Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réjanne globetrotteuse
  • : Venez découvrir ma passion et la réalisation de mes rêves: voyager un an en Asie ainsi que mes autres découvertes, telles que trekking et pèlerinage. Parcours, carnets de route, impressions, photos, conseils...
  • Contact

Recherche

3 janvier 2023 2 03 /01 /janvier /2023 19:48

C'est au bord de la petite playa Don Lino, dans la région de Holguin, à environ 780 km à l'est de La Havane que je viens de passer une semaine de vacances avec mon copain Denis. Nous étions à environ 45 km de la ville de Holguin. De l'aéroport, à cause de l'état de la route, cela prend environ une heure pour se rendre jusqu'au Don Lino, un complexe hotelier géré par la compagnie d'état Islazul.

Plage du Don Lino
Plage du Don LinoPlage du Don Lino

Plage du Don Lino

On semble être au bout du monde quand on arrive au Don Lino car il n'y a rien d'autre qu'une petite plage de sable blanc et un complexe d'une centaine de bungalows d'un ou 2 étages. C'est très bien car c'est que l'on recherchait. La majorité de la clientèle sont des Cubains. À l'exeption d'un jeune couple de Suisses, les quelques touristes étrangers qu'on rencontrera viennent  tous du Québec ou du reste du Canada.  On est très bien accueilli par un personnel cubain toujours serviable, souriant et de bonne humeur.

Au Don Lino, on peut croiser un coq, des poules, des poussins et des chèvres. Tous les matins, c'étaient les colibris qui venaient s'abreuver du néctar des fleurs violettes devant notre bungalow. Les vaches c'est un peu plus loin, en allant à la plage voisine des militaires qu'on les rencontrait.

Au Don Lino, on peut croiser un coq, des poules, des poussins et des chèvres.
Au Don Lino, on peut croiser un coq, des poules, des poussins et des chèvres.
Au Don Lino, on peut croiser un coq, des poules, des poussins et des chèvres.
Au Don Lino, on peut croiser un coq, des poules, des poussins et des chèvres.
Au Don Lino, on peut croiser un coq, des poules, des poussins et des chèvres.
Au Don Lino, on peut croiser un coq, des poules, des poussins et des chèvres.
Au Don Lino, on peut croiser un coq, des poules, des poussins et des chèvres.

Au Don Lino, on peut croiser un coq, des poules, des poussins et des chèvres.

Durant notre court séjour, on a fréquenté 3 plages: celle du Don Lino qui avait l'inconvénient d'avoir des roches et des oursins. Il fallait donc se baigner avec des sandales mais cela nous a permis de voir quelques beaux poissons avec le masque et le tuba. Bien plus à l'aise à faire de grandes respirations yogiques par le nez que des respirations par la bouche sous l'eau, ma première réaction en mettant masque et tuba a été de paniquer en disant à Denis ''Je ne serai jamais capable de respirer avec ça!''. À ce stade-ci, il faut savoir que j'étais encore sur la plage. Finalement, j'ai pris quelques bonnes respirations yogiques pour me calmer, et j'ai décidé d'essayer quand même tout en m'assurant de rester dans la zone ou j'avais pieds, histoire de ne pas augmenter mon niveau de stress. Je n'avais pas envie de croiser un barracuda, comme un touriste québécois avec qui on avait parlé le matin même. 

J'ai adoré mon expérience sous l'eau. J'ai découvert un nouveau monde. Je ne pensais pas qu'il y avait autant de vie si proche de la plage. J'étais tellement fascinée et captivée par la recherche des petits poissons bleu et jaune ainsi que des poissons noirs que j'en ai perdu la notion du temps et de l'espace mais j'ai surtout pas perdu de vue Denis. J'ai été toute surprise quand j'ai sorti la tête de l'eau en réalisant que je me retrouvais à l'autre bout de la plage.

La plage des militaires
La plage des militaires
La plage des militaires

La plage des militaires

La 2e plage se trouve à quelques metres du Don Lino, à côté de l'ancien Don Lino qui, nous a-t'on dit, a été balayé par un ouragan il y a de cela quelques années. La bâtisse qui se trouve sur le rocher est maintenant une résidence de vacances pour les militaires cubains. Il y avait un peu moins de roches mais les sandales étaient quand même préférables pour ne pas se blesser.

En marche vers la playa blanca
En marche vers la playa blanca
En marche vers la playa blanca
En marche vers la playa blanca
En marche vers la playa blanca
En marche vers la playa blanca

En marche vers la playa blanca

Pour se rendre à notre 3e plage: la playa Blanca à environ 3 km, il y a 2 possibilités: la route ou plutôt le chemin de terre ou bien longer la côte et traverser des bosquets. On a fait les deux mais mon préféré c'était le long du récif. On avait une belle vue sur la mer, les montagnes au loin, des pêcheurs qui ramaient dans leur barque pour aller poser leurs filets et on n'a rencontré personne en chemin.

On a aussi fait une partie du chemin de retour de la playa blanca en calèche

On a aussi fait une partie du chemin de retour de la playa blanca en calèche

Playa Blanca
Playa Blanca
Playa Blanca
Playa Blanca
Playa Blanca

Playa Blanca

La playa blanca était la plus belle des 3 car on pouvait s'y baigner sans crainte pour les pieds. La plage était plus grande et elle n'était fréquentée pratiquement que par des Cubains, dont par example cette famille en train de faire cuire un gros chaudron de arroz y frijoles (riz et fèves noires) pour un anniversaire de 50 personnes.

Là ou Christophe Colomb a débarqué en 1492
Là ou Christophe Colomb a débarqué en 1492
Là ou Christophe Colomb a débarqué en 1492
Là ou Christophe Colomb a débarqué en 1492
Là ou Christophe Colomb a débarqué en 1492
Là ou Christophe Colomb a débarqué en 1492

Là ou Christophe Colomb a débarqué en 1492

Le chemin parallèle à la playa blanca est bordé de quelques stands avec tables et chaises, la plupart étant fermés mais il y en avait quelques uns qui proposaient des breuvages et de la pizza. C'était vraiment tranquille même le dimanche de Noël. Quand on continue de marcher, on arrive à un secteur avec quelques bateaux de pêche. C'est là que se trouve une plaque qui nous informe que c'est ici que Christophe Colomb aurait mis les pieds pour la première fois à Cuba en 1492.

Lors de mon 1er voyage à Cuba en 2015 dans la région de Varadero, je n'avais pas eu l'occasion de découvrir la vie rurale. Ici je réalise à quel point le niveau de vie semble bas. I y a des maisons vétustes, des cabanes avec un toit de paille et il y a souvent un cochon proche de la maison. On a souvent rencontré des chevaux ou des boeufs qui servent de transport. Les chevaux ne tirent pas juste des calèches pour prommener les touristes. C'est aussi un moyen de transport local. Par contre, on a aussi vu pas mal de gens qui circulent en moto électrique. On a même eu l'occasion de faire un bout de trajet à 3 sur l'une d'elles de Santa Lucia au Don Lino, environ 8 km. C'était le soir et il n'y avait plus de bus pour rentrer. Alors qu'on marchait, un Cubain s'est arrêté et nous a offert de nous emmener en arrière de sa moto électrique. Cela nous a coûté 300 pesos (3 CAD$) et on a fait une belle ballade, cheveux au vent.

Chez Roberto et Gladis
Chez Roberto et GladisChez Roberto et Gladis

Chez Roberto et Gladis

Alors qu'on s'en allait à la playa blanca, Roberto nous a interpellé devant sa maison. Il nous a gentillement invité à boire un jus de noix de coco. Puis, il nous a apporté une assiette avec de la pastèque que nous n'avons pas mangé ainsi qu'une bouteille de miel. Avec sa femme Gladis ils nous ont parlé de la vie à Cuba et j'ai réalisé combien la vie était difficile pour les gens ordinaires et encore plus depuis la COVID. Ils manquent de beaucoup de choses et ne peuvent pas s'acheter certains biens essentiels. L'absence de touristes a été un coup dur car c'est ce qui fait marcher l'économie locale. Roberto ne travaille pas car il a des problèmes de santé. Le gouvernement lui donne 1500 pesos (15$) par mois de pension. Ils vivent aussi avec leur fille et leurs 2 petits-enfants. Gladis me montre ses sandales Crocs trouées et me demande si je n'en aurais pas une paire à lui donner ainsi que quelques vêtements. Lui aussi. On veut leur donner de l'argent pour payer la noix de coco et le miel mais ils refusent notre argent. On leur promet de revenir avant de partir pour leur donner les crocs de Denis. On reviendra le jour de Noël avec les crocs et 2 t-shirts. Ils semblaient vraiment contents.

Un Noël à Cuba
Un Noël à CubaUn Noël à Cuba
Le cheval, la vache, la chèvre, le cochon et le vautour sont les animaux que nous avons le plus vu.
Le cheval, la vache, la chèvre, le cochon et le vautour sont les animaux que nous avons le plus vu.
Le cheval, la vache, la chèvre, le cochon et le vautour sont les animaux que nous avons le plus vu.
Le cheval, la vache, la chèvre, le cochon et le vautour sont les animaux que nous avons le plus vu.
Le cheval, la vache, la chèvre, le cochon et le vautour sont les animaux que nous avons le plus vu.
Le cheval, la vache, la chèvre, le cochon et le vautour sont les animaux que nous avons le plus vu.
Le cheval, la vache, la chèvre, le cochon et le vautour sont les animaux que nous avons le plus vu.
Le cheval, la vache, la chèvre, le cochon et le vautour sont les animaux que nous avons le plus vu.

Le cheval, la vache, la chèvre, le cochon et le vautour sont les animaux que nous avons le plus vu.

C'est fascinant de voir tous ces vieux véhicules. C'est comme si il y avait un musée de l'auto partout ou l'on va
C'est fascinant de voir tous ces vieux véhicules. C'est comme si il y avait un musée de l'auto partout ou l'on va
C'est fascinant de voir tous ces vieux véhicules. C'est comme si il y avait un musée de l'auto partout ou l'on va
C'est fascinant de voir tous ces vieux véhicules. C'est comme si il y avait un musée de l'auto partout ou l'on va
C'est fascinant de voir tous ces vieux véhicules. C'est comme si il y avait un musée de l'auto partout ou l'on va
C'est fascinant de voir tous ces vieux véhicules. C'est comme si il y avait un musée de l'auto partout ou l'on va
C'est fascinant de voir tous ces vieux véhicules. C'est comme si il y avait un musée de l'auto partout ou l'on va

C'est fascinant de voir tous ces vieux véhicules. C'est comme si il y avait un musée de l'auto partout ou l'on va

Notre seule véritable escapade en dehors de la région du resort aura été pour visiter la ville portuaire de Gibara (72 000 habitants) à  environ 50 km à l'ouest mais 112 km de route parce qu'il faut revenir dans les terres jusqu'à Holguin puis redescendre pour s'y rendre en bus. En taxi, on nous avait proposé 85$ pour la journée mais on voulait prendre les transports locaux afin de vivre l'expérience d'être avec les Cubains. On donc pris le bus local des travailleurs de 8h jusqu'à Santa Lucia, puis un autre bus local jusqu'à Holguin. Là, on a suivi une dame super gentille qui s'en allait aussi à Gibara. Il a fallu attendre à un guichet pour qu'ils nous donnent un morceau de papier avec un no écrit à la main. Une fois le bus arrrivé, on a attendu en ligne qu'une employée appelle chaque no par ordre d'arrivée pour rentrer dans le bus et on payait directement au chauffeur. Finalement, cela nous a coûté seulement 60 pesos (0.60$) à deux à l'aller et 380 pesos pour le retour pour environ 3 heures de trajet.

En attente de notre prochain bus à la gare routière de Holguin
En attente de notre prochain bus à la gare routière de HolguinEn attente de notre prochain bus à la gare routière de Holguin

En attente de notre prochain bus à la gare routière de Holguin

Durant toute notre journée, on n'a rencontré aucun touriste. En observant les gens dans le bus, j'ai pensé que les liens entre les Cubains et les Canadiens devaient être forts, que ce soit en voyant un passager avec une casquette ornée du drapeau du Canada, une femmes qui tenait un sac vert du Dollorama, ou encore une autre qui portait des vêtements d'une marque canadienne. On a eu aussi l'occasion de rencontrer au Don Lino quelques québécois qui avaient épousé des femmes cubaines et vivaient une bonne partie de l'année à Santa Lucia.

Taxis collectifs à l'extérieur de la gare routièreTaxis collectifs à l'extérieur de la gare routière

Taxis collectifs à l'extérieur de la gare routière

Le bord de mer à Gibara
Le bord de mer à Gibara
Le bord de mer à Gibara
Le bord de mer à Gibara
Le bord de mer à Gibara

Le bord de mer à Gibara

Nous n'avons passé que quelques heures à déambuler dans les rues de Gibara. Cette ville n'est pas sans charme mais elle manquait un peu de vie. Les touristes ne semblent pas au rendez-vous. Nous ne sommes pas montés jusqu'au mirador mais nous avons pris le temps de manger au restaurant. La nourriture de Cuba fera d'ailleurs l'objet de mon prochain article.

Une ville qui semble un peu endormie
Une ville qui semble un peu endormie
Une ville qui semble un peu endormie
Une ville qui semble un peu endormie
Une ville qui semble un peu endormie

Une ville qui semble un peu endormie

Les enseignes et la propagande de l'époque de Fidel Castro sont encore bien présentesLes enseignes et la propagande de l'époque de Fidel Castro sont encore bien présentes
Les enseignes et la propagande de l'époque de Fidel Castro sont encore bien présentes

Les enseignes et la propagande de l'époque de Fidel Castro sont encore bien présentes

La statue du Comandante Camilo Cienfuegos Gorriaran

La statue du Comandante Camilo Cienfuegos Gorriaran

L'architecture coloniale donne à la ville de Gibara un charme certain
L'architecture coloniale donne à la ville de Gibara un charme certain
L'architecture coloniale donne à la ville de Gibara un charme certain
L'architecture coloniale donne à la ville de Gibara un charme certain
L'architecture coloniale donne à la ville de Gibara un charme certain

L'architecture coloniale donne à la ville de Gibara un charme certain

J'ai vraiment aimé ma semaine dans la région d'Holguin, surtout qu'il a fait beau et environ 30 degrés tous les jours. Le soleil le jour et le ciel étoilé le soir. Bien sur une semaine c'est trop court pour vraiment explorer les environs mais cela nous a quand même permis de découvrir une belle région et de rencontrer des gens d'une grande gentillesse. 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 14:31
Cocktail Ché Guevara
Cocktail Ché Guevara

Les Cubains parlent très facilement dans la rue et je me suis fait souvent interpeller. Comme je parle Espagnol j'ai pu avoir quelques échanges intéressants mais j'ai aussi rencontré un jeune couple de Cubains qui m'ont gentiment arnaqué en m'emmenant visiter la maison ou le Ché aurait vécu, un café maintenant. Je les ai invités à boire un verre. Les 3 cocktails Ché Guévara sans alcool, très bon et rafraîchissant mais cher, m'auront coûté environ 20$. Ensuite, ils m'ont emmené voir un musicien cubain soi-disant mondialement connu, un illustre inconnu pour moi, qui donnait un spectacle gratuit pour fêter ses 88 ans. Mais quand ils m'ont demandé si je ne pouvais pas acheter du lait pour leur bébé et que je leur ai dit non, ils se sont subitement volatisés...

Amaranto, pianiste cubain fêtant ses 88 ans dont 64 à jouer de la musique
Amaranto, pianiste cubain fêtant ses 88 ans dont 64 à jouer de la musique
Amaranto, pianiste cubain fêtant ses 88 ans dont 64 à jouer de la musique
Amaranto, pianiste cubain fêtant ses 88 ans dont 64 à jouer de la musique

Amaranto, pianiste cubain fêtant ses 88 ans dont 64 à jouer de la musique

La balade en fin de journée jusqu'au coucher de soleil sur le Malecon, au bord de l'eau, c'est 8 kms de long mais je n'en ai fait qu'une partie à pieds. J'y suis aussi passée en voiture et en autobus 2 étages. Certaines des vieilles bâtisses tombent en ruine mais c'est beau quand même et c'est un lieu agréable de promenade pour les touristes et les Cubains. Avec la lumière du soleil couchant et les automobiles de toutes les couleurs, je suis restée là longtemps à m'imprégner de cet endroit et à faire des photos. J'ai aussi marché et parlé avec quelques Cubains.

Le Malecon
Le Malecon
Le Malecon
Le Malecon
Le Malecon
Le Malecon

Le Malecon

Et pour finir, quelques photos de mon séjour plage à Varadero. C'est clair que ce n'est pas le genre de destination de voyage que je privilégie mais j'ai été agréablement surprise. Je craignais de me retrouver sur une plage défigurée par les complexes hôteliers. En fait, j'avais choisi un endroit plus petit avec des bungalows de un ou deux étages le long de la plage qui se trouve avant d'arriver à Varadero avec d'un côté un canal et de l'autre la plage. Malgré les commentaires très négatifs sur le Club Karey, j'ai bien aimé car avant tout c'était tranquille. C'est vrai que cela tombait un peu en ruine mais j'avais la vue et l'accès direct sur la plage. Je m'endormais au son des vagues et ce bout de plage était pratiquement désert. Varadero avec ses 20 km de plage de sable blanc et son eau turquoise a été un endroit parfait pour moi. J'ai pu prendre de longues marches et admirer un superbe coucher de soleil.

Mon bungalow au Club Karey à 2 pas de la plage, Varadero
Mon bungalow au Club Karey à 2 pas de la plage, Varadero
Mon bungalow au Club Karey à 2 pas de la plage, Varadero
Mon bungalow au Club Karey à 2 pas de la plage, Varadero
Mon bungalow au Club Karey à 2 pas de la plage, Varadero

Mon bungalow au Club Karey à 2 pas de la plage, Varadero

Mes plus belles photos clichés pour faire rêver à la plage, à la mer et au soleil..,
Mes plus belles photos clichés pour faire rêver à la plage, à la mer et au soleil..,
Mes plus belles photos clichés pour faire rêver à la plage, à la mer et au soleil..,
Mes plus belles photos clichés pour faire rêver à la plage, à la mer et au soleil..,
Mes plus belles photos clichés pour faire rêver à la plage, à la mer et au soleil..,
Mes plus belles photos clichés pour faire rêver à la plage, à la mer et au soleil..,
Mes plus belles photos clichés pour faire rêver à la plage, à la mer et au soleil..,
Mes plus belles photos clichés pour faire rêver à la plage, à la mer et au soleil..,
Mes plus belles photos clichés pour faire rêver à la plage, à la mer et au soleil..,

Mes plus belles photos clichés pour faire rêver à la plage, à la mer et au soleil..,

Partager cet article
Repost0
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 09:51

Pour oublier un peu un hiver canadien qui n'en finit pas, en mars, je fais une petite escapade dans les Caraïbes. J'ai choisi Cuba, un pays que je n'ai encore jamais visité et un séjour tout inclut à Varadero est le meilleur prix que j'ai trouvé. Et bien, non, je ne me suis pas convertie aux vacances de plage dans un grand resort. Au programme: 2 jours de plage, 3 jours à La Havane et 2 jours de plage pour finir.

J'ai eu un vrai coup de cœur pour la capitale La Havane. Après 3 heures d'autobus, je débarque dans le vieux Havane et me dirige vers le couvent Santa Clara ou je pensais trouver un hébergement mais il est fermé pour rénovation. Je cherche donc dans la partie sud de Havana dans les rues Santa Clara, Luz et Sol. Après avoir visité 2 casas, l'une étant complète, l'autre la propriétaire était absente, une Cubaine m'accompagne chez Xiomara sur la rue Merced. La chambre est très bien, propre avec salle de bain mais ce n'est pas dans une maison coloniale. Je voulais faire l'expérience de vie chez l'habitant pour échanger mais je serai un peu déçue car il n'y a pas de famille cubaine qui habite là. Je ne verrai Xiomara que le premier jour et les 2 matins, ce sera sa soeur qui viendra me préparer un petit-déjeuner avec fruits exotiques, un excellent café cubain, omelette et fromage. Je ne réussirai à engager la conversation avec elle que le 2e jour quand on parlera de ses enfants, dont une de ses filles qui a épousé un Français et vit proche de Marseille. Elle est allée la voir 2 fois en France. Elle a déjà un certain âge, est plusieurs fois grand-mère et travaille encore pour le gouvernement.

Pas possible de souper dans la famille non plus, alors pour goûter à la cuisine cubaine je décide de manger dans une cafétéria locale, chez Dona Alicia, pas de la grande gastronomie mais le poisson pané frit et le riz avec les fèves noirs est tout à fait acceptable et bon marché.

Casa particular Xiomara, symbole qui indique qu'il y a des chambres à louer pour les touristes
Casa particular Xiomara, symbole qui indique qu'il y a des chambres à louer pour les touristes
Casa particular Xiomara, symbole qui indique qu'il y a des chambres à louer pour les touristes

Casa particular Xiomara, symbole qui indique qu'il y a des chambres à louer pour les touristes

Le secteur sud de Habana Vieja, peu restauré mais pittoresque, dans lequel j'ai élu domicile
Le secteur sud de Habana Vieja, peu restauré mais pittoresque, dans lequel j'ai élu domicile
Le secteur sud de Habana Vieja, peu restauré mais pittoresque, dans lequel j'ai élu domicile
Le secteur sud de Habana Vieja, peu restauré mais pittoresque, dans lequel j'ai élu domicile
Le secteur sud de Habana Vieja, peu restauré mais pittoresque, dans lequel j'ai élu domicile
Le secteur sud de Habana Vieja, peu restauré mais pittoresque, dans lequel j'ai élu domicile
Le secteur sud de Habana Vieja, peu restauré mais pittoresque, dans lequel j'ai élu domicile
Le secteur sud de Habana Vieja, peu restauré mais pittoresque, dans lequel j'ai élu domicile

Le secteur sud de Habana Vieja, peu restauré mais pittoresque, dans lequel j'ai élu domicile

J'ai adoré déambuler dans les vieilles rues étroites de Havana Vieja surtout la partie non rénovée. Tout est vieux, beaucoup de bâtisses tombent en ruine mais dans cette décrépitude on retrouve une certaine atmosphère, certaines façades ont un cachet. Je me demande ce qu'on retrouve derrière ces fenêtres et ces portes grillagées ou en haut de ces longs escaliers sombres. Le rythme de vie est calme mais la vie de quartier est intéressante. Je me suis promenée seule à toute heure, le jour et le soir jusqu'à 22h sans aucune inquiétude. On se sent en sécurité. Il ne semble pas y avoir de délinquance.

Cuba: Je découvre La Havane
Cuba: Je découvre La Havane
Cuba: Je découvre La Havane
Cuba: Je découvre La Havane
Cuba: Je découvre La Havane
Cuba: Je découvre La Havane
Cuba: Je découvre La Havane

Je n'ai vu personne mendier dans la rue. Avec le système communiste à la cubaine, toute l'éducation et les soins hospitaliers sont gratuits. Chacun a droit à une libreta (carnet de rationnement) avec nourriture et bien essentiels gratuits dont la liste mensuelle est affichée sur une grande ardoise dans ces épiceries d'état. Il semble que l'état commence à se désengager car certains articles comme le savon ne sont plus dans les rations.

La vie quotidienne
La vie quotidienne
La vie quotidienne
La vie quotidienne
La vie quotidienne
La vie quotidienne

La vie quotidienne

Et bien sur, il y a l'industrie du tourisme qui doit en faire vivre beaucoup. Il y a tout le secteur touristique rénové ou en rénovation de Havana Vieja qui vaut vraiment la peine d'être visité. On retrouve des musées de tout et n'importe quoi dans presque chaque belle maison coloniale. J'ai visité entre autres une ancienne pharmacie, un musée dédié au pays le meilleur ami de Cuba: le Vénézuela.

Plaza Vieja, ma place préférée pour flâner, boire un verre et manger une pizza
Plaza Vieja, ma place préférée pour flâner, boire un verre et manger une pizza
Plaza Vieja, ma place préférée pour flâner, boire un verre et manger une pizza

Plaza Vieja, ma place préférée pour flâner, boire un verre et manger une pizza

La cathédrale, sa place vue du haut du campanile, les diseuses de bonne aventure
La cathédrale, sa place vue du haut du campanile, les diseuses de bonne aventure
La cathédrale, sa place vue du haut du campanile, les diseuses de bonne aventure
La cathédrale, sa place vue du haut du campanile, les diseuses de bonne aventure
La cathédrale, sa place vue du haut du campanile, les diseuses de bonne aventure

La cathédrale, sa place vue du haut du campanile, les diseuses de bonne aventure

Les beaux quartiers rénovés
Les beaux quartiers rénovés
Les beaux quartiers rénovés
Les beaux quartiers rénovés
Les beaux quartiers rénovés
Les beaux quartiers rénovés

Les beaux quartiers rénovés

Autour du parc central et du capitol
Autour du parc central et du capitol
Autour du parc central et du capitol
Autour du parc central et du capitol

Autour du parc central et du capitol

Église San Francisco de Asis et la vue du haut de la tour
Église San Francisco de Asis et la vue du haut de la tour
Église San Francisco de Asis et la vue du haut de la tour

Église San Francisco de Asis et la vue du haut de la tour

La Havane est un véritable musée à ciel ouvert. Sur la route, partout, une collection de vieilles voitures américaines. Elles sont très bien entretenues pour la plupart. Il y en a de toutes les couleurs. Sur ma Bucket List, j'avais faire un tour de La Havane en vieille auto décapotable américaine. J'ai choisi cette voiture orange parce que j'aime la couleur mais aussi parce que le guide était sympathique.

Tour de ville en grosse voiture!
Tour de ville en grosse voiture!
Tour de ville en grosse voiture!
Tour de ville en grosse voiture!
Tour de ville en grosse voiture!
Tour de ville en grosse voiture!

Tour de ville en grosse voiture!

Il s'agit juste d'un échantillon des voitures qui circulent dans les rues de La Havane
Il s'agit juste d'un échantillon des voitures qui circulent dans les rues de La Havane
Il s'agit juste d'un échantillon des voitures qui circulent dans les rues de La Havane
Il s'agit juste d'un échantillon des voitures qui circulent dans les rues de La Havane
Il s'agit juste d'un échantillon des voitures qui circulent dans les rues de La Havane
Il s'agit juste d'un échantillon des voitures qui circulent dans les rues de La Havane
Il s'agit juste d'un échantillon des voitures qui circulent dans les rues de La Havane
Il s'agit juste d'un échantillon des voitures qui circulent dans les rues de La Havane
Il s'agit juste d'un échantillon des voitures qui circulent dans les rues de La Havane
Il s'agit juste d'un échantillon des voitures qui circulent dans les rues de La Havane
Il s'agit juste d'un échantillon des voitures qui circulent dans les rues de La Havane
Il s'agit juste d'un échantillon des voitures qui circulent dans les rues de La Havane

Il s'agit juste d'un échantillon des voitures qui circulent dans les rues de La Havane

Et bien sur il y a les coco taxis ou Cuba taxis
Et bien sur il y a les coco taxis ou Cuba taxis
Et bien sur il y a les coco taxis ou Cuba taxis

Et bien sur il y a les coco taxis ou Cuba taxis

Dans ce pays avec un régime communiste, je m'attendais à trouver beaucoup de propagande communiste et aussi une forme de culte de la personnalité envers Fidel Castro. Effectivement, j'ai retrouvé à de nombreux endroits des enseignes qui nous rappellent que nous au pays de la révolution castriste mais je n'ai pas trouvé de statues ou représentations de Fidel (comme l'appelait ma guide du musée de la révolution). La seule photo que j'ai vu de Castro est une immense peinture en noir et blanc à l'entrée du musée de la révolution. Par contre, l'image du Ché est très présente partout en ville. En parlant avec les gens, j'en suis venue à la conclusion qu'il ne faut pas voir que du négatif dans le régime cubain. Si le système s'écroulait, du jour au lendemain, cela pourrait s'avérer catastrophique pour de nombreuses personnes qui ont toujours vécu dans cette société avec peu de richesse mais ou l'état est omni-présent et ou tous les services sont gratuits ou presque.

Ché Guevara, Hugo Chavez el mejor amigo de Cuba, comité de défense de la révolution, etc.
Ché Guevara, Hugo Chavez el mejor amigo de Cuba, comité de défense de la révolution, etc.
Ché Guevara, Hugo Chavez el mejor amigo de Cuba, comité de défense de la révolution, etc.
Ché Guevara, Hugo Chavez el mejor amigo de Cuba, comité de défense de la révolution, etc.
Ché Guevara, Hugo Chavez el mejor amigo de Cuba, comité de défense de la révolution, etc.
Ché Guevara, Hugo Chavez el mejor amigo de Cuba, comité de défense de la révolution, etc.
Ché Guevara, Hugo Chavez el mejor amigo de Cuba, comité de défense de la révolution, etc.
Ché Guevara, Hugo Chavez el mejor amigo de Cuba, comité de défense de la révolution, etc.

Ché Guevara, Hugo Chavez el mejor amigo de Cuba, comité de défense de la révolution, etc.

Visite très intéressante du musée de la révolution, qui fait partie du cursus scolaire de tous les enfants
Visite très intéressante du musée de la révolution, qui fait partie du cursus scolaire de tous les enfants
Visite très intéressante du musée de la révolution, qui fait partie du cursus scolaire de tous les enfants
Visite très intéressante du musée de la révolution, qui fait partie du cursus scolaire de tous les enfants
Visite très intéressante du musée de la révolution, qui fait partie du cursus scolaire de tous les enfants
Visite très intéressante du musée de la révolution, qui fait partie du cursus scolaire de tous les enfants
Visite très intéressante du musée de la révolution, qui fait partie du cursus scolaire de tous les enfants
Visite très intéressante du musée de la révolution, qui fait partie du cursus scolaire de tous les enfants

Visite très intéressante du musée de la révolution, qui fait partie du cursus scolaire de tous les enfants

Grâce à ma guide du musée, une professeure de français de l'école de ballet national, j'ai pu en apprendre plus sur l'éducation et sur la danse. Elle m'a parlé avec passion de son travail, de ses élèves, de l'école et de la danse. Dans son école, tous les élèves suivent un programme danse/études et cela inclut des cours de français car la terminologie du ballet est toute en français. Tout est gratuit mais les élèves pour rester doivent être excellents à la fois en danse mais aussi au niveau académique. On m'a dit aussi que, par exemple, un étudiant qui vient de terminer ses études en médecine doit rendre à la société ce qui lui a été donné (la gratuité de ses études) pendant 2 ans, c'est à dire qu'il ne sera pas payé. Et cela s'applique à tous les domaines d'études. Il s'agit donc d'un travail social ou d'une forme de stage mais au bout de 2 ans la dette est payée!

J'ai eu la chance de visiter l'école de ballet dans un vieil édifice avec beaucoup de charme mais surtout d'assister à un de leurs spectacles mensuels. J'étais la seule touriste parmi tous les parents des enfants du primaire jusqu'au secondaire. Parmi tous ces danseurs talentueux, peut-être y avait-il de futures danseuses étoiles. C'était de toute beauté! Malgré l'état du plancher (certainement pas aux normes de sécurité de chez nous), la chaleur accablante (pas d'air climatisé), j'ai vu des étincelles de passion et de fierté dans les yeux de ses enfants et beaucoup de joie et de plaisir dans leurs sourires. Cela a été un des plus beaux souvenirs de mon séjour à La Havane.

École de danse du ballet national de Cuba
École de danse du ballet national de Cuba
École de danse du ballet national de Cuba
École de danse du ballet national de Cuba
École de danse du ballet national de Cuba
École de danse du ballet national de Cuba
École de danse du ballet national de Cuba
École de danse du ballet national de Cuba
École de danse du ballet national de Cuba
École de danse du ballet national de Cuba
École de danse du ballet national de Cuba
École de danse du ballet national de Cuba
École de danse du ballet national de Cuba
École de danse du ballet national de Cuba
École de danse du ballet national de Cuba

École de danse du ballet national de Cuba

Partager cet article
Repost0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 15:57
Jamaica, Yeah mon! Respect!

L'hiver dernier a été le plus long depuis que je suis au Canada. Prémonition ou pas, ce fut aussi la première fois que j'achetais un voyage dans le sud, imitant ainsi la plupart des Canadiens qui partent faire le plein de soleil sur les plages de grands complexes hôteliers des îles du sud pour mieux supporter le rude hiver de notre merveilleux pays.

Jamaica, Yeah mon! Respect!

Nous voilà donc partis avec WestJet destination Ocho Rios pour une semaine de vacances en Jamaïque du 27 janvier au 3 février 2014, mais pas dans un grand complexe tout inclus car pour la voyageuse indépendante que je suis, ce serait vraiment trop radical comme changement de style de vacances. On opte donc pour la formule chambre au Rooms incluant le petit déj seulement, un petit hôtel selon les standards de ce genre de destination avec ses 100 chambres et ses 3 étoiles je crois, mais avec vue et accès direct à la plage et aussi situé au coeur de la petite ville d'Ocho Rio, un excellent choix pour nous.

Le départ s'annonce bien avec notre chauffeur de taxi qui nous conduit à 3 h du matin sous la neige jusqu'à l'aéroport d'Ottawa et la musique de Bob Marley alors qu'il ne connaît même pas notre destination, Un heureux présage, je crois! All is right!

Vue devant l'hôtel Rooms ou bien de notre chambre
Vue devant l'hôtel Rooms ou bien de notre chambreVue devant l'hôtel Rooms ou bien de notre chambre
Vue devant l'hôtel Rooms ou bien de notre chambreVue devant l'hôtel Rooms ou bien de notre chambreVue devant l'hôtel Rooms ou bien de notre chambre
Vue devant l'hôtel Rooms ou bien de notre chambreVue devant l'hôtel Rooms ou bien de notre chambre

Vue devant l'hôtel Rooms ou bien de notre chambre

Jamaica, Yeah mon! Respect!

J'ai vraiment été agréablement surprise par la Jamaïque et les Jamaïcains, un petit pays propre et magnifique à la végétation luxuriante et des gens gentils, décontractés, qui portent souvent un uniforme dans leur travail,et qui sont très serviables.

J'ai été étonnée de voir qu'il y avait si peu de plages publiques. C'est dommage pour les Jamaïcains qui ne peuvent même pas avoir accès à leurs plages sans avoir à payer! On est souvent abordé pour un tour en bateau, une visite touristique en taxi, pour des achats d'alcool avec livraison à la chambre ou encore pour l'achat de Ganja, mais tout se fait de façon bon enfant, rien à voir avec les méthodes plutôt agressives de certains pays d'Asie comme l'Inde, pour ne pas la nommer.

Notre plage n'est pas grande mais très belle, entourée de palmiers. On y marchera souvent le matin et le soir. Le seul désagrément ce sont ces paquebots nommés Carnival Breeze ou bien Island Princess qui nous gâchent un peu la vue. Il en arrive un presque tous les jours. Il déverse son flot de touristes vers 8h et repart vers 16h.

La plage à Ocho Rios
La plage à Ocho Rios
La plage à Ocho Rios
La plage à Ocho Rios
La plage à Ocho Rios
La plage à Ocho Rios
La plage à Ocho Rios
La plage à Ocho Rios
La plage à Ocho Rios
La plage à Ocho Rios
La plage à Ocho Rios
La plage à Ocho Rios

La plage à Ocho Rios

Jamaica, Yeah mon! Respect!

Côté bouffe, on s'est régalé! Le midi on mangeait pour environ 3-4$ chaque à un genre de cantine locale: un plat de riz et poisson ou riz et poulet à emporter ou bien des patties fourrés au poisson, crevettes ou légumes.

Le soir, on mangeait dans un restaurant local. Une fois qu'on a découvert le Fancy restaurant sur l'avenue James, on y est retourné presque tous les soirs. Le souper nous coûtait entre 25 et 30 $ bière Red Stripe incluse pour deux.

Les spécialités auxquelles on a gouté sont des curry de poissons, crevettes, chèvre (Ashu), le jerk chicken (Ashu), jerk conch (moi), le tout presque toujours servi avec un riz mélangé à quelques fèves rouges.

Mon coup de coeur a été un lunch au restaurant Whalers, sur la Fishermen's beach. Le meilleur poisson en ville selon le Lonely planet. On a eu droit à deux poissons entiers très frais à la escoviche (frit avec une marinade épicée de vinaigre, oignons, carottes et poivrons). Tout en mangeant, on a pu observer les pêcheurs et la mer.

Un autre spécial a été un repas de homard sur la plage Pour 30$, nous avons eu 4 petits homard chaque. Le pêcheur est venu sur la plage nous proposer les produits de sa pêche du matin. Il est retourné sur la plage Fisherman pour le faire griller et l'apprêter à la jamaïcaine. Une heure trente plus tard, nous nous délections de ce plat en faisant face à la mer. Un vrai régal!

Jamaica, Yeah mon! Respect!
Jamaica, Yeah mon! Respect!
Jamaica, Yeah mon! Respect!
Jamaica, Yeah mon! Respect!
Jamaica, Yeah mon! Respect!
Jamaica, Yeah mon! Respect!
Jamaica, Yeah mon! Respect!
Jamaica, Yeah mon! Respect!
Jamaica, Yeah mon! Respect!
Jamaica, Yeah mon! Respect!
Jamaica, Yeah mon! Respect!
Jamaica, Yeah mon! Respect!
Jamaica, Yeah mon! Respect!

Toutes les excursions proposées sont super chères. Il y a beaucoup d'attrapes-touriste. Tout est fait pour pomper le plus possible le porte-monnaie du visiteur étranger. C'est ce que j'ai le moins aimé du fait qu'on était dans un endroit hyper touristique. Finalement, nous ne ferons que les chutes de Dunn's River qui sont accessibles à pieds (marche agréable de 3 km), environ $47 l'entrée pour les deux. Il est plaisant de remonter ces chutes de 180 m dans la jungle avec ses piscines d'eau et ses marches naturelles. Ce fut très agréable surtout qu'on y est allé à l'ouverture avant l'arrivée des hordes de touristes avec leurs guides qui les faisaient marcher à la queue leu-leu en se tenant la main et en les infantilisant.

Notre autre excursion sera un tour en bateau avec observation des poissons mais la virée avec notre tuba n'a pas été géniale car on n'était pas vraiment préparé à se retrouver au milieu de l'océan et pas trop à l'aise. De plus, il n'y avait que de tous petits poissons.

Jamaica, Yeah mon! Respect!
Jamaica, Yeah mon! Respect!
Jamaica, Yeah mon! Respect!

Tous les Jamaïcains me l'avaient déconseillé car soit disant trop dangereux toute seule, mais pas question de me laisser influencer car je tenais à aller visiter Kingston, la capitale de la Jamaïque. J'ai pris le Knutsford Express bus, tout confort et après avoir traversé les montagnes, je me suis retrouvée toute seule pour visiter le Uptown Kingston. Aucun dépliant, aucune carte au Tourist Information, seulement de l'information verbale y est offerte!

J'ai bien aimé la visite de la maison-musée de Bob Marley, le Hope garden ainsi que la gigantesque statue dans le Emancipation Park: Redemption Hope par Laura Facey Cooper sculptée en 2002, Why do you want to see that big thing? m'a demandé le chauffeur de taxi en riant. Je me suis déplacée dans Kingston toute seule à pieds, en taxi, en bus et en route taxi (taxi collectif) et me suis toujours sentie en toute sécurité.

Visite de Kingston
Visite de Kingston
Visite de Kingston
Visite de Kingston
Visite de Kingston
Visite de Kingston
Visite de Kingston
Visite de Kingston
Visite de Kingston
Visite de Kingston
Visite de Kingston
Visite de Kingston
Visite de Kingston
Visite de Kingston

Visite de Kingston

En conclusion, Ocho Rios est une petite ville agréable dans laquelle on peut quand même découvrir un peu de la culture et l'ambiance locale.

Je retournerais volontiers pour une autre escapade d'hiver à la Jamaïque!

Découverte de Ocho Rios
Découverte de Ocho Rios
Découverte de Ocho Rios
Découverte de Ocho Rios
Découverte de Ocho Rios
Découverte de Ocho Rios
Découverte de Ocho Rios
Découverte de Ocho Rios

Découverte de Ocho Rios

Partager cet article
Repost0