes Lowa Renegade que j'adore avec lesquelles je n'ai jamais eu les pieds mouillés à part la fois ou j'ai glissé du pont et que me suis retrouvée la botte immergée et l'eau qui s'est engouffrée dans la botte. 

Coté statistiques, voici quelques données pèle-mêle:

- 12 jours de marches, 170 km

- 4 douches dont 2 payantes (5$) à Causapscal et St-Vianney

- 1 nuit en Lean-to, 4 nuits en refuge, 8 nuits en abri dont 2 sans accès à un point d'eau (L'Érablière et les 3 soeurs)

- 3 repas au restaurant ou cantine et pour le reste des soupers maison déshydratés

- La journée avec le plus de km: 21 et le moins de km: 10

- La journée la plus longue de marche: 9h40 et la plus courte: 3 h

- Le départ le plus matinal à 7h et la plus longue grasse matinée avec un départ à 8h50

- Aucune blessure mais 2 petites ampoules et un genou un peu sensible

- Tombée une fois chacune

- Aucun morceau d’équipement oublié ou perdu mais Diane a quand même failli perdre sa bouteille avec son filtre dans un ravin et elle a déchiré ses shorts

- Seulement une journée pluvieuse mais pas de la grosse pluie sauf certaines nuits ou quand on était déjà au refuge

 

Il est ou le chemin?

Il est ou le chemin?

Pour ce qui est du bilan, voici quelques points que j'aimerais partager:

- J'ai trouvé que les cartes du SIA n'étaient pas assez détaillées. Les courbes de dénivelé ne m'ont pas toujours paru justes. J'aurais aimé voir indiqués sur la carte les points d’intérêt (et pas seulement dans le guide du marcheur) car on ne savait pas toujours à quel km ils se trouvaient. Des fois, on a manqué de beaux endroits pour faire des pauses-lunch parce que rien n'était indiqué sur la carte. Pour les points d'eau, ce n'était pas toujours évident non plus de les voir sur la carte.

- Pour le Guide du marcheur, j'aurais aimé que l'information soit un peu plus étoffée. Je suggère aussi fortement d'y ajouter la cantine ''la poutine du bonheur'' pour manger à Causapscal car selon nous c'est un incontournable pour le randonneur.

- Certaines sections du sentier, en particulier la section qui longe la rivière Causapscal auraient eu besoin d'un bon défrichage. Parfois on avait des herbes jusqu'aux épaules.

- Malheureusement nous n'avons rencontré aucun chevreuil ou orignal sur notre chemin. Et pourtant il y avait beaucoup de traces et aussi de crottes d'orignal que nous avons été capables d'identifier grâce au cours 101 sur les cacas d'animaux que nous a donné Karine.

- À part les écureuils et les suisses, les oiseaux et un renard c'est à peu près tout ce que nous avons rencontrés comme animaux. Il y a eu aussi ces petits rongeurs pernicieux que nous n'avons jamais vu mais qui étaient omniprésents dans tous les refuges: les souris.  On les a entendu, on a lu des témoignages sur elles dont Odile la souris de l'abri de St-Vianney. On a constaté leur impact: pages rognés dans le log book du refuge du Quartz. On a constaté aussi le matin que des sachets de thé et barres de céréales avaient été attaqués. Et Diane en a  un témoignage concret un matin en trouvant un trou dans la pochette de côté de son sac à dos car elle avait oublié de vider le restant de ses collations la veille.

- Enfin, après avoir fait Compostelle et avoir dormi dans des dortoirs de 100 personnes, je croyais avoir tout connu en ce qui à trait aux bruits qui peuvent perturber le sommeil. Et bien, sur le SIA, j'ai découvert que la plus grosse nuisance sonore dans les refuges, ce sont les matelas gonflables. Il y a eu des nuits quand les dormeurs avaient le sommeil agité ou on aurait cru qu'il y avait de l'orage dans le refuge tellement le froissement du tapis de sol était bruyant. Du coup, je me suis sentie moins coupable de ronfler un peu la nuit. 

On aurait souhaité avoir sur les cartes ou dans le guide du marcheur un graphique comme celui-ci pour la section Avignon partagé par un randonneur qui nous indique visuellement le dénivelé pour savoir à quoi s'attendre.

Bilan et statistiques de mes 12 jours sur le SIA

Mais tout ce que j'ai indiqué précédemment ce ne sont que quelques détails par rapport à un bilan très positif car j'ai apprécié presque chaque instant du SIA, dont:

- le travail des bénévoles et l'équipe du SIA. J'y ai pensé très souvent et je les ai souvent remercié dans mes pensées car sans eux on n'aurait pas pu faire cette longue randonnée. 

- la signalisation est généralement excellente. On ne s'est jamais perdu.

- on a eu le plaisir de marcher sur des ponts nouvellement construits qui nous ont évité de nous déchausser et de traverser plusieurs fois à gué.

- on a vraiment apprécié de trouver des cordes dans des endroits plus techniques et glissants.

- on a adoré trouver des log book / carnets du marcheur dans les abris et lire les messages et histoires drôles ou moins drôles qui y étaient partagées. Cela nous donnait un sentiment d'appartenance à la grande famille du SIA.

- j'ai adoré tous les refuges et les abris. Ils sont bien situés, bien entretenus et j'y ai très bien dormi en moyenne une nuit sur deux.

- on a certainement toutes eu un coup de cœur pour la douche et la salle de toilette de St-Vianney. On a d'ailleurs failli y élire domicile tellement on y était bien. Il y avait même la wifi. Je lui donne trois étoiles***

- les villages traversés étaient aussi un gros plus car on a pu se ravitailler et même manger au restaurant. Vive la Poutine du bonheur!

- j'ai eu beaucoup de plaisir à prendre le temps de m'arrêter pour ramasser et manger des bleuets et des framboises sur de nombreux sentiers. 

 

 

 

 

Cueillette de framboise

Cueillette de framboise

Enfin, si en référence au PTC qui souligne ''The trail provides'' et bien je confirme que sur le SIA nous avons aussi connu la Trail Magic ainsi que rencontré des Trail Angels. Parmi nos Trail Angels, j'aimerais particulièrement remercier:

- Geneviève et Alexandre qui nous ont donné leur extra de fromage le jour ou je venais de finir le miens et commençais déjà à me sentir en manque.

- Le campeur à Amqui qui nous a prêté sa génératrice et celui qui nous a partagé sa plug

- le randonneur anonyme qui nous a laissé une cartouche pleine de gaz et des snacks au chocolat quand on avait le plus besoin de réconfort après une dure journée de marche.

- le randonneur anonyme qui a laissé des lingettes et celui qui a laissé des rouleaux de papier de toilette qui ont fait le bonheur d'Éléonore et Karine qui au bout de 3 jours avait déjà une pénurie de papier de toilette.

- le gars avec son pick-up qui a eu la gentillesse d'aller chercher la pizza commandée par notre gang du camping d'Amqui.

- le conducteur qui s'est arrêtée pour Diane quand on avait perdu Éléonore et qui a fait un bout de trajet en auto pour voir si il la trouvait sur la route.

- Mario et son quatre-roue qui nous a diverti et renseigné sur le village de Ste-Marguerite et tous les villageois qu'on a rencontré qui étaient tous charmants, serviables, aimables et bienveillants envers nous. 

- et enfin tous les randonneurs du SIA avec qui on a échangé et passé de belles soirées mais plus particulièrement Karine et Éléonore qui ont été là du début à la fin sauf quelques journées et avec qui on a de magnifiques souvenirs. 

Souvenirs avec Karine et Éléonore dans la salle de bain *** de Saint-Vianney :-)
Souvenirs avec Karine et Éléonore dans la salle de bain *** de Saint-Vianney :-)Souvenirs avec Karine et Éléonore dans la salle de bain *** de Saint-Vianney :-)

Souvenirs avec Karine et Éléonore dans la salle de bain *** de Saint-Vianney :-)

JE VOUS DIS À L'ANNÉE PROCHAINE SUR LE SIA POUR LA SUITE DE MA LONGUE RANDONNÉE !

Partager cet article
Repost0
13 août 2020 4 13 /08 /août /2020 19:22

Après notre 5e journée sur le SIA, en 3 h on arrive au village d'environ 230 habitants de Sainte-Marguerite-Marie qui a été fondé autour de 1915. Pour ceux qui pensent que cette section du SIA est plate dans tous les sens du mot, je ne suis pas d'accord. C'est certain que le niveau de difficulté n'est plus le même. Mais honnêtement, cela fait du bien d'avoir un break après le secteur d'Avignon, de pouvoir marcher en regardant tout autour et non pas concentré seulement à un mètre devant soi. Et puis quand tu arrives avant midi et que tu as toute l'après-midi devant toi pour te prélasser, c'est cela aussi le plaisir de la randonnée: prendre son temps, profiter de l'endroit ou on est et discuter avec les gens.

On a fait la connaissance de Mario, un homme bien sympathique qu'on a croisé en 4-roues et qui est venu nous faire une longue jasette à l'abri. Grâce à lui, on a eu les réponses à toutes nos questions.

 

 

Mario, une mine d'information

Mario, une mine d'information

Ste-Marguerite: les marcheuses sont contentes
Ste-Marguerite: les marcheuses sont contentes
Ste-Marguerite: les marcheuses sont contentes
Ste-Marguerite: les marcheuses sont contentes
Ste-Marguerite: les marcheuses sont contentes

Ste-Marguerite: les marcheuses sont contentes

Il ne faut pas grand-chose pour satisfaire un marcheur de longue randonnée. Quelle était bonne la douche même si elle coûtait 5$ dans le sous-sol du dépanneur, surtout après 5 jours à suer! En plus, il y avait la wifi et même de la pizza. Diane a trouvé un four dans le sous-sol pour faire chauffer les pizzas.

Jour 6: 20 km le long de la route, parmi les éoliennes mais surtout sur des chemins forestiers jusqu'à Causapscal
Jour 6: 20 km le long de la route, parmi les éoliennes mais surtout sur des chemins forestiers jusqu'à Causapscal
Jour 6: 20 km le long de la route, parmi les éoliennes mais surtout sur des chemins forestiers jusqu'à Causapscal
Jour 6: 20 km le long de la route, parmi les éoliennes mais surtout sur des chemins forestiers jusqu'à Causapscal
Jour 6: 20 km le long de la route, parmi les éoliennes mais surtout sur des chemins forestiers jusqu'à Causapscal
Jour 6: 20 km le long de la route, parmi les éoliennes mais surtout sur des chemins forestiers jusqu'à Causapscal

Jour 6: 20 km le long de la route, parmi les éoliennes mais surtout sur des chemins forestiers jusqu'à Causapscal

J'ai beaucoup aimé cette marche dans la brume matinale, dans des rangs de campagne. À un moment donné, j'ai même cru entendre des mantra Ôm! Je me suis dit que j'étais en train de capoter à force d'être dans le bois. Puis, c'est le cri d'Éléonore que j'ai entendu. En fait, elle était tout excitée car elle venait de voir une éolienne tout droit devant nous sortie de la brume.

Journée festive à Causapscal!Journée festive à Causapscal!
Journée festive à Causapscal!

Journée festive à Causapscal!

Il m'a suffi de mentionner dès Matapédia qu'en arrivant à Causapscal j'allais manger à la cantine La Poutine du bonheur pour que mes amies soient vendues à l'idée, avant même d'être arrivées à Causapscal et personne n'a regretté ce choix. La poutine y était vraiment bonne!

L’origine du nom de Causapscal vient du mot micmac Goesôpsiag qui signifie quelque chose comme “la pierre qui brille au fond de l’eau” ou “pointe caillouteuse”, aujourd'hui petite ville d'environ 2500 habitants.

Causapscal c'était aussi pour Diane et moi synonyme de ravitaillement. On a même devancé d'une journée notre départ pour arriver un vendredi et ainsi pouvoir récupérer nos 2 boîtes de bouffe déshydratée à la Poste pour les prochains 6 jours. On a un peu de surplus de bouffe qu'on laisse dans une boîte pour les suivants. Je dois jeter un de mes soupers de lentilles déshydraté car il a moisi dans la boîte. Je crois que je ne l'avais pas laissé assez longtemps dans le four, mais c'est pas grave car Diane a des surplus de soupers qu'elle distribue. Quand tes provisions diminuent un peu chaque jour, tu ne t'en aperçois pas vraiment quand tu portes ton sac, mais quand d'un coup tu rajoutes 8 livres de bouffe, le sac devient vraiment lourd.

C'est aussi à Causapscal qu'on dit au revoir à Karine car le lendemain elle saute un abri. On ne va pas la revoir avant St-Vianney.

Et voilà! Cela n'a pas été trop difficile de convaincre mes amies de faire un arrêt à la Poutine du bonheur
Et voilà! Cela n'a pas été trop difficile de convaincre mes amies de faire un arrêt à la Poutine du bonheurEt voilà! Cela n'a pas été trop difficile de convaincre mes amies de faire un arrêt à la Poutine du bonheur

Et voilà! Cela n'a pas été trop difficile de convaincre mes amies de faire un arrêt à la Poutine du bonheur

J'ai bien aimé ma journée de 16 km jusqu'à l'abri des chutes. C'est la première fois qu'on a un ciel bleu à 100% toute la journée et une température idéale pour marcher.  Au début c'est très facile. On longe un champ d'avoine. On a une belle vue sur les collines alentour.

Section très bucolique à travers champs
Section très bucolique à travers champs
Section très bucolique à travers champs
Section très bucolique à travers champs

Section très bucolique à travers champs

La section suivante on longe de la rivière Causapscal d'une couleur un peu rougeâtre dans la gourde. Bien que un peu boueuse, cette section est vraiment plaisante. Mais il ne faut pas croire que c'est toujours plat car on a une bonne grimpette à faire qui nous permet d'avoir une vue panoramique sur les méandres de la rivière avant de redescendre à nouveau. Diane et moi avons chacune fait notre chute dans la descente aujourd'hui qui se solde juste par une égratignure et un short déchiré pour Diane. Finalement, cette journée des chutes porte bien son nom!

 

Le long de la rivière Causapscal
Le long de la rivière Causapscal
Le long de la rivière Causapscal
Le long de la rivière Causapscal
Le long de la rivière Causapscal
Le long de la rivière Causapscal

Le long de la rivière Causapscal

Ça y est, on vient de passer le cap des 100 km de marche! L'abri des chutes est vraiment sympa juste à côté des chutes mais comme c'est un lieu accessible pour les touristes, on a eu la visite d'un groupe d'enfants qui voulaient rentrer dans ''la cabane'' mais ils ont vite rebroussé chemin quand Diane leur a opposé son veto d'un ton sans équivoque.  Les toilettes, à 90 m, sont un peu loin.

Ce qu'on n'avait pas prévu c'est que l'accès à l'eau n'est vraiment pas évident à cet endroit. Quand on a vu le débit des chutes, Diane et moi on s'est dit qu'on allait se passer d'eau jusqu'au lendemain. Mais Éléonore, notre héroïne du SIA, ne s'est pas laissée impressionner par les chutes. Elle a passé outre la corde et est allée remplir nos 3 bouteilles sous le regard inquiet de Diane. Je ne vous recommanderais pas de suivre son exemple car c'est un peu risqué quand même.

Éléonore notre héroïne aux chutes sur la rivière Causapscal
Éléonore notre héroïne aux chutes sur la rivière Causapscal
Éléonore notre héroïne aux chutes sur la rivière Causapscal
Éléonore notre héroïne aux chutes sur la rivière Causapscal
Éléonore notre héroïne aux chutes sur la rivière Causapscal

Éléonore notre héroïne aux chutes sur la rivière Causapscal

Par contre, le sentier aurait besoin d'un peu de débroussaillage. Parfois, c'est tout juste si je vois Diane cachée derrière les fougères et autres plantes hautes. Heureusement qu'il y a des randonneurs qui passent par là chaque jour car c'est vraiment pas évident de voir ou on met les pieds. Ça sera aussi comme cela au début de notre marche le lendemain matin.

De vraies Indiana Jones!
De vraies Indiana Jones!

De vraies Indiana Jones!

Petite journée facile et agréable jusqu'à St Alexandre
Petite journée facile et agréable jusqu'à St Alexandre
Petite journée facile et agréable jusqu'à St Alexandre
Petite journée facile et agréable jusqu'à St Alexandre
Petite journée facile et agréable jusqu'à St Alexandre
Petite journée facile et agréable jusqu'à St Alexandre
Petite journée facile et agréable jusqu'à St Alexandre
Petite journée facile et agréable jusqu'à St Alexandre
Petite journée facile et agréable jusqu'à St Alexandre

Petite journée facile et agréable jusqu'à St Alexandre

On dit au revoir à Éléonore qui continue jusqu'à l'Érablière. On doit la retrouver à Amqui ou elle prendra une journée de repos. Petite journée pour Diane et moi de 4h30 de marche jusqu'à l'abri de St-Alexandre-des-lacs, qui semble être peu visité par les randonneurs du SIA car il faut faire un détour d'environ 2 km pour s'y rendre. Pourtant, il vaut le détour car il est super bien aménagé. Les cloches de l'église sonnent les 12 coups de midi au moment même ou Diane ouvre la porte de l'abri. Quelle synchronicité! On se demande même si elles ne sonnent pas juste pour nous souhaiter la bienvenue.

 

SIA Trek Partie 2 - Secteur Vallée de la Matapédia

On a vraiment apprécié le robinet d'eau potable, le lac Rouge dans lequel je me suis baignée et rafraîchie après une autre journée à suer à grosses gouttes, la table de pique-nique avec un toit, la corde et les pinces à linge ainsi que le tapis à l'entrée de l'abri. Un gros merci aux bénévoles pour ces petites attentions qui apportent du bonheur aux marcheuses de longue randonnée que nous sommes. Autre moment de bonheur après la déception d'apprendre que le dépanneur annoncé sur les panneaux est fermé depuis déjà plusieurs années (on rêvait de s'acheter une crème glacée), on découvre la Framboisière ou on achète une grosse tomate et des biscuits maison. St-Alexandre est un joli petit village un peu à l'écart, ou les 4-roues sont plus nombreux que les autos sur la route.

Je découvre ma première ampoule à St-Alexandre
Je découvre ma première ampoule à St-Alexandre
Je découvre ma première ampoule à St-Alexandre
Je découvre ma première ampoule à St-Alexandre

Je découvre ma première ampoule à St-Alexandre

En chemin vers l'Érablière
En chemin vers l'Érablière
En chemin vers l'Érablière
En chemin vers l'Érablière
En chemin vers l'Érablière
En chemin vers l'Érablière
En chemin vers l'Érablière

En chemin vers l'Érablière

Les Chutes à Philomène, halte touristique mais on ne descendra pas au pied de la chuteLes Chutes à Philomène, halte touristique mais on ne descendra pas au pied de la chute
Les Chutes à Philomène, halte touristique mais on ne descendra pas au pied de la chute

Les Chutes à Philomène, halte touristique mais on ne descendra pas au pied de la chute

18 km faciles et plaisants jusqu'à Amqui
18 km faciles et plaisants jusqu'à Amqui
18 km faciles et plaisants jusqu'à Amqui
18 km faciles et plaisants jusqu'à Amqui
18 km faciles et plaisants jusqu'à Amqui
18 km faciles et plaisants jusqu'à Amqui
18 km faciles et plaisants jusqu'à Amqui
18 km faciles et plaisants jusqu'à Amqui
18 km faciles et plaisants jusqu'à Amqui

18 km faciles et plaisants jusqu'à Amqui

En chemin vers Amqui, c'est la première fois depuis le début que l'on voit des vaches. Il y a de beaux paysages de pâturage. Le nom de la ville d'Amqui est un mot Micmac qui signifie “lieu d’amusement” ou “lieu de jeux, lieu de plaisir”. Il est possible que des Micmacs et d’autres tribus s’y rassemblaient jadis pour célébrer des cérémonies et des fêtes.

Pour nous la fête cela veut dire manger enfin notre crème glacée mais aussi pour moi une guedille aux crevettes avec une bière blanche ''La coupable'' et non pas ''L'innocente'' comme le pensait Diane à la brasserie La Captive.

Au camping aussi c'est la fête car on retrouve Éléonore et on sera 7 marcheurs du SIA ce soir là, notre plus grosse gang du sentier. Les gens de la place sont super sympas. Notre 2e voisin de camping nous prête sa génératrice pour recharger nos équipements électroniques, puis c'est notre 1er voisin qui nous apporte une extension branchée sur sa prise car il trouve que la génératrice fait trop de bruit.  Très beau camping ou en plus la douche est gratuite!

On voulait prendre un taxi pour aller souper en ville car c'est à 4 km mais le chauffeur de taxi nous dit qu'il termine sa journée à 20 h et qu'on devra revenir à pieds. Finalement, c'est un gars en pick-up qui s'offre généreusement d'aller chercher une pizza en ville pour la gang. Ça c'est du service à la gaspésienne!

Amqui
Amqui
Amqui
Amqui
Amqui
Amqui
Amqui
Amqui

Amqui

La gang des 7 joyeux marcheurs

La gang des 7 joyeux marcheurs

Avant-dernière journée de 15 km jusqu'à l'abri des 3 sœurs
Avant-dernière journée de 15 km jusqu'à l'abri des 3 sœurs
Avant-dernière journée de 15 km jusqu'à l'abri des 3 sœurs
Avant-dernière journée de 15 km jusqu'à l'abri des 3 sœurs
Avant-dernière journée de 15 km jusqu'à l'abri des 3 sœurs
Avant-dernière journée de 15 km jusqu'à l'abri des 3 sœurs
Avant-dernière journée de 15 km jusqu'à l'abri des 3 sœurs
Avant-dernière journée de 15 km jusqu'à l'abri des 3 sœurs

Avant-dernière journée de 15 km jusqu'à l'abri des 3 sœurs

Journée très agréable et on prend notre temps mais ce sera une journée ou l'on joue au chat et à la souris. Après une pause pour mettre du chasse-moustique, Diane et moi on part en avant en pensant qu'Éléonore nous rattrapera. On fait une pause après 2h30 de marche mais toujours pas d'Éléonore en vue. Je décide de continuer à marcher car je suis la plus lente des 3. Diane attend Éléonore. Au bout d'environ 1 km je vois Éléonore surgir derrière moi. Elle sort d'un sentier dans le bois alors que j'ai marché le long de la route. Toutes les deux nous avons suivi les signalisations du SIA. Elle décide d'attendre Diane et je continue à marcher seule car je pense qu'elles vont me rattraper.

 

SIA Trek Partie 2 - Secteur Vallée de la Matapédia

Le débat du jour sera pour savoir qui a marché sur le SIA et qui a pris le mauvais chemin. La carte semble donner raison à Éléonore alors que le texte du guide semble me donner raison. J'en conclus que le sentier a été changé de place pour cette section mais que les anciens signes n'ont pas été enlevés, ce qui créé de la confusion et qui a fait qu'Éléonore s'est battue contre les ronces et les arbres tombés au milieu de son chemin et Diane n'a jamais vu Éléonore. Elle a demandé à un automobiliste si il l'avait vu et celui-ci a même roulé un 5 km pour chercher Éléonore en vain. Elle était en avant dans le bois. Finalement, on s'est toutes retrouvées au dernier point d'eau avant de prendre le sentier des 3 soeurs. On en a profité pour faire une halte lunch à la superbe halte pique-nique au bord du lac Matapédia. 

Et la vue du sommet des 3 soeurs
Et la vue du sommet des 3 soeurs

Et la vue du sommet des 3 soeurs

J'ai bien aimé le sentier dans le bois qui mène aux 3 soeurs. On a croisé les gars qui sont en train de remplacer la passerelle de bois. Ensuite cela grimpe mais le sentier est facile et bien entretenu. Quel bel abri! Bravo et merci aux bénévoles qui ont pensé et ont du travailler fort pour monter le matériel et construire cet abri. La vue est magnifique et on a passé une très belle dernière soirée et dernière nuit avec la pleine lune devant nos yeux dans le bois.

En allant à Saint-Vianney
En allant à Saint-Vianney
En allant à Saint-Vianney
En allant à Saint-Vianney

En allant à Saint-Vianney

Seulement 3 heures de marche faciles pour notre dernière journée jusqu'à Saint-Vianney. J'ai traîné un peu et pris mon temps en arrière car je voulais faire durer le plaisir de la marche et admirer la campagne environnante une dernière fois. En effet Diane et moi on termine notre longue randonnée ici pour cette année.

C'est le temps de la pause!
C'est le temps de la pause!
C'est le temps de la pause!
C'est le temps de la pause!
C'est le temps de la pause!
C'est le temps de la pause!
C'est le temps de la pause!
C'est le temps de la pause!

C'est le temps de la pause!

La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA
La vie dans les abris du SIA

La vie dans les abris du SIA

Pour les déjeuners c'est le maudit gruau qui est dans la casserole de chaque randonneur. Personne n'y échappe sauf Karine. J'essaye d'agrémenter le miens avec des fruits secs, des noix et des graines pour le rendre plus appétissant. Et à Ste-Marguerite, on a le luxe d'y ajouter des bleuets fraîchement cueillis dans le pré autour de l'abri. J'ai même une saveur différente pour chaque jour mais rien n'y fait. Même après plusieurs jours, je n'aime toujours pas cela.

La bouffe sur le SIA
La bouffe sur le SIA
La bouffe sur le SIA
La bouffe sur le SIA
La bouffe sur le SIA
La bouffe sur le SIA
La bouffe sur le SIA
La bouffe sur le SIA
La bouffe sur le SIA
La bouffe sur le SIA
La bouffe sur le SIA

La bouffe sur le SIA

  Vallée de la Matapédia Balise départ Balise Arrivée KM Départ Arrivée Total hres
2020-07-31 De l'abri de Ste-Marguerite à l'abri de Causapscal 581 560 21 7h40 13h00 5h20
2020-08-01 De l'abri de Causapscal au Camping Les Chutes 560 544 16 8h00 15h30 7h30
2020-08-02 Du Camping Les Chutes à l'abri de St-Alexandre-des-Lacs (+2 km) 544 534 12 7h30 12h00 4h30
2020-08-03 De de St-Alexandre-des-Lacs (+2 km) à L'abri de L'Érablière (pas d'eau) 534 520 16 8h50 13h30 4h40
2020-08-04 De L'abri de L'Érablière à l'abri d'Amqui 520 505 15 7h50 11h00 3h10
2020-08-05 De l'abri d'Amqui au Camping des Trois Sœurs (eau 2,5 km avant) 505 491 14 8h20 14h30 6h10
2020-08-06 Du Camping des Trois Sœurs à l'abri de St-Vianney 491 478 13 8h40 11h40 3h00
  Total   172 175      
Partager cet article
Repost0
11 août 2020 2 11 /08 /août /2020 18:13
Jessie nous laisse en bas de la côte
Jessie nous laisse en bas de la côte
Jessie nous laisse en bas de la côte

Jessie nous laisse en bas de la côte

C'est à Saint-Vianney que nous faisons la connaissance de Jessie de Nature Aventure qui nous conduira jusqu'à Matapédia. Durant le trajet, nous apprenons que le SIA a reçu du financement supplémentaire cette année. Ainsi, Jessie et 2 autres gars viennent de construire plusieurs ponts dans le canyon Clark et sont en train d'en terminer un, ce qui devrait nous rendre la randonnée du jour 3 plus facile car tous les passages à gué sont éliminés à l'exception de deux.  

Le sentier commence au km 650 qui se trouve de l'autre côté de la rivière Ristigouche au Nouveau-Brunswick. Il y a un barrage routier sur le pont car on ne peut pas se rendre au NB à cause de la COVID. Jessie nous laisse au bord de la route en bas de la côte entre le km 648 et 647. Je suis un peu déçue de sauter les 2 premiers km du SIA et on est plutôt surprise de réaliser que notre première destination est seulement à 300 m de marche, mais on monte déjà notre première côte et je ferai l'aller et retour une autre fois pour aller chercher de l'eau au dépanneur! 

Le belvédère des deux rivières

Le belvédère des deux rivières

Matapédia, " là où les rivières se rencontrent " en langue micmac. ». C’est ici que la rivière Matapédia et la rivière Restigouche se rencontrent.t.

Matapédia, " là où les rivières se rencontrent " en langue micmac. ». C’est ici que la rivière Matapédia et la rivière Restigouche se rencontrent.t.

Je ne savais pas ce qu'était un Lean-to avant d'arriver ici et de découvrir que nous allions dormir dans cet abri sommaire avec seulement un toit et 3 murs avec en prime un gros nid de guêpes au plafond qui s'agiteront même pendant la nuit. Dommage que le ciel était couvert car sinon nous aurions pu admirer les étoiles de notre sac de couchage. Ce sera notre seul hébergement du genre pour cette aventure. On peut pas dire qu'on ait vraiment bien dormi avec les moustiques et la pluie mais il faisait chaud.

Voici de quoi a l'air notre première nuit dans un Lean-to!
Voici de quoi a l'air notre première nuit dans un Lean-to!
Voici de quoi a l'air notre première nuit dans un Lean-to!
Voici de quoi a l'air notre première nuit dans un Lean-to!
Voici de quoi a l'air notre première nuit dans un Lean-to!
Voici de quoi a l'air notre première nuit dans un Lean-to!

Voici de quoi a l'air notre première nuit dans un Lean-to!

Première surprise! On voit arriver 2 filles avec de gros sacs à dos. Il s'agit de Karine (qui vient du même village de Lavaltrie que Diane) et Éléonore qui vont devenir nos nouvelles amies. On va se suivre pendant presque les 12 prochains jours. 

Deuxième surprise: on voit arriver un gars en sens inverse.  Jo vient de passer 3 jours sur le SIA jusqu'au refuge Corbeau. Il nous avoue qu'il n'est pas du tout entraîné, vient de passer les derniers 6 mois assis derrière un ordinateur, marche sans bâtons, n'a plus de nourriture, s'est perdu en voulant prendre un raccourci vers la route, a eu un lift par le père d'Éléonore et par la police. Il a l'air épuisé mais malgré tout il est de super bonne humeur et très drôle. Il nous dit que le sentier est super difficile et que cela monte tout le temps mais nous rassure en nous disant que si Jo peut le faire, nous aussi on peut le faire! Cela deviendra notre mantra pour les prochains jours: ''SI JO L'A FAIT, NOUS AUSSI ON PEUT LE FAIRE!''

Troisième surprise: dans la soirée, on voit passer un autre gars avec un sac minuscule qui nous salut et nous dit tout en continuant son chemin qu'il commence sur le SIA. Il ne campera pas avec nous et nous ne le reverrons pas. On l'a donc surnommé le fantôme, jusqu'à ce qu'on réalise par déduction sur les commentaires retrouvés dans les log books des refuges qu'il s'agissait surement de Vince, un gars qui a parcouru de très longues distances et qui était déjà bien en avance sur nous qui nous arrêtons à tous les refuges. 

 

Décidément il semble y avoir bien plus de marcheurs que nous le pensions sur le SIA et nous passons une belle soirée en agréable compagnie

Décidément il semble y avoir bien plus de marcheurs que nous le pensions sur le SIA et nous passons une belle soirée en agréable compagnie

Bravo à Jessie et son équipe qui ont créé ce magnifique arche de bienvenue trilingue qui marque le début de notre randonnée!
Bravo à Jessie et son équipe qui ont créé ce magnifique arche de bienvenue trilingue qui marque le début de notre randonnée!

Bravo à Jessie et son équipe qui ont créé ce magnifique arche de bienvenue trilingue qui marque le début de notre randonnée!

Cette première journée s’avérera l'une des plus difficiles et la plus longue pour Diane et moi, surtout les 8 premiers km jusqu'à la chute à Pico avec des montées et descentes rendues encore plus exigeantes et glissantes à cause de la fine pluie qui tombera presque toute la journée. Parties à 7h30, nous arriverons épuisées 9h40 plus tard au refuge Turcotte. 

Notre première balise au km 647, nos premières côtes et nos premières descentes!
Notre première balise au km 647, nos premières côtes et nos premières descentes!
Notre première balise au km 647, nos premières côtes et nos premières descentes!

Notre première balise au km 647, nos premières côtes et nos premières descentes!

Pause lunch à la chute à Pico
Pause lunch à la chute à Pico
Pause lunch à la chute à Pico

Pause lunch à la chute à Pico

Très beau belvédère qui nous permet d'admirer toute la distance parcourue à vol d'oiseau
Très beau belvédère qui nous permet d'admirer toute la distance parcourue à vol d'oiseau
Très beau belvédère qui nous permet d'admirer toute la distance parcourue à vol d'oiseau
Très beau belvédère qui nous permet d'admirer toute la distance parcourue à vol d'oiseau

Très beau belvédère qui nous permet d'admirer toute la distance parcourue à vol d'oiseau

Le chemin semble interminable et la chute à Roger est un endroit idéal pour un bain de pieds
Le chemin semble interminable et la chute à Roger est un endroit idéal pour un bain de pieds
Le chemin semble interminable et la chute à Roger est un endroit idéal pour un bain de pieds
Le chemin semble interminable et la chute à Roger est un endroit idéal pour un bain de pieds

Le chemin semble interminable et la chute à Roger est un endroit idéal pour un bain de pieds

Mise à part le Lean-to du début, nos 4 prochaines nuits nous allons les passer en refuges. Bien que rustiques, on y trouve un certain confort et de l'espace. Certains ont même 2 chambres séparées et on peut y dormir jusqu'à 8 personnes ensemble dans des lits superposés. Le maximum pour nous a été de 4 personnes. J'ai adoré dormir dans les refuges. Un des moments forts de la journée était quand fatiguée après plusieurs heures de marche, au détour du chemin, au milieu de la forêt, au bord de l'eau ou en haut d'une montagne, j'apercevais enfin le refuge. Ils sont tous super bien placés et on avait vraiment l'impression d'être seules au monde, loin du bruit et de la civilisation, un vrai havre de paix ou nous pouvions enfin relaxer après une dure journée de marche.

Le refuge du Corbeau est certainement le préféré de tous et pour sur il offre une vue imprenable sur les montagnes alentour du haut de sa terrasse.

Personnellement, j'ai quand même eu un coup de coeur en arrivant au refuge du Quartz, un ancien camp de chasseur en bois rond, qui a ravivé mes rêves de Française avec le stéréotype de la cabane au Canada. Après 25 ans de vie au Québec, je venais enfin de trouver ma cabane au Canada, qui bien que très attirante de l'extérieur était plutôt glauque à l'intérieur et s'est avérée être un repère pour les souris. Heureusement, que Diane ne s'en est pas rendue compte car elle a une peur bleue des souris, mais le lendemain matin Karine a remarqué que des sachets de thé et de barres de céréales sur les étagères avaient été grugés durant la nuit. On a aussi vu plus tard des images filmés par des randonneurs ou plusieurs souris se promenaient partout sur les murs et les poutres. Mais la technique de suspendre nos sacs après la barre en bois a quand même eu l'air de fonctionner.

Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!
Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!

Et voici un peu de quoi cela a l'air la vie en refuge sur le SIA!

Vue du Corbeau
Vue du Corbeau

Vue du Corbeau

Je ne regarderai plus jamais les cours d'eau de la même manière. Ils sont devenus ou bien une source de ravitaillement en eau ou bien une source de bain de pieds. Heureusement, il y en avait souvent car je buvais en moyenne 3 litres d'eau par jour. Un gros merci à Diane de s'être sacrifiée pour aller remplir ma bouteille au ruisseau Clark. J'ai eu vent que la descente de 300 m à partir du refuge du Corbeau a été une véritable expédition d'escalade. Les filles sont revenues toutes en sueur.

Très rapidement on développe une expertise pour remplir nos gourdes d'eau
Très rapidement on développe une expertise pour remplir nos gourdes d'eau
Très rapidement on développe une expertise pour remplir nos gourdes d'eau

Très rapidement on développe une expertise pour remplir nos gourdes d'eau

Qu'on se le dise franchement! Les 4 premiers jours n'ont rien de facile pour Diane et moi. Comme je l'ai lu en quelque part: le niveau de randonnée est parfois technique et avancéChaque jour, chaque km nous apporte son lot de difficultés. Diane pense même plusieurs fois qu'elle risque sa vie. En fait, on risque de glisser souvent car c'est de la terre glaise mouillée ou bien des roches glissantes ou bien des racines sur lesquelles on s'enfarge. Parfois, il nous arrive de ne parcourir qu'un seul petit km en une heure et les 2 derniers kms peuvent nous prendre 2 heures.

On doit faire attention à chaque pas que l'on fait car un dérapage pourrait signifier la fin de notre aventure. J'ai même craint à un moment donné que Diane me reproche de l'avoir embarqué dans une randonnée de MA-LA-DE, mais non, elle a assuré tout le long. Alors que dès les premiers jours, les bobos ont commencé à apparaître et à changer de place pour moi (aine, muscle fessier, bas du dos) pour finalement se localiser au niveau du genou gauche, Diane n'a souffert que du manque de sommeil.

Cette page du log book au Quartz illustre bien nos péripéties d'un jour :-)

Cette page du log book au Quartz illustre bien nos péripéties d'un jour :-)

SIA Trek Partie 1 - Secteur Avignon
SIA Trek Partie 1 - Secteur Avignon
SIA Trek Partie 1 - Secteur Avignon
SIA Trek Partie 1 - Secteur Avignon
SIA Trek Partie 1 - Secteur Avignon
SIA Trek Partie 1 - Secteur Avignon
SIA Trek Partie 1 - Secteur Avignon
SIA Trek Partie 1 - Secteur Avignon
SIA Trek Partie 1 - Secteur Avignon

Mais le plus gros défi ce sont les montées comme dans la face d'un singe et les descentes qui se rapprochent parfois d'un défi d'escalade. Heureusement que dans les endroits les plus difficiles on s'accrocher après une corde ou une racine. Diane et Éléonore sont meilleures dans les montées. Karine et moi, on en arrache et je sue comme j'ai jamais sué de ma vie. Dans les descentes, Karine file comme une gazelle et moi je suis plus à l'aise dans les descentes en autant que le sentier ne soit pas glissant ou trop vertical.

Traversée des ponts. Merci à Jessie de nous avoir rendu la vie plus facile grâce aux nouveaux ponts tout juste construits
Traversée des ponts. Merci à Jessie de nous avoir rendu la vie plus facile grâce aux nouveaux ponts tout juste construits
Traversée des ponts. Merci à Jessie de nous avoir rendu la vie plus facile grâce aux nouveaux ponts tout juste construits
Traversée des ponts. Merci à Jessie de nous avoir rendu la vie plus facile grâce aux nouveaux ponts tout juste construits
Traversée des ponts. Merci à Jessie de nous avoir rendu la vie plus facile grâce aux nouveaux ponts tout juste construits
Traversée des ponts. Merci à Jessie de nous avoir rendu la vie plus facile grâce aux nouveaux ponts tout juste construits
Traversée des ponts. Merci à Jessie de nous avoir rendu la vie plus facile grâce aux nouveaux ponts tout juste construits
Traversée des ponts. Merci à Jessie de nous avoir rendu la vie plus facile grâce aux nouveaux ponts tout juste construits
Traversée des ponts. Merci à Jessie de nous avoir rendu la vie plus facile grâce aux nouveaux ponts tout juste construits
Traversée des ponts. Merci à Jessie de nous avoir rendu la vie plus facile grâce aux nouveaux ponts tout juste construits

Traversée des ponts. Merci à Jessie de nous avoir rendu la vie plus facile grâce aux nouveaux ponts tout juste construits

Traversée des cours d'eau à gué, une occasion pour un bain de pieds
Traversée des cours d'eau à gué, une occasion pour un bain de pieds
Traversée des cours d'eau à gué, une occasion pour un bain de pieds
Traversée des cours d'eau à gué, une occasion pour un bain de pieds
Traversée des cours d'eau à gué, une occasion pour un bain de pieds
Traversée des cours d'eau à gué, une occasion pour un bain de pieds
Traversée des cours d'eau à gué, une occasion pour un bain de pieds
Traversée des cours d'eau à gué, une occasion pour un bain de pieds
Traversée des cours d'eau à gué, une occasion pour un bain de pieds

Traversée des cours d'eau à gué, une occasion pour un bain de pieds

Je ne voudrais surtout pas vous décourager à faire cette section du SIA ni vous donner l'impression que je ne l'ai pas aimé car en fait j'ai adoré cela. À aucun moment, je n'ai regretté d'être en train de marcher le SIA et le sentier n'était pas toujours difficile. Les paysages que nous avons traversés étaient sublimes. Il y avait de très beaux points de vue. J'ai adoré suivre et traverser les cours d'eau du canyon Clark, de la rivière Assemetquagan (Assemetquagan est d'origine micmaque et a pour signification « cours d'eau qui apparait après une courbe ») avec ses roches de quartz et le ruisseau creux.

Quelques magnifiques moments dans la section d'Avignon
Quelques magnifiques moments dans la section d'Avignon
Quelques magnifiques moments dans la section d'Avignon
Quelques magnifiques moments dans la section d'Avignon
Quelques magnifiques moments dans la section d'Avignon
Quelques magnifiques moments dans la section d'Avignon
Quelques magnifiques moments dans la section d'Avignon
Quelques magnifiques moments dans la section d'Avignon
Quelques magnifiques moments dans la section d'Avignon
Quelques magnifiques moments dans la section d'Avignon
Quelques magnifiques moments dans la section d'Avignon
Quelques magnifiques moments dans la section d'Avignon
Quelques magnifiques moments dans la section d'Avignon
Quelques magnifiques moments dans la section d'Avignon
Quelques magnifiques moments dans la section d'Avignon
Quelques magnifiques moments dans la section d'Avignon

Quelques magnifiques moments dans la section d'Avignon

C'est le temps d'une pause!
C'est le temps d'une pause!
C'est le temps d'une pause!
C'est le temps d'une pause!
C'est le temps d'une pause!
C'est le temps d'une pause!

C'est le temps d'une pause!

Moment historique ou Diane a récupéré sa bouteille qu'elle venait d'échapper de son sac

Moment historique ou Diane a récupéré sa bouteille qu'elle venait d'échapper de son sac

Autre moment marquant ou après avoir glissé d'un pont en fin de vie, je me suis retrouvée une botte remplie d'eau

Autre moment marquant ou après avoir glissé d'un pont en fin de vie, je me suis retrouvée une botte remplie d'eau

  Avignon Balise départ Balise Arrivée KM Départ Arrivée Total hres
2020-07-25 Du Pont de Rivière Restigouche au Lean-to de Matapédia 650 647 2 15h45 16h00 0 h 14
2020-07-26 Du Lean-to de Matapédia au Refuge le Turcotte 647 631 16 7h30 17h10 9h40
2020-07-27 Du Refuge le Turcotte au Refuge Le Corbeau 631 621 10 8h45 12h30 3h45
2020-07-28 Du Refuge le Corbeau au Camping Le Quartz 621 604 17 7h00 16h20 9h20
2020-07-29 Du Camping le Quartz au Camping du Ruisseaux-Creux 604 592 12 8h40 16h05 7h25
2020-07-30 Du Camping du Ruisseaux-Creux à l'abri de Ste-Marguerite 592 581 11 8h30 11h30 3h00
Partager cet article
Repost0
11 juillet 2020 6 11 /07 /juillet /2020 20:08

Dans moins de deux semaines, Diane et moi entamerons une longue randonnée de 12 jours, environ 170 km, sur une section du Sentier International des Appalaches (SIA), soit la partie sud de la Gaspésie. Nous partirons du village de Matapédia, juste à côté du Nouveau-Brunswick ou nous ne sommes plus les bienvenus depuis la pandémie de la COVID 19. Les terres sur lesquelles nous allons marcher font partie du territoire traditionnel des micmacs (Mi'kmaq). D'ailleurs, beaucoup de noms sur notre parcours viennent de mots micmac. Le nom de Matapédia vient du mot micmac ''matapediag'' qui signifie ''jonction de rivières''. C'est ici que la rivière Matapédia et la rivière Restigouche se rencontrent.

Le Sentier International des Appalaches (SIA) c’est plus de 650 km de sentiers en Gaspésie qui commencent à Matapédia jusqu'au parc national Forillon. C’est aussi le GR A1, homologué en 2015 par la Fédération Française de la Randonnée Pédestre, premier itinéraire de Grande Randonnée (GR®) en Amérique du Nord.

Il y a 2 ans, j'ai fait une brève incursion sur ce sentier pour une fin de semaine d'initiation à la longue randonnée organisée par le SIA dont je parle dans cet article. C'était dans la section de la réserve faunique de Matane. Depuis ce temps-là l'idée de faire le SIA au complet a muri mais je ne me sentais pas d'attaque pour l'entreprendre seule car on traverse des sections isolées et difficiles. Finalement, cet hiver après avoir complété le Rideau Trail End-to-End, j'ai étudié les cartes et c'est là que j'ai pris la décision plutôt que de le faire au complet de commencer par en faire une section, soit un peu moins du tiers. J'ai proposé le projet à Diane, qui une fois de plus a accepté d'embarquer dans l'aventure.

Puis, le CORONA virus est arrivé. Du jour au lendemain, on se retrouve confiné et à faire du télétravail. On doit annuler un voyage prévu à Ste-Lucie. Pendant 2 mois, je ne vois plus personne. La déprime des premières semaines laisse place à une nouvelle routine: yoga, télétravail et marches dans mon quartier. Toutes mes activités et mes projets de voyage tombent à l'eau sauf un: celui du SIA. Tout au long du confinement, alors que tout ce qui est non essentiel est fermé, même les frontières entre l'Ontario et le Québec, Diane et moi on garde espoir et on se prépare pour notre projet de longue randonnée. Aujourd'hui, je peux vous avouer que c'est ce qui m'a grandement aidé à passer au travers du confinement.

Deshydration version DianeDeshydration version Diane

Deshydration version Diane

Deshydratation version RéjanneDeshydratation version Réjanne

Deshydratation version Réjanne

Alors voilà, on s'est mise toutes les deux à expérimenter la déshydratation des aliments. Diane a pris cela très au sérieux. Elle a emprunté le deshydrateur à nos amis Janice et David, s'est procurée un livre de recettes pour la longue randonnée et elle a testé des dizaines de recettes, des plats qu'elle a ensuite deshydratés, réhydratés et dégustés pour choisir ses recettes préférées. Elle s'est découvert un nouveau hobby et est devenue une vraie pro de la deshydratation. Alors que moi, de mon côté, j'ai d'abord essayé de deshydrater dans mon four mais la température ne peut pas se baisser à moins de 170 degrés, le résultat n'était pas optimal. J'ai fini par utiliser mon petit four grille-pain qui peut aller à 150 degrés. Vive le télétravail qui m'a permis de pratiquer la deshydratation car je mettais mes aliments a 6h le matin et des fois jusqu'à 21h le soir. Étant donné la petite taille du four, il m'a fallu parfois 3 jours pour deshydrater un seul repas.

Et voilà le résultat! Mes repas deshydratés pour quelques jours

Et voilà le résultat! Mes repas deshydratés pour quelques jours

Durant le confinement, chacune dans notre quartier, nous nous sommes pratiquées à marcher d'abord sans puis avec le sac à dos. Grâce au confinement j'ai découvert mon quartier. J'ai été surprise de rencontrer des chevreuils, des renards et même un coyotte. Diane a suscité la curiosité des gens de son quartier dont plusieurs qui l'ont interpellé pour savoir pourquoi elle marchait avec un si gros sac. L'idée c'était d'augmenter progressivement la charge pour porter 30 livres afin le jour venu d'être confortable avec un sac d'environ 25 livres. C'est ce dont nous pensons avoir besoin pour une autonomie de 6 jours de marche. Diane est tout à fait prête alors que moi je n'ai pas pu suivre le plan de match. J'ai du ralentir la cadence à cause de petits soucis à mon dos. Heureusement après le déconfinement j'ai pu consulter un bon massothérapeute. Donc, physiquement, je ne suis pas au top et je m'attends à en arracher un peu plus dans les premiers jours mais je vais y aller à mon rythme et tout devrait bien aller.

Après le déconfinement, on a enfin pu recommencer à marcher ensemble dans le parc de la Gatineau. Le moral était au beau fixe.

J'ai pratiqué ma technique pour les selfies avec distantiation sociale durant nos pratiques de marche
J'ai pratiqué ma technique pour les selfies avec distantiation sociale durant nos pratiques de marche
J'ai pratiqué ma technique pour les selfies avec distantiation sociale durant nos pratiques de marche
J'ai pratiqué ma technique pour les selfies avec distantiation sociale durant nos pratiques de marche
J'ai pratiqué ma technique pour les selfies avec distantiation sociale durant nos pratiques de marche

J'ai pratiqué ma technique pour les selfies avec distantiation sociale durant nos pratiques de marche

Quelques annectodes durant nos pratiques de marche qui nous permettaient de tester notre matériel: Diane est devenue la spécialiste pour égarer son équipement sur les sentiers. Lors de notre marche sur le chemin de la route des Zingues, elle réalise qu'elle n'a plus son sac de couchage tout neuf qu'elle avait accroché à l'extérieur en bas de son sac à dos. Heureusement, elle le retrouvera. Une autre journée, on se donne rendez-vous pour marcher jusqu'à la tour à feu. Quand j'arrive au point de départ, je réalise que j'ai oublié mes bottes de randonnée. Pas question de faire la marche avec mes gougounes. Je retourne chez nous les chercher et Diane fait donc la marche toute seule. Cette fois-ci, elle réalise une fois qu'elle a terminé qu'elle a perdu sa bouteille avec son filtre à eau. Heureusement, elle a une petite idée d'ou elle a pu la perdre. Elle y retourne sans le sac et retrouve la bouteille.

La morale de ces annecdotes c'est qui'il faut toujours vérifier son équipement avant de partir et surtout ne rien laisser accroché à l'extérieur du sac. J'espère qu'on va s'en rappeler quand on sera sur le SIA et qu'on ne perdra rien en chemin.

Diane a retrouvé son sac de couchage sur la Route des Zingues
Diane a retrouvé son sac de couchage sur la Route des Zingues
Diane a retrouvé son sac de couchage sur la Route des Zingues

Diane a retrouvé son sac de couchage sur la Route des Zingues

Un dimanche lors d'une pratique de marche dans le parc de la Gatineau, on croise une dame qui nous dit en blaguant: ''est-ce que vous vous en allez camper au lac Philippe comme cela?''. Il n'en fallait pas plus pour m'inspirer et tout d'un coup l'idée d'une dernière pratique avant le départ vient de germer. Comment se fait-il que je n'y ai pas pensé avant? J'étudie la carte et je propose donc à Diane de faire 2 jours de rando-camping en stationnant l'auto au P17, on peut faire une boucle de 22 km, donc 11 km par jour et dormir un nuit au camping du lac Philippe.

J'ai jamais eu l'idée d'aller camper dans le parc de la Gatineau car je fais partie de ceux qui sont toujours tenté d'aller plus loin pour découvrir ce qu'il y a ailleurs. Une autre leçon apprise de la COVID, c'est de consommer local, non seulement pour nos achats de nourriture mais pour nos activités de loisir. Comme un campeur de Gatineau nous a dit: Après tout, ce qu'on recherche en camping c'est un lac, une plage, la forêt et les commodités pour camper, surtout quand on est avec de jeunes enfants. Et là tout y est. Il est tout content car on vient de lui donner une nouvelle idée d'activité pour sa jeune famille quand ses enfants seront un peu plus grands. Et voilà qu'on vient de partir une chaîne qu'on pourrait intituler ''inspirer le suivant''. 

22 km de rando-camping sur 2 jours avec une tonne de moustiques
22 km de rando-camping sur 2 jours avec une tonne de moustiques
22 km de rando-camping sur 2 jours avec une tonne de moustiques
22 km de rando-camping sur 2 jours avec une tonne de moustiques
22 km de rando-camping sur 2 jours avec une tonne de moustiques
22 km de rando-camping sur 2 jours avec une tonne de moustiques

22 km de rando-camping sur 2 jours avec une tonne de moustiques

J'espère franchement qu'on pourra inspirer d'autres personnes à faire de la randonnée-camping dans le parc de la Gatineau car pour l'instant, on peut dire que Diane et moi étions des marginales. Tout est prévu pour les campeurs qui viennent en auto. Il y a bien cette affiche qui souhaite la bienvenue aux vélos mais rien pour les marcheurs. Et puis il y a cette autre affiche qui nous avise de faire attention aux ratons-laveurs et de toujours laisser la nourriture dans l'auto. Alors on fait comment en rando-camping? Et bien je pratique la technique que m'avait montré Renée-Claude pour accrocher nos sacs de bouffe entre 2 arbres. Ok j'ai pas réussi à les mettre assez haut pour qu'ils soient hors de portée d'un ours mais c'est suffisant pour l'énorme raton-laveur que Diane verra traverser la tente cuisine de nos voisines de camping. Je suis quand même fière de moi car on a retrouvé nos sacs intacts le lendemain matin alors que le raton-laveur est revenu en pleine nuit.

Le test de la cuisine au camping
Le test de la cuisine au camping
Le test de la cuisine au camping
Le test de la cuisine au camping
Le test de la cuisine au camping
Le test de la cuisine au camping
Le test de la cuisine au camping
Le test de la cuisine au camping

Le test de la cuisine au camping

Coucher de soleil sur le lac Philippe
Coucher de soleil sur le lac Philippe
Coucher de soleil sur le lac Philippe

Coucher de soleil sur le lac Philippe

Ceux qui comme moi aiment l'aventure le savent, les préparatifs sont autant de moments de plaisir et d'excitation que l'aventure en soi. Cela fait des semaines qu'on y allait une étape à la fois et que petit à petit notre projet prenait forme. Comme il s'agit d'une longue randonnée en quasi autonomie, il fallait penser à tout en terme de bouffe et de transport. 

Alors en bref, voici un aperçu de ce à quoi cela va ressembler:

  • 2 jours d'auto avec une nuit à l'AJ de Rivière-au-Loup à l'aller et une nuit à Québec chez une amie à Diane au retour
  • Service de navette de notre point d'arrivée (St-Vianney) à notre point de départ (Matapédia) (150$ + taxes)
  • 12 jours de marche (entre 10 et 20 km par jour)
  • 13 nuits en refuge ou abri Lean-to ($282 + taxes tous réservés d'avance) donc pas de tente
  • Envoi de colis de ravitaillement à mi-parcours en poste restante à Causapscal
  • Possibilité de douche à 3 endroits durant la longue randonnée (mais seulement à partir de la 6e journée!)
  • Possibilité de faire une épicerie et de souper dans une cantine à Causapscal (j'ai déjà prévu d'aller manger à la Poutine du bonheur :-) et à Amqui
  • Approvisionnement en eau dans les cours d'eau (filtre à eau pour Diane et pastilles pour purifier l'eau)

Nos boîtes de ravitaillement sont parties le 6 juillet. Celle de Diane est arrivée. La mienne je ne sais pas. J'ai eu un drôle de message: ''un avis a été laissé''. Donc pour l'instant, j'ai seulement pour garantie d'avoir un rouleau de papier de toilette car ça ne rentrait pas dans ma boîte alors c'est Diane qui l'a mis dans la sienne.

 

Préparation et expédition des boîtes de ravitaillement
Préparation et expédition des boîtes de ravitaillement
Préparation et expédition des boîtes de ravitaillement
Préparation et expédition des boîtes de ravitaillement
Préparation et expédition des boîtes de ravitaillement

Préparation et expédition des boîtes de ravitaillement

Voici le contenu de ma boîte de 3,8 kg pour 6 jours de randonnée:
 
Soupers:
1. couscous au citron et épinards et tofu
2. Pâtes de riz et de quinoa avec riz, pois verts, tofu, gingembre, sauce tamari
3. Quinoa, fèves mung, carotte, pois verts, coconut et épices indiennes
4. Lentilles, riz, sauce tomate
5. Riz, fèves mung, coconut et épices indiennes
2 cup-a-soup Lipton
2 soupes miso
1 soupe thaï avec vermicelle
1 poireau déshydraté
2 carottes déshydratées
Champignons déshydratés
Déjeuners:
7 sachets de gruau (38 et 50 g chaque)
7 sachets thé matcha
2 bananes déshydratées
Beurre d'arachide en poudre
Graines de chia et de chanvre
Bleuets et canneberges séchés
Lunch et collations:
6 barres Clif
2 barres Sunrise
2 barres Made Good
2 barres aux figues
1 sac de mélange de fèves rôties salées, noix, amandes....
1 sac de graines de tournesol et citrouille
1 sac de fruits secs: dates, mangues, abricots, raisins de corinthe
3 sachets de thon
Algues sèches
1 flacon avec élecrolytes
6 bonbons Vogel au sapin et au miel

À quoi m’attendre durant ces 12 jours de randonnée? Je ne veux pas trop en savoir d’avance. En mars, nous avons rencontré Anne qui l’a fait au complet avec sa fille l’an dernier. La section que nous allons marcher n’est pas la plus difficile mais nous aurons quand même des défis, entre autre une rivière à traverser 8 fois dans la même journée avec l'aide d'un cable par endroit.

Nous allons traverser les secteurs d’Avignon et de la vallée de la Matapédia. Selon le site du SIA, ce qui nous attend c’est un décor de rivières et de montagnes, une variété de paysages, écosystèmes forestiers, vallées profondes et points de vues à flancs de montagne; le canyon Clark Nord, un canyon luxuriant et impressionnant. On va longer les contreforts de la rivière Assemetquagan où il y a des saumons; parfois de vieux sentiers de gardes forestiers, d’anciennes pistes d’orignaux, des chemins forestiers abandonnés ainsi que les routes secondaires de six municipalités (Sainte-Marguerite, Causapscal, Saint-Alexandre-des-Lacs, Lac-au-Saumon, Amqui et Saint-Vianney).

Préparation du contenu du sac à dos

Préparation du contenu du sac à dos

Pour conclure, je tiens à dire que l'équipe qui gère le SIA est absolument extraordinaire, entre autre Isabelle est tout à fait dévouée et toujours prête à répondre à nos questions. Je les remercie ainsi que les bénévoles qui entretiennent le sentier. Sans vous tous, je ne pourrais pas envisager une telle aventure.

Je ne publierai pas d'autres articles avant mon retour car je n'aurai pas accès à internet et je veux économiser mes batteries pour prendre des photos. Je vous donne donc rendez-vous dans quelques semaines pour connaître la suite...

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2019 3 16 /10 /octobre /2019 19:07

Du vendredi 11 au lundi 14 octobre 2019, Diane, David, Janice et moi-même avons marché entre 3 h et 6 h 30 par jour pour un total d'environ 64 km. Ce qui veut dire qu'on a complété les 5 dernières boucles qui nous manquaient pour notre défi Frontenac. YOUPI!!!!! Denis a déjà fini son défi avant nous. Une belle aventure mais aussi tout un défi car il ne s'agit pas juste de marcher, il a fallu planifier la logistique. On aurait pu se contenter de se joindre seulement aux marches déjà organisées par le Rideau Trail avec un leader comme on l'a fait une journée dans notre dernier week-end. Mais pour ce défi j'avais envie de camper aussi dans le parc afin de profiter le plus possible de la nature. Par contre, comme il n'y a que 12 sites de campings avec un maximum de 4 emplacements chaque, ils sont vite complets, comme la dernière fois. Ce qui fait qu'on a du dormir au Motel. Mais pour ces 4 jours et 3 nuits, j'ai pu avoir une place au 11D.

Les 4 amis avant et après 4 jours dans le bois!Les 4 amis avant et après 4 jours dans le bois!

Les 4 amis avant et après 4 jours dans le bois!

Vendredi 11 octobre 2019: Cedar Lake Loop (14 km)

Malgré le nombre de fois qu'on se rend au Park Office, Diane et moi on a encore réussi à se tromper 2 fois en chemin. En premier, on a raté la sortie pour la 7 sur la 417 et ensuite on a oublié de tourner à gauche après Perth. Ce qui fait qu'on est arrivé par encore un autre chemin et un peu plus tard qu'on l'aurait souhaité. À notre habitude, on a donc fait attendre Janice et David qui eux sont toujours à l'heure. 

4 jours à marcher dans le bois et 3 nuits de camping sauvage cela demande beaucoup de planification pour ne rien oublier ou presque: prévoir les repas, l'équipement pour camper et pour marcher! À peine arrivées, Diane réalise qu'elle a oublié le morceau d'équipement le plus important: ses bottes de randonnée! Ça commence bien la fin de semaine mais heureusement, elle ne conduisait pas en sandales. Elle va donc tester ses chaussures plus légères, sans orthèses mais sans le même support. Pourvu que cela fasse la job!

Qui a le meilleur camouflage?Qui a le meilleur camouflage?

Qui a le meilleur camouflage?

Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!

Ce sera une journée magnifique d'automne pour cette première randonnée qu'on va compléter en 5 h. 

À chaque croisement, une lecture de la carte s'impose car les boucles sont rarement bien indiquées sur les panneauxÀ chaque croisement, une lecture de la carte s'impose car les boucles sont rarement bien indiquées sur les panneaux
À chaque croisement, une lecture de la carte s'impose car les boucles sont rarement bien indiquées sur les panneaux

À chaque croisement, une lecture de la carte s'impose car les boucles sont rarement bien indiquées sur les panneaux

Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Pause lunch

Pause lunch

Le colori automnal est à son meilleur
Le colori automnal est à son meilleur
Le colori automnal est à son meilleur
Le colori automnal est à son meilleur
Le colori automnal est à son meilleur
Le colori automnal est à son meilleur
Le colori automnal est à son meilleur
Le colori automnal est à son meilleur

Le colori automnal est à son meilleur

On rencontrera plusieurs chevreuils peu farouches.On rencontrera plusieurs chevreuils peu farouches.

On rencontrera plusieurs chevreuils peu farouches.

Après la randonnée, il faut conduire 18 km, puis marcher environ 1 km pour nous rendre à notre camping. Et heureusement que le sentier est facile car Janice et David, des pros du camping mais qui ne voyagent pas léger devront faire 2 aller-retour à l'auto pour transporter tout leur équipement.

Il faut dire que d'habitude ils font plutôt du canot-camping. Ils ont d'ailleurs voyagé pendant 4 mois de Saskatoon à Ottawa en canot. Grâce à eux, on apprend plein de choses sur comment agrémenter son expérience de camping. Avec eux, le camping sauvage devient presque du camping de luxe.  On aura une belle grande toile au-dessus de la table pique-nique pour nous protéger de la pluie, une scie pour le bois, un contenant pour aller chercher de l’eau dans le lac, une lampe solaire, une soirée popcorn sur le feu et une soirée gâteau maison sur le feu. Ce sera le meilleur popcorn que j’ai mangé aromatisé au ghee et au sumac.

Ou sont les sherpas?
Ou sont les sherpas?

Ou sont les sherpas?

Samedi 12 octobre 2019: Gibson Lake + Hemlock Lake Loops (19 km)

Une grosse journée nous attend car on va faire 2 boucles et on nous annonce des averses à partir de l’après-midi. Cette fois-ci on part à 9h et directement du camping mais il faut marcher 2,5 km de plus aller et retour de plus pour se rendre jusqu’à Gibson Lake Loop.  On a droit à une belle forêt enchantée. Tout est jaune au-dessus de nos têtes et une nuée d’oiseaux noirs qui se préparent pour leur migration nous offrent un concert ou plutôt une cacophonie.

Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Les trois GrâcesLes trois Grâces

Les trois Grâces

La section la plus belle de la journée est commune aux deux loops, ce qui veut dire qu’on doit la marcher deux fois pour compléter nos deux boucles. Et bien c’est tant mieux parce qu’on peut y admirer toutes les nuances de rouge.

Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!

Alors qu’on arrive au camping #9 pour notre pause lunch, il pleut des cordes. À notre grand bonheur, il y a un site vacant et on peut donc s’installer pour manger avec nos ponchos et imperméables assis à la table de pique-nique. Diane protège ses chaussures pas imperméables sous la table.

Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!

La pluie diminuera et finira même par s’arrêter quand on reprendra la marche pour recommencer une fois au campement mais heureusement pas toute la soirée. Ce sera quand même une grosse journée avec 6h30 de marche.

Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!

Janice est super organisée pour la bouffe. Elle a préparé un menu pour tous leurs déjeuners, lunchs et soupers. Elle a déshydraté des aliments, a apporté toutes sortes d’épices. Tous leurs repas seront variés, vraiment santé et cuisinés de A à Z alors que Diane s’est préparée des sandwichs identiques pour les 4 jours et s’est apportée entre autres du porridge pour le matin et des sachets de pâtes Knorr pour les 3 soupers avec du chorizo pour accompagner le tout. Et moi, je me suis apportée des œufs durs et du porridge pour le matin, 4 cans de thon pour mes lunchs et pour les soupers des sachets Knorr ou autre marque de pâtes, de couscous, de riz, des pois chiches tout assaisonnés et du poireau pour accompagner le tout.

Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela
Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela
Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela
Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela
Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela
Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela
Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela
Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela
Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela
Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela
Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela
Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela
Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela
Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela
Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela
Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela
Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela
Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela

Résumé en photos de la merveilleuse vie de camping sauvage... mais tout compte fait, pas si sauvage que cela

J’adore la vie de camping car tous nos sens sont exacerbés dans la nature : notre vue, notre odorat, notre ouïe. Même la bouffe en sachet préparée sur le réchaud goûte bon. La lumière du matin ou du soir sur le lac, le ciel étoilé et éclairé par la presque pleine lune quand je me lève au milieu de la nuit pour aller aux toilettes, les soirées autour du feu, les bruits de la forêt la nuit, tout cela j’adore. Il paraît même qu’on a eu droit au hurlement des loups dans la nuit mais malheureusement je n’ai rien entendu car je dormais. Par contre, pour notre dernière nuit, on entendra le hurlement d’un coyote au loin juste avant de se coucher. J’étais super contente car c’était la première fois que j’en entendais un. Puis, au milieu de la nuit je serai réveillée cette fois par deux hululements stridents probablement d’un hibou mais qui paraissait être très proche de nos tentes.

Mais quand on parle de camping il faut aussi penser aux nuits entrecoupées de nombreux réveils, parfois froides si on n’a pas apporté un bon sac de couchage, enfiler des vêtements froids le matin et ne pas avoir envie de mettre le nez hors du sac de couchage ni de la tente, les odeurs nauséabondes des toilettes sèches, le parfum de boucane qui s’accroche à nos cheveux et à nos vêtements, pas de douche pendant 3 jours, etc. Pour ma part, je ne vois pas cela comme des désagréments car je ne me suis jamais sentie aussi vivante et pleine d’énergie que quand je suis plusieurs jours en immersion dans le bois.

Diane a été un peu trop optimiste et n’a pas prévu un sac de couchage assez chaud ni assez de vêtement. Elle a passé la soirée et dormi avec sa couverture de survie sur le dos. On dirait presque une itinérante comme en témoignent son look sur les photos. Mais ça va, elle garde sa bonne humeur. La première nuit sera rude mais heureusement les nuits suivantes seront plus chaudes et aussi on commence à s’habituer à notre nouvel environnement.

Dimanche 13 octobre: Big Salmon Lake Loop (19 km)

C’est encore une bonne journée de presque 20 km qui nous attend et je ne cacherai pas que j’ai les muscles des jambes un peu raides en sortant de la tente. On doit retourner au stationnement et prendre l’auto jusqu’au stationnement au bout de Big Salmon Lake Road, ce qui fait qu’on ne commencera pas à marcher avant 10h.

Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!

C’est fou ce qu’il s’en passe des choses dans un parc comme Frontenac! Le matin, sur les autos, un gars avait laissé une note et ses coordonnées parce qu’il avait perdu sa carte dans le parc. On a aussi rencontré une femme à deux reprises. Elle nous a dit qu’elle devait retrouver un homme à ce croisement de sentiers. Vraiment bizarre comme ‘’date’’ en plein milieu du parc Frontenac. ¨Pour moi le gars voulait lui poser un lapin!

C’est une journée magnifique sous le soleil pour faire le tour du Big Salmon Lake.

C’est une journée magnifique sous le soleil pour faire le tour du Big Salmon Lake.

Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!

C’est notre 3e journée dans le bois et on commence à se sentir à l’aise. On a déjà notre routine qui s’installe. On recroise même des marcheurs rencontrés la veille. Ils sont assis et fument du pot pendant leur pause. Il a ceux qui font aussi le défi Frontenac mais contrairement à nous qui sommes des newbies, tous ceux qu’on rencontre ont déjà complété le défi plusieurs fois. Est-ce un présage qu’une fois qu’on commence on devient accro et qu’on va être à nouveau là l’année prochaine? Et puis, il y a un certain nombre de through-hikers que nous croisons. Ce sont généralement des jeunes : quelques chums qui font une longue randonnée de fin de semaine avec leur gros sac à dos. On a même rencontré des femmes qui le faisaient solo. C’est génial et cela me donne des idées!

Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!

Et puis surtout, il y a les randonneurs locaux du dimanche avec leur chien. C’est dingue le nombre de gens qu’on croise avec leur chien. C’est notre journée la plus achalandée dans le parc. On finit par demander s’il n’y a un de fête canine en quelque part. C’est là qu’on apprend que des gens du coin ont perdu leur chienne Zoë dans le parc il y a quelques jours. Toute la communauté semble s’être donnée rendez-vous pour retrouver Zoë. Je découvrirai à mon retour qu’il y a même une page Facebook qui a été créé pour Zoë. On verra même des affiches à plusieurs endroits dans le parc. Il y a vraiment de l’action dans le bois! Avec les loups et les coyotes, on n’est pas très optimiste pour Zoë. Et bien, bonne nouvelle! J’ai appris sur Facebook que Zoë avait finalement été retrouvée par d’autres marcheurs. Elle était en bonne santé mais il a fallu lui retirer quelques tiques.

Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Pause lunch avec vue panoramique sur Big Salmon LakePause lunch avec vue panoramique sur Big Salmon Lake
Pause lunch avec vue panoramique sur Big Salmon Lake

Pause lunch avec vue panoramique sur Big Salmon Lake

Le sentier n'est pas toujours de tout repos mais on ne s'ennuie jamais
Le sentier n'est pas toujours de tout repos mais on ne s'ennuie jamais
Le sentier n'est pas toujours de tout repos mais on ne s'ennuie jamais
Le sentier n'est pas toujours de tout repos mais on ne s'ennuie jamais
Le sentier n'est pas toujours de tout repos mais on ne s'ennuie jamais

Le sentier n'est pas toujours de tout repos mais on ne s'ennuie jamais

On termine notre boucle vers 16h. Cela aura donc été une journée 6 h de marche et de plaisir.
On termine notre boucle vers 16h. Cela aura donc été une journée 6 h de marche et de plaisir.
On termine notre boucle vers 16h. Cela aura donc été une journée 6 h de marche et de plaisir.

On termine notre boucle vers 16h. Cela aura donc été une journée 6 h de marche et de plaisir.

Lundi 14 octobre 2019: Tesmine Lake Loop (10 km)

Pour terminer  le défi, j'avais planifié qu’on fasse la boucle du lac Tesmine, soit seulement 10 km qu’on va faire à partir de notre camping. Comme il y a encore des risques de pluie, on a prévu de se lever tôt pour défaire notre campement. Finalement c’est David qui nous réveille car à 6h30 il est déjà debout en train de démonter sa tente. Après déjeuner, on ne gardera que la toile au-dessus de la table de pique-nique et on laisse nos sacs et équipement là.

Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!

À 8h30 on est déjà en train de marcher. Je suis épatée! On devient de vrais pros mais surtout la machine est bien rôdée. Il me semble qu’on est là depuis longtemps et cela m’attriste de devoir quitter le bois bientôt car je me sens tellement bien, surtout en si bonne compagnie.

Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Le Prince Charmant de Janice

Le Prince Charmant de Janice

On dirait qu’on a gardé la randonnée la plus facile pour la fin ou alors on était devenu super bons car cela nous prendra tout juste 3h à compléter la boucle et sans pluie!

Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!
Quatre jours dans le bois et voilà notre défi Frontenac est complété!

On peut donc dire mission accomplie! On a rempli notre Hiker’s Trail Log avec les 11 indices : des noms de tortues, de grenouilles, de serpents et de salamandres dont je ne soupçonnais même pas l’existence. Alors voilà, c’est ce qui nous a motivé à marcher en rond sur environ 160 km dans ce magnifique parc provincial de Frontenac pendant plusieurs fins de semaine. À la clé, nous aurons droit à un certificat et aussi à voir notre nom affiché sur le mur du centre d’accueil pendant un an. Mais surtout, ce défi est aussi un prétexte pour marcher et une motivation à se dépasser et une occasion de partager de beaux moments entre amis.

Merci à Diane, Janice, David et Denis d’avoir accepté de faire ce défi avec moi. Sans vous, cela n’aurait certainement pas été aussi plaisant!

Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point
Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point

Levers et couchers de soleil sur le Kingsford Lake - Sulker View Point

Triste épilogue:

Au moment d’écrire ces lignes, il s’est déjà écoulé 2 semaines depuis la fin de notre défi Frontenac et un triste évènement est venu assombrir notre communauté du Rideau Trail. Nous avons appris le décès de notre ami Howard Robinson, leader de marche pour notre défi de raquette du Rideau Trail End-to-End.

Quel choc d’apprendre qu’il est mort samedi dernier durant une randonnée dans ce parc Frontenac alors que nous avons marché avec lui et son groupe pas plus tard que le 28 septembre. J’ai eu tellement de plaisir et de bons souvenirs dans toutes nos marches au cours des 2 derniers hivers et je pensais bien pouvoir célébrer la fin de mon Rideau Trail avec lui et sa femme Mary en 2020. J’avais beaucoup d’admiration pour Howard car il connaissait tous les oiseaux et les animaux qu’on pouvait rencontrer dans la nature. Il était toujours de bonne humeur, avait toujours le sourire et un grand sens de l’humour. C’est en partie grâce à Howard que j’ai eu l’envie de faire le défi Frontenac. La suite du Rideau Trail sans lui ne sera pas pareille. Il va nous manquer mais je garde de précieux souvenirs comme celui-ci avec l’araignée orange (Marble Orb Weaver). Repose en paix Howard!

Mes derniers souvenirs avec Howard le 28 septembre 2019 deux semaines avant qu'il nous quitte. Adieu mon ami!
Mes derniers souvenirs avec Howard le 28 septembre 2019 deux semaines avant qu'il nous quitte. Adieu mon ami!
Mes derniers souvenirs avec Howard le 28 septembre 2019 deux semaines avant qu'il nous quitte. Adieu mon ami!

Mes derniers souvenirs avec Howard le 28 septembre 2019 deux semaines avant qu'il nous quitte. Adieu mon ami!

Partager cet article
Repost0