Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réjanne globetrotteuse
  • Réjanne globetrotteuse
  • : Venez découvrir ma passion et la réalisation de mes rêves: voyager un an en Asie ainsi que mes autres découvertes, telles que trekking et pèlerinage. Parcours, carnets de route, impressions, photos, conseils...
  • Contact

Recherche

8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 18:19
Nous sommes mercredi et il ne me reste plus que 2 jours complets a passer au Guatemala. Ces dernieres journees ont ete assez relax. Je suis allee aux sources thermales de Fuentes Georginas dimanche 5 avril. J'ai adore cet endroit. Je suis arrivee la l'apres-midi. Des qu'on s'approche du village de Zunil, le ciel se couvre et le paysage change. La vegetation devient plus abondante et il y a plein de maraichers. Cela sent l'oignon car il y a des champs entiers d'oignons, mais aussi de carottes, de choux... Apres quelques kilometre de montagne, l'odeur de souffre nous annonce que nous arrivons aux bains. L'endroit est entoure de nature luxuriante. Je n'ai pas vu autant de vert depuis que je visite le Guatemala.

Celine, une infirmiere americaine qui voyage a temps partiel depuis 2 ans 1/2 a decide elle aussi de passer la nuit la, ainsi qu'une famille de quebecois. Pour 95 Quetzales, j'ai un immense bungalow rustique avec salle de bain (eau froide seulement), une grande chambre avec 2 lits, un foyer, du bois, des allumettes et une bougie. J'ai passe presque tout l'apres-midi dans l'eau chaude sulfureuse. Elle etait vraiment chaude mais quel plaisir. Cet endroit est tres visite par les touristes etrangers et Gualtemalteques ainsi que par les gens du coin, mais le soir il ne reste plus que ceux qui ont loue un des 7 bungalows et les employes. Se baigner la nuit a la belle etoile fut un vrai plaisir et ensuite le soir dans ma chambre, j'ai allume un bon feu pour enlever l'humidite. Le lendemain matin, autre bain chaud suivi d'une petite ballade avec Celine dans la montagne.

Je suis repartie avec regret a midi car je serais bien restee la encore une autre journee. J'ai change 4 fois de bus avant d'arriver environ 3 h 30 plus tard a Panajachel. Tout le monde m'avait vante cet endroit au bord du lac Atitlan et entoure de volcan comme etant un superbe endroit. Et bien, je n'ai vraiment pas ete emballee. C'est une petite ville archi-touristique avec toutes sortes de vendeurs de babioles pour touristes, de restaurants, d'hotels et de touristes bien entendu. Je ne vois pas quel charme on peut trouver a ce genre d'endroit. Cela me rappelle n'importe quel endroit de villegiature et cela pourrait etre aussi bien en Asie qu'en Amerique, seules les babioles changent un peu.

Je ne passe donc qu'une nuit la, pour me rendre en bateau jusqu'a Santiago Atitlan hier matin. Santiago me plait beaucoup plus. Le village a su garder son ame. Le matin il y a le marche local tres anime. L'eglise est tres belle. Il y a un genre de ferria artisanale et le soir nous avons droit a un spectacle de danses et de chants locaux. Ici les hommes portent un genre de shorts longs blancs avec des rayures et des dessins brodes en bas, une ceinture qui pend devant et un chapeau de cowboy. Seules quelques femmes portent la coiffure locale: un genre de ceinture rouge qui est enroulee sur plusieurs metres autour de la tete pour faire comme une couronne.

Aujourd'hui je suis allee visiter un autre village tres plaisant a 1/2 de bateau: San Pedro de la Laguna. J'ai visite la encore le marche local et j'ai la chance de voir une petite procession pour la semaine sainte: les femmes portaient des paniers remplis de fruits et legumes sur leur tete, d'autres etaient coiffees avec des rubans mauves dans leurs tresses. Les hommes portaients quelque chose sur leur epaule qui a la forme d'un epi de mais, mais je ne sais pas ce que c'est. Demain je vais passer la journee au marche de Chichicastenango et vendredi je pars pour Guatemala City.


Repost 0
Published by Globetrotteuse - dans 2009 Guatemala
commenter cet article
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 12:34
Ce qui me surprend beaucoup au Guatemala c'est la ferveur religieuse. Les gens sont chretiens: catholiques ou evangelistes. Santiago, mon guide pour le trekking etait evangeliste. J'ai eu droit a un cours de cathechisme avec un rappel de l'histoire de la Genese et de la naissance d'Adam et Eve. A Todos Santos, j'ai passe un peu de temps dans l'eglise. Il semblait y avoir une messe mais la personne qui donnait la messe ne portait pas la soutane. Tout le monde chantait avec beaucoup d'enthousiasme en espagnol un refrain qui se repetait sans cesse. Pendant ce temps, 2 femmes repandaient des feuillages par terre partout dans l'eglise. Je n'ai malheureusement pas compris la signification de tout cela.

Dans l'eglise de Quetzaltenango, quelle n'a pas ete ma surprise de voir une file d'attente d'environ 40 personnes: des enfants, des adolescents, des adultes et des personnes plus agees. Qu'est-ce qu'ils attendaient ainsi? Et bien leur tour pour le confessional. Je ne pensais pas qu'il existait un pays au monde aussi pratiquant. Ce matin, je voulais assister a la messe du dimanche car dans un pays si croyant, cela doit etre un moment tres special. Je suis arrivee a 9h15 et la messe etait deja presque terminee. L'eglise est tres grande et elle etait pleine a craquer. De petits tabourets en plastique avaient ete ajoutes jusqu'au fond de l'eglise et il y avait meme des personnes debout. Afin de pouvoir suivre la messe, de chaque cote, 3 grands ecrans plats sont accroches aux colonnes et nous pouvons voir le pretre ou archeveque (aucune idee) qui est filme en meme temps. Autre curiosite: la musique. On a eu droit a de la musique enregistree et les chants n'ont rien a voir avec ceux que l'on peut entendre dans nos eglises. Ce ne sont pas les orgues qui accompagnent les chants mais la guitare! Et on dirait plutot des melodies romantiques que des chants religieux. C'est vraiment curieux comment la religion peut etre adaptee et avoir sa propre couleur locale.

Partout sur les autobus est ecrit une phrase pour demander une benediction de dieu. Dans l'autobus de Todos Santos a Quetzaltenango, j'ai fait la connaissance d'une femme evangeliste qui voyage a travers le pays pour aller chez les gens et les guerir avec des prieres et l'application des mains. Elle m'a dit qu'elle pouvait passer des journees entieres a prier et que Dieu lui parlait, qu'il s'agissait de "la palabra profetica". Elle m'a dit qu'elle avait deja gueri beaucoup de gens et qu'elle se rendait partout ou les gens faisaient appel a ses services. C'etait une femme tres interessante. Nous avons fait tout le trajet ensemble. Nous avons d'abord pris un mini bus jusqu'a Huehuetenango, une route pas terrible en grande partie non asphaltee, dans les virages, tout le temps pendant 2h30. Puis un bus de ville pour se rendre jusqu'au terminal des bus. Et enfin un chicken bus jusqu'ici Quetzaltenango ou je me trouve maintenant.

J'ai dormi au Black Cat Hostel, une chambre avec salle de bain privee pour 200 Quetzals (25$) incluant un superbe petit dejeuner mais pas le cafe (8 Q ou 1$). C'est juste a cote du Parque Central (place centrale) tres belle avec des edifices de style neoclassique tout autour. L'architecture me rappelle un peu l'Espagne et la ville de Madrid. Il y a beaucoup d'etrangers ici et la ville parait assez riche. Il y a meme des MacDonald's.

Les femmes portent une tenue locale differente. Elles ont une jupe ample, tres plissee a la taille avec un tablier, le tout tres bariole. Elles se coiffent avec 2 tresses. Mais les jeunes s'habillent comme chez nous. Hier soir, je me suis payee la traite: une assiette de grosses crevettes avec patates, riz, salade de betterave et mais, ainsi que petit pain de mais et une bierre locale, une Cabro, le tout pour 60 Quetzales.

Aujourd'hui, je voulais faire une autre excursion vers un volcan avec un lac au milieu du cratere mais je n'ai pas trouve d'agence qui avait assez de personnes pour l'organiser, alors j'ai decide de partir et d'aller a Fuentes Georginas, qui sont des sources chaudes sulfureuses. Je pars a 14h et je vais dormir la-bas ce soir dans un bungalow de bois. Je pourrais me baigner ce soir quand tous les touristes seront partis. Cela va me permettre de relaxer, surtout que j'adore les hot springs.

J'ai oublie d'apporter mon cable pour downloader les photos. C'est dommage car j'en ai de tres belles ainsi que de petits films sur les marches. Je les mettrai plus tard.
Repost 0
Published by Globetrotteuse - dans 2009 Guatemala
commenter cet article
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 19:25
Je viens de finir un trek á travers les montagnes de Cuchumatanes et cela n'a pas ete facile. Je suis partie seule avec un guide Santiago a 8h du matin. Il m'avait averti que la premiere journee serait difficile. En effet, nous n'avons fait que monter tout le long mais sur un sentier assez large. Par contre il faisait chaud et j'ai ete bien contente quand Santiago m'a offert de porter mon sac a dos, qui devait faire environ 8 ou 9 kilos. Nous ne sommes arrives a notre destination de la journee, Chortiz, que 9 h plus tard. Je crois que nous etions a une altitude de 3300 metres. Il n'y a que la derniere heure que le terrain est devenu presque plat. Nous n'avons pas marche rapidement et de toute facon cela n'aurait pas ete possible pour moi et nous nous sommes arretes qu'environ 1 demi heure pour diner.

Ce que j'ai aime durant ces 2 jours et demi, c'est que cela m'a permis d'etre vraiment en contact avec la population de petits villages. Tous nos repas, nous les prenions chez des gens, assis dans leur humble demeure. C'est une region tres pauvre et nos repas l'etaient aussi. Pour chaque repas: matin, midi, soir, c'etait a peu pres la meme chose: omelette, frijoles (feves noires), tortillas (galettes de mais) et parfois riz ou nouilles et du cafe noir sucre. A cote de nous, la femme ou la fille de la maison preparait les tortillas et les faisait cuire sur leur four a bois. A Chortiz, le four a bois etait sans cheminee, ce qui fait nous etions tous emboucanes. D'ailleurs dans ce coin de pays, les gens sont tres farouches. Je me sentais epiee mais on aurait presque dit que je leur faisais peur. Pas un sourire, pas un Buenos Dias. Rien. Je n'ai meme pas ose les prendre en photo car je sais qu'ils seraient partis en courant. Ils ne sont pas encore habitues a voir beaucoup d'etrangers. Je n'en ai d'ailleurs pas rencontre un seul. Il faut dire qu'il s'agit d'un trek assez eprouvant. Mais j'ai vraiment aime voir tous ces villages.

Tout est tres sec. Il n'y a presque pas d'eau car il ne pleut pas du tout durant plusieurs mois de l'annee. Les femmes doivent marcher avec leur cruche et souvent un enfant accroche derriere leur dos pour aller chercher de l'eau. Il n'y pratiquement pas d'agriculture dans les hauteurs. Les gens semblent vivre de leur elevage de moutons et avec aussi quelques poulets. Ils ont aussi des chevaux. Nous avons dormis dans un genre de gite. C'etait tout a fait correct.

Pour ce qui est du paysage, je n'ai pas vraiment ete impressionne. Il n'y a pas de grandes montagnes et je n'ai eu la vue sur un volcan qu'a un seul endroit. Le paysage change un peu la 2e journee, pour devenir encore plus sec et avec une sorte de cactus ou plantes du desert. Cela n'a pas ete tres facile non plus car bien qu'on soit un peu descendu jusqu'a rejoindre une riviere, ensuite il a fallu remonter de nouveau sous une chaleur toride. Une fois de plus Santiago a du porter mon sac a dos, sinon nous aurions mis beaucoup plus longtemps. Ensuite le sentier s'est elargi pour se transformer en route de pierres et de poussiere mais toujours en montee.

Finalement, quand Santiago a vu arriver un camion transportant du bois, il l'a interpelle et le chauffeur nous a accepte a bord de la boite du truck, assis sur les troncons de bois. Cela nous a fait gagner environ 1 h de marche. Nous avons passe la 2e nuit a Siete pinos. Dans ce village, la mentalite est tout a fait differente. Les gens etaient charmants et nous saluaient en souriant. J'ai passe une tres bonne nuit, sauf que la peau a commence a me demanger. J'ai ete piquee par des puces.

Il etait prevu que l'on marche jusqu'a Todos Santos pour la 3e journee, mais maintenant que nous etions si proche de la route, je n'avais plus vraiment le gout de continuer ni Santiago bien entendu. Alors aujourd'hui, nous n'avons fait qu'une courte marche d'1h30 environ. Santiago a attendu avec moi environ 3 heures sur le bord de la route poussiereuse jusqu'a ce que le chicken bus pour Todos Santos arrive; lui est parti dans l'autre direction. 1h plus tard sur une route non asphaltee, me voici arrivee au village de Todos Santos, tres mignon et entoure de montagne. J'ai pris une chambre au Mam hotel et je me suis precipitee sous la douche pour enlever toute cette couche de poussiere et de sueur. Malheureusement, la douche chaude qui m'avait ete promise etait presque froide.

Ici, je rencontre a nouveau quelques touristes mais ils ne sont qu'une poignee. La curiosite de ce village, c'est la tenue typique portee par les hommes: pantalons rouges rayes, chemise blanche avec des rayures bleues et un col brode et un chapeau blanc entouree de bleu. Les femmes, elles sont vetues d'une tunique brodee dans les teintes de bleu et une jupe bleu foncee. Il semble qu'il y ait un marche demain. Je vais donc me regaler car j'adore l'ambiance des marches. Je partirai un peu plus tard en fin de matinee.
Repost 0
Published by Globetrotteuse - dans 2009 Guatemala
commenter cet article
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 16:57
Je me trouve dans la petite ville de Nebaj, dans la region Ixil, une region des Western Highlands. J'adore le Guatemala. C'est vraiment un pays fabuleux et les gens sont charmants. Je suis toute a faite seduite. Il faut dire qu'etant habituee a l'Asie et a la densite de population qu'il y a la-bas, tout me semble assez tranquille par ici.

Hier j'ai pris les bus locaux. Je ne sais pas si ce sont les touristes ou les locaux qui les appellent ainsi : les chicken bus, mais on est loin de se sentir entasses comme des poulets, rien a voir avec l'Asie, ca c'est sur. A moins que ce ne soit parcequ'on y transporte des poulets, la non plus je n'en ai pas vu, sauf un dindon, mais dans l'ensemble les gens transportent beaucoup moins de choses dans les bus aussi. Donc, j'ai trouve ces anciens bus scolaires americains assez confortables, juste un peu rapide dans les courbes, car il y en a beaucoup. Je devais m'agriper a la barre en metal qui me separait du chauffeur a chaque virage pour rester sur mon siege. Le chauffeur tournait son volant de la main droite et tenait le cadrage de la fenetre de la main gauche a chaque virage a gauche! Mais il avait l'air bien en controle de son vehicule. 

3 bus et 6 heures plus tard, je me retrouve dans un coin moins touristique. J'aime ca car l'ambiance n'est pas la meme. Je me promene et les gens me saluent ou me sourient. On n'est absolument pas solicite. Je peux me promener en toute quietude partout. Dans chaque ville Gualtemalteque il y a une place centrale avec l'eglise. C'est le coeur de la ville et l'endroit le plus anime avec le marche, bien sur. A Nebaj, l'eglise est toute blanche, tres jolie mais le reste de la ville n'est pas tres beau. Il reste de vieilles maisons avec leur toit en tuiles mais elles tombent en decrepitude. Par contre les nouvelles constructions sont nombreuses et semblent en plein essor mais elles ne suivent aucun critere d'architecture. Elles sont plutot laides et c'est dommage. Une fois passe cette petite deception, j'apprecie de sentir l'ambiance d'une petite ville et de regarder les gens passer.

Une grande partie des femmes portent la tenue traditionnelle locale. C'est tres joli: une jupe (genre sarong) rouge foncee avec de fines rayures de couleur, un chemisier tisse et richement brode de toutes sortes de motifs. Mais le plus interessant est leur coiffure. Elles portent un tissu enroule autour de la tete avec de jolis pompons dans les teintes de vert. C'est tres mignon. Les hommes sont vetus de facon ordinaire mais portent souvent un chapeau de paille.

Aujourd'hui je suis allee voir un marche local dans le village de Chajul. C'etait vraiment interessant, toute une ambiance! Je n'ai pas vu d'autres touristes. Toutes les femmes et aussi les fillettes etaient vetues de la tenue locale, qui ressemble a celle de Nebaj, sauf que le chemisier est moins brode et les pompons sur la tete sont plus petits et de plusieurs couleurs. Cela grouillait de monde et d'activite sur la place du marche ou tout le monde etait la pour acheter leurs legumes. Une fois leurs emplettes terminees, elles transportent le tout sur leur tete.

Le village est tres bien preserve. Les maisons ont des colonnes de bois en avant et les toits sont en tuiles foncees. Les gens sont charmants et je n'ai pas resiste pour acheter une ceinture tissee locale (elle est d'ailleurs usagee) meme si elle ne me plaisait pas vraiment mais c'etait pour aider une famille qui etait charmante. J'ai passe un moment avec la mere et la fille a les regarder tisser et a jaser avec elles devant leur maison.

Les gens sont pauvres et il y a de nombreuses NGO qui oeuvrent ici. J'ai d'ailleurs rencontre beaucoup de benevoles americains qui viennent ici pour aider des communautes pour des soins cliniques, dentaires et ici pour construire un systeme de distribution d'eau dans une ecole d'un village. D'ailleurs grace a eux, j'ai rencontre Don, un americain qui vit ici depuis longtemps et il m'a trouve un guide pour mon trek. Je pars demain pour 3 jours de marche jusqu'a Todos Santos. J'ai bien hate. Cela devrait etre une belle experience. 7 heures de marche prevues par jour (avec mon sac a dos car je ne veux pas revenir ici) et je vais dormir et manger dans des villages chez l'habitant. Jusqu'ici tout se passe a merveille.

Je ne rencontre aucune difficulte a voyager dans ce pays
. Tout est assez bien organise. Rien a voir avec le chaos de bien des pays d'Asie. Je suis contente de pouvoir parler avec les gens. Mon espagnol s'ameliore de jour en jour mais j'ai encore quelques problemes avec les verbes. Je ne planifie qu'une etape a la fois et je trouve un hotel une fois sur place. Aucun probleme non plus. A Nebaj c'est moins cher. A l'hotel Ixil, j'ai une belle chambre avec 2 lits et salle de bain pour moins de 10$ (73 Quetzals). Par contre, pas question de faire la grasse matinee car les coqs commencent a chanter avant le lever du jour. Cela ne me derange pas car je me couche tot et j'aime me lever tot pour profiter de ma journee.

Ma seule difficulte est de trouver des repas sans viande. Ici ils semblent beaucoup aimer la viande. Hier soir j'ai fait tous les restaurants et comedores de la ville et je m'etais resignee a m'acheter du ble d'inde pour souper quand j'ai finalement trouve un comedor, genre de cantine locale qui a bien voulu me servir une assiete de riz et feves noires avec des galettes de mais. C'etait parfait pour moi.
Repost 0
Published by Globetrotteuse - dans 2009 Guatemala
commenter cet article
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 19:33
Samedi 28 mars 2009
 
C'est ma 2e journée à Antigua, ancienne capitale du pays qui a été détruite par un tremblement de terre mais reconstruite par la suite et c'est maintenant un site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. C'est un endroit magnifique et je dois dire que tout ce que j'ai vu et fait jusqu'ici m'enchante. J'ai rencontre un couple de Quebecois qui ont pris le meme avion a partir de Montreal et ils avaient reserve dans le meme hotel a Guatemala City. On s'est suivi jusqu'au lendemain sauf qu'eux ont continue et moi et je me suis arretee a Antigua. Arrivee a minuit a Guatemala City, je n'ai pas vu grand chose mais tout etait tellement calme a l'aeroport ainsi que sur la route, surprenant pour une capitale et tellement different des villes d'Asie. Il faut dire que j'arrivais par le dernier vol de la journee.
  
Ce qui m'a fait plaisir c'est de voir tous les arbres en fleur et les bougainvilliers aussi, d'entendre tous les oiseaux chanter et de retrouver la chaleur. Mais la temperature est juste agreable, pas trop chaude. Par contre, cela se rafraichit le soir car on est quand meme a 1500 m d'altitude. Antigua se visite a pieds. Ce sont des rues pavees et des maisons d'un seul etage, toutes peintes de couleurs vives et variees. Les eglises sont magnifiques, tres colorees aussi. Ici on se prepare pour la semaine sainte, gros evenement religieux. Il y a des drapeaux mauves partout. Je pensais partir demain mais quand j'ai appris qu'il y avait une grande procession de prevue toute la journee, alors j'ai decide de rester. Ils vont faire des dessins avec des copeaux colores par terre "alfonbras" durant la nuit et ils seront effaces des que la procession marchera dessus a partir de 6 heures. J'ai hate de voir cela. On m'a conseille d'y aller a 4h30 du matin. On vera si j'arrive a me lever.

Les Gualtemalteques sont des gens adorables. Ils sont souriants, calmes, vraiment tres sympathiques. Je commence a retrouver mon vocabulaire espagnol et j'apprecie beaucoup pouvoir communiquer avec les gens. Par contre cote bouffe, je n'ai pas encore trouver de bon endroit pour manger de la cuisine locale. Comme c'est tres touristique ici, ils se sont adaptes et offrent toutes sortes de cuisines sauf la cuisine locale ordinaire a laquelle j'aimerais beaucoup gouter.
 
J'ai vraiment aime ma journee d'aujourd'hui. Je suis allee marcher sur le volcan Pacaya, 2600m d'altitude. Cela a pris environ 2 heures pour se rendre jusqu'a l'endroit d'ou on peut voir la lave sortir. On marchait sur de la roche chaude, de la lave qui etait sortie il y a 3 jours seulement. A travers les failles, on pouvait encore voir la couleur rouge de la lave qui n'etait pas encore durcie. Et on loin, la lave sortait comme un geyser et a cote il y avait une grande coulee de lave continue. C'etait incroyable. Je n'avais jamais vu un tel spectacle de ma vie. Pour descendre, c'etait plus facile mais on s'enfoncait et on glissait dans une petite roche noire.

Dans l'apres-midi, apres une bonne douche pour enlever toute la poussiere, je suis allee faire un tour dans le marche artisanal ainsi qu'au marche local ou j'en ai profite pour m'acheter un kilo de mangues. Je suis aussi allee a la gare des autobus pour me renseigner sur les bus locaux car je n'ai pas envie de faire tout mon voyage dans les Shuttle bus pour touristes. C'est la que j'ai discute avec celui qui donne les renseignements. Je n'ai pas trouve de bureau de vente et il m'a parle de la procession de demain a ne pas manquer et bien des autres processions encore plus importantes toute la semaine sainte. Je vais me contenter de celle de demain. Je vais donc passer 3 nuits en tout dans la Posade San Vicente, sur Avenida 6 Sur, un hotel tres propre que j'ai trouve par hasard. J'ai une belle chambre avec salle de bain et douche chaude pour 200 quetzals ou 25 US$, un peu plus cher que j'avais prevu mais j'apprecie ce luxe. Il y a une jolie cour interieure avec beaucoup de verdure ainsi qu'une terasse sur le toit, d'ou on peut admirer le volcan Agua.


Repost 0
Published by Globetrotteuse - dans 2009 Guatemala
commenter cet article
21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 18:40

16 longs mois se sont écoulés depuis ma dernière aventure : le tour des Annapurna et la visite de Goa en Inde, et je commençais à avoir grand besoin d’une bouffé d’air frais pour sortir de ma routine de vie.  Rien de tel qu’un projet dans la tête, un voyage à organiser pour rendre la vie plus excitante.  Enfin, la décision est prise depuis deux mois : je pars seule pour 2 semaines d’aventure. Mais ou pourrais-je bien aller? Mes critères sont: petit pays, distance raisonnable, budget limité, dépaysement, région montagneuse et possibilité de trekking. Voilà en résumé ce que j’ai envie d’expérimenter dans le moment.

 

J’opte pour l’Amérique centrale que je ne connais pas encore.  Pendant plus d’une semaine j’ai le Costa Rica dans la tête. Je lis sur ce pays mais j’hésite encore. Finalement, je décide de me tourner vers mon intuition pour le choix final. Pour cela j’ai besoin d’une carte de l’Amérique centrale. Je la regarde en la questionnant et très vite j'obtiens ma réponse : c’est au Guatemala que tu dois aller! Et voilà ma décision est prise et il n’y a rien de rationnel dans ce choix. Il ne me reste plus qu’à faire des recherches pour un vol et voir si j’ai pris la bonne décision. Je trouve très facilement un billet pas trop cher avec la compagnie Mexicana au départ de Montréal pour Guatemala City via Mexico le 26 mars. Ouf! J’ai réussi à éviter les États-Unis que je boycotte depuis 9/11 et tous les problèmes occasionnés à chaque fois que j’ai eu à transiter par là.

 

Étape suivante : celle de la planification. Je m’achète une carte détaillée du Guatemala. J’ai déjà lu dans le passé sur ce pays mais mes souvenirs sont vagues, alors je passe les prochains jours à lire le Moon Handbook, seul guide touristique que j’ai trouvé à la bibliothèque d’Aylmer ce jour-là et aussi à faire des recherches sur Internet pour plus d’information. Grâce à la magie d’internet et aux différents blogs, forums je peux me faire une bonne idée de ce qu’il y a à découvrir dans ce pays. Je trouve que 2 semaines c’est court car j’ai l’habitude de partir pour un minimum d’un mois. Pour tirer le plus profit de ces 15 jours, je voyagerai dans une zone géographique limitée : les Western Highlands. C’est une région de montagnes, de lacs, de volcans, ou vivent plusieurs groupes ethniques de descendance maya.

 

J’élabore une liste des activités que j’aimerais faire et des lieux que je voudrais voir. Je mets délibérément de côté la visite des anciens sites maya, comme Tikkal car trop éloignés et par manque de temps. Cela pourra faire l’objet d’un prochain voyage. Voici donc ma wish list :

  • L’ascension d’un ou deux volcans : le Guatemala possède 33 volcans dont le plus haut à 4,220 mètres d’altitude et plusieurs en activité (peut-être Pacaya qui est le plus populaire, en activité et facile d’accès);
  • Visite de l’ancienne capitale Antigua, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO;
  • Visite d’au moins un marché typique;
  • Relaxation dans des eaux thermales sulfureuses (Fuentes Georginas ou San Lorenzo El Tejar);
  • Visite du lac Attitlan entouré de montagnes volcaniques, réputé être le plus beau lac au monde;
  • Trekking : minimum de 3 jours de randonnée dans les montagnes et visite des villages locaux dans la région de Nebaj ou Todos Santos.

 

Le Lonely Planet ou autre guide touristique a toujours fait partie de mes bagages. C’est la bible du voyageur indépendant car on y trouve toutes les informations essentielles pour savoir que visiter, ou aller, comment y aller, ou dormir et même ou manger. C’est une aide rassurante mais qui subrepticement peut devenir aliénante. Alors qu’on se croit smart et qu’on crie haut et fort qu’on est un voyageur indépendant, on se transforme en voyageur dépendent de son Lonely Planet. Et on se retrouve dans des hôtels de routards, ces lieux de rencontres de tous les voyageurs indépendants du monde. C’est là que nous échangeons avec nos acolytes nos expériences de voyage et de vie. En quelques heures on peut mettre sa vie à nu face à un parfait inconnu, quelqu’un à qui on ne parlerait même pas en temps normal, mais le voyage délie les langues et créé des liens.  Je ne veux pas dénigrer cette façon de voyager car c’est aussi celle que j’ai adoptée depuis de nombreuses années.

Par contre quand je pense au Guatemala, cette fois-ci j’ai envie de voyager un peu différemment. Je n'ai pas envie d'entreprendre une course contre la montre pour voir tous les sites les plus fameux, tous les incontournables du pays, pour être sure de ne rien manquer au risque de passer à côté de la vraie vie, de l’authenticité des villages, des gens locaux…
 J'aimerais passer plus de temps dans les campagnes et les villages.  Je chercherai à dormir dans des auberges locales ou chez l’habitant. Il n’y a que pour la première nuit que j’ai réservée une chambre à 22 US$ au Dos Lunas, pas loin de l’aéroport car arrivant vers 23h, je souhaitais commencer mon voyage après une bonne nuit à Guatemala City.


J’ai envie de me laisser guider au jour le jour par les circonstances avec mon plan dans la tête mais qui pourra changer en cours de route. Je n’ai pas voyagé dans tous ces pays du monde avec mon sac à dos pour n’avoir rien appris et ne pas être capable de voyager seule sans ce compagnon rassurant qu’est le Lonely Planet. Ce qui n’était qu’une idée farfelue au début finit par s’imposer comme une vérité. Cette fois-ci je pars sans aucun guide touristique. Je ne crains pas l’inconnu et j’ai besoin de nouveaux défis.

Je ne pars quand même pas sans être préparée. J’ai lu suffisamment pour avoir un bon avant-goût de l’histoire et de la culture du pays. J’emmène aussi quelques notes que j’ai écrites sur les lieux qui m’intéressent avec une ou deux bonnes adresses. J’espère trouver des offices de tourisme ou agences locales qui pourront me renseigner. Et j’ai tout de même un atout de taille : je maîtrise assez bien l’Espagnol, la langue du pays, bien que je ne l’ai pas pratiqué depuis un bon moment. J’ai aussi ma carte géographique qui me permettra de tracer mon parcours. Et enfin j’ai ma bonne étoile ou plutôt mon intuition qui devrait me guider et m’entraîner là ou je devrais aller...

Repost 0
Published by Globetrotteuse - dans 2009 Guatemala
commenter cet article