Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réjanne globetrotteuse
  • Réjanne globetrotteuse
  • : Venez découvrir ma passion et la réalisation de mes rêves: voyager un an en Asie ainsi que mes autres découvertes, telles que trekking et pèlerinage. Parcours, carnets de route, impressions, photos, conseils...
  • Contact

Recherche

12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 12:18

À 7h du matin, sous les nuages, nous quittons l'onsen et ses superbes cerisiers en fleur. Notre but de la journée c'est de retourner jusqu'au temple 1, que nous atteindrons juste avant 17h après avoir marché 32 km.

On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1

En chemin, nous aurons droit à nos derniers osettai: un monsieur s'arrête en auto pour nous offrir 3 bouteilles de cidre de pomme. Plus tard dans une épicerie tenue par une petite dame âgée, elle me fera cadeau des 2 bananes que je voulais acheter.

On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1

Nous traversons une belle campagne avec les bassins des rizières qui commencent à être rempli d'eau, ce qui fait le bonheur des oiseaux et de la photographe amateur que je suis. Nous rejoignons la Route 11 et longeons le bord de mer pour environ un kilomètre. Cela me rappelle nos premiers jours avec la mer d'un côté et la montagne de l'autre.

On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1

Puis, il y aura ce dernier col à grimper, le Osaka-toge pass, à seulement 370 m mais avec bien entendu une série de marches à monter et surtout descendre. D'en haut, la vue sur la mer est très belle. J'ai une certaine nostalgie quand je traverse deux bambouseraies car je sais que ce sont les dernières. J'ai tellement aimé traverser ces oasis de nature en écoutant le chant des oiseaux que nous avons retrouvé tout au long de notre pèlerinage. 

On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1

Avant d'arriver au temple 1, notre chemin passe par le temple 3 et 2 et il fallait bien qu'on se trompe de chemin une dernière fois!  Ashu s'obstine avec moi pour la direction, finalement il va demander à un travailleur qui lui confirme la direction que j'avais choisi.

C'est étrange de revoir le temple 3 et surtout le bout de route que nous avions marché en sens inverse 46 jours plus tôt. Je ne me souvenais même plus de ce à quoi ressemblaient ces 2 temples. La nature a changé car maintenant tout est en fleur mais nous avons-nous aussi changé?

Temple 1 - Ryozenji
Temple 1 - Ryozenji
Temple 1 - Ryozenji
Temple 1 - Ryozenji
Temple 1 - Ryozenji
Temple 1 - Ryozenji

Temple 1 - Ryozenji

Il est presque 17h quand nous arrivons au temple Ryozenji. Étrangement, c'est le seul des 88 temples dont j'ai retenu le nom. Mes sentiments sont partagés entre la joie et la tristesse d'avoir fini. Je suis contente car je termine en beauté, c'est à dire sans ampoule, mais j'avais quand même pris des précautions, comme vous pouvez le voir sur la photo!

J'ai eu des flashs de mon pèlerinage tout au long de la journée. C'est difficile de penser qu'à partir du lendemain tout sera terminé. Nous redevenons de simples touristes et nous ne nous lèverons plus dans le but de marcher.

On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1

Avec l'aide d'un monsieur à qui on demande si il peut appeler pour réserver pour nous un hébergement, il nous prend en charge et nous trouve une place à quelques rues du temple. Il nous y accompagne à pied et c'est là que nous arrivons dans une maison qui fait partie d'un groupement d'hébergements pour henro: Henro House. En fait, c'est une association de particuliers qui ont de l'espace dans leur maison ou une résidence vide et offre un hébergement à prix raisonnable et veulent partager un esprit de convivialité du chemin, un peu comme sur Compostelle.Il faut devenir membre pour avoir accès aux hébergements mais l'inscription est gratuite. 

C'est un jeune Japonais bénévole qui nous accueille. Cela nous coûte 2,800 Y chaque et nous aurons aussi droit à un super petit-déjeuner (qui normalement n'est pas offert).  

On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1
On ferme la boucle: retour au temple 1

Dans cet hébergement, nous faisons la connaissance d'un Coréen et d'un Chinois qui eux commencent leur pèlerinage. Le jeune Coréen est tout admiratif et montre des marques de grand respect envers nous car nous venons de compléter les 88 temples. Nous sommes vraiment bien tombés pour cette dernière étape car la propriétaire est une experte du pèlerinage. Elle l'a fait pas moins de 137 fois et nous remet fièrement son osame-fuda en brocade (représente le nombre de pèlerinage complété de 100+). Il faut quand même préciser qu'elle ne les a pas tous fait à pied, la majorité en véhicule motorisé. Le papier de brocade viendra compléter ma collection avec celui en blanc (1 à 4 fois) remis par Elly la Hollandaise ainsi que celui en rouge (8 à 24 fois) remis par Makato Sakamaki. Bien entendu, nous lui remettrons le notre blanc qui viendra peut-être se retrouver sur son mur tapissé de osame-fuda.

Cette femme est une mine d'or de connaissance sur Shikoku mais malheureusement elle ne parle que le Japonais. Heureusement que le bénévole est là pour faire la traduction. Chaque matin, elle emmène les henro novices pour leur expliquer tout le rituel qui doit être complété au temple. Quel dommage que nous ne l'ayons pas rencontré au début de notre pèlerinage. Nous ne l'accompagnerons pas ce matin car notre destin nous emmène vers une autre destination: Koyasan.

Repost 0
Published by Globetrotteuse - dans 2017 Shikoku
commenter cet article
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 20:35

À quel moment peut-on dire qu'on a complété le pèlerinage de Shikoku? Alors que c'était une évidence pour Compostelle, car bien qu'il ait plusieurs chemins, ils convergent tous vers un point ultime: le tombeau de Saint-Jacques à Santiago de Compostella. Pour Shikoku c'est beaucoup moins clair puisqu'on fait le tour de l'île et qu'on peut commencer par n'importe quel temple. Durant notre pèlerinage, nous avons rencontré des henro qui marchaient dans le sens contraire de nous, d'autres qui visitaient les 20 temples additionnels (bekkaku), certains qui parcouraient une partie seulement des temples, à pied, à vélo, en auto, en bus, seul, en couple, en groupe, etc.

Depuis le début, pour Ashu son pèlerinage s'arrête au temple 88. Pour ma part, il est clair que je dois compléter la boucle et terminer à mon point de départ: le temple 1. Mais est-ce pour autant la fin du pèlerinage? Selon nos lectures et discussions, la fin du pèlerinage serait au Mont Koya, là ou Kobo Daishi serait entré en méditation éternelle.

Le Mont Nyotai
Le Mont Nyotai
Le Mont Nyotai
Le Mont Nyotai
Le Mont Nyotai

Le Mont Nyotai

C'est sous la pluie que nous allons rejoindre Okuboji le 88e et dernier temple de ce pèlerinage. Mais avant cela, il y a toute une épreuve qui nous attend. Trois options s'offrent à nous. Après les avoir étudié sur la carte et en demandant conseil au centre des pèlerins, Masaru a choisi l'option C par la route, le trajet le plus long mais le plus facile car relativement plat. Ashu et moi choisissons l'option B, la plus courte et la plus populaire selon le guide. Les options A et B passent toutes les deux par le Mont Nyotai à 774 m d'altitude.

On marche sur un sentier sablonneux, puis on monte des marches et on se retrouve à faire presque de l'escalade. Il faut continuer à gravir en prenant des précautions car le sentier est étroit et monte à pic. Il y a même des barres de métal dans le roc pour se tenir. Le vent se mêle de la partie. Enfin, après de gros efforts, nous arrivons sur une crête. Nous sommes arrivés au sommet mais la vue est complètement bouchée à cause du brouillard et des nuages. Je peux juste imaginer comme cela doit être beau par temps dégagé. Au moins, nous avons le sentiment d'avoir accompli notre exploit du chemin car ce fût de loin l'ascension la plus difficile avec les conditions climatiques comme celles-là.

La descente ultime?
La descente ultime?

La descente ultime?

On comprendra qu'on ne s'attardera pas au sommet. La descente ne sera pas facile non plus. Ce sont une enfilade de marches à des hauteurs toutes différentes mais généralement assez hautes, qu'il faut maintenant descendre pour se rendre au temple 88.  Je n'ai plus de flexibilité ni de ressort dans les genoux. Mes jambes sont raides. Chaque pas sur une marche demande un effort et je ressens une douleur dans mes muscles qui ont été un peu trop sollicités. Je me retrouve à descendre de côté pour me ménager un peu. 

Temple 88
Temple 88
Temple 88
Temple 88
Temple 88
Temple 88
Temple 88
Temple 88
Temple 88

Temple 88

Et voilà, nous y sommes! Nous arrivons au temple 88 en même temps que Masaru. Malheureusement il pleut encore. Je suis surprise de ne pas rencontrer plus de monde ici. Nous ne sommes qu'une poignée de henro. Il s'agit d'un temple comme un autre, pourtant c'est le dernier de cette marche d'environ 1,200 km. Pas de grandes émotions, pas de grande joie, c'est le calme qui règne. Je ne sais pas comment interpréter ce moment. Je suis calme et heureuse d'être là, d'avoir parcouru tous ces km avec Ashu mais après toute cette marche, qu'est-ce que cela représente? Et maintenant on fait quoi? 

Là non plus nous ne nous éterniserons pas. Après les formalités d'usage et bien sur la photo avec mon Henro préféré et sa barbe longue de 44 jours, nous allons prendre un dernier repas avec notre ami japonais. Une tempura udon soup dans le restaurant à côté du temple, ce qui nous permettra de prendre un répit de la pluie et de sécher nos vêtements.

Gravir le mont Nyotai et arriver au temple Okuboji (88)
Gravir le mont Nyotai et arriver au temple Okuboji (88)

On redescend par la route et on perd Masura de vue, qui a du prendre un autre chemin. Ashu pense faire un bon coup en voulant prendre un raccourci. Les pancartes ne m'inspirent que moyennement confiance mais Ashu semble sur de lui. On finit par se retrouver dans un cul-de-sac au bord d'un étang, ce qui me fait pester contre Ashu car nous avons marché 1/2 h de plus inutilement. Une brave dame qui nous revoit passer en sens inverse nous fait comprendre que nous étions dans la mauvaise direction. Il fallait continuer sur la route!

Nous arrivons quand même à 13h30 à l'onsen Shiroti, mon choix d'hébergement pour cette nuit. L'établissement est en pleine campagne, entouré de cerisiers en fleur. Nous rencontrons un groupe avec de jeunes trisomiques forts sympathiques qui quittent.la place.

Souper à l'onsen
Souper à l'onsen
Souper à l'onsen
Souper à l'onsen

Souper à l'onsen

L'onsen est un grand établissement et on profite doublement des bains thermaux: une fois en après-midi et après le souper. L'eau du 1er bain est à 42 degrés et sent le souffre. Elle laisse la peau toute douce. Le 2e bain est moins chaud et fait un peu jacuzzi. Je me prélasse et me délasse et profite aussi du sauna extrêmement chaud et avec beaucoup de vapeur. Je ne pouvais pas espérer mieux après cette journée. C'est la récompense du pèlerin!

Repost 0
Published by Globetrotteuse - dans 2017 Shikoku
commenter cet article
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 19:26

La température a chuté à 10 degrés, le ciel est nuageux et il vente pour commencer, mais heureusement la pluie ne débutera qu'en fin de journée. Comme c'est devenu notre habitude, après nos 7 premiers km vient le temps de prendre une pause café au Lawson.

Temple 85 à 87 Takamatsu
Temple 85 à 87 Takamatsu
Temple 85 à 87 Takamatsu
Temple 85 à 87 Takamatsu
Temple 85 à 87 Takamatsu
Temple 85 à 87 Takamatsu
Temple 85 à 87 Takamatsu

Pour se rendre au temple 85, une bonne montée nous attend. Le paysage est magnifique car les cerisiers en fleurs sont partout et la montagne est un dégradé de rose et de vert. Les érables commencent à avoir des feuilles. D'en haut, on voit la ville de Takamatsu.

Temple 85
Temple 85
Temple 85
Temple 85
Temple 85
Temple 85
Temple 85

Temple 85

On redescend la route  pour rejoindre le temple 86 à environ 7 km avec une bonne inclinaison. Le rose est encore partout dans les collines avoisinantes. Je suis surprise par l'aspect du temple. On est habitué à voir des jardins très propres et soigneusement aménagés alors qu'ici c'est le fouilli total et il y a des feuilles mortes qui jonchent le sol.

Temple 86
Temple 86
Temple 86
Temple 86
Temple 86
Temple 86

Temple 86

On s'arrête dans un petit restaurant pour le lunch. Nous restons pantois quand on nous montre le tableau avec le menu du jour. À part les lettres A, B et C, il ne nous reste qu'à deviner le reste. Finalement, on réussira à se faire comprendre et je commande un excellent riz frit aux légumes. En partant, le patron nous offre une boisson gazeuse, ossetai.

Le menu du jour
Le menu du jour
Le menu du jour

Le menu du jour

Pour se rendre au temple 87 encore un autre 7 km. Je décide de prendre le chemin parallèle à la grande Route. Ashu pense que ces chemins parallèles sont toujours plus longs alors il préfère longer la Route.

Je prends plaisir à admirer le paysage et la vie autour de moi, comme cette femme qui travaille la terre. Elle porte ce grand chapeau typique de la campagne de Shikoku.

Temple 85 à 87 Takamatsu
Temple 85 à 87 Takamatsu
Temple 85 à 87 Takamatsu

Surprise, quand j'arrive au temple 87, Ashu n'est pas là. C'est bien la première fois que je foule le sol d'un temple avant lui. Je me demande ce qui a bien pu lui arriver. Impossible qu'il soit déjà parti ou que j'ai marché plus vite que lui! J'en profite donc pour faire mon rituel et faire signer mon livre. Je prends une pause en attendant Ashu. Quand finalement il arrive, je suis prête à repartir. Il m'avait attendu à un croisement de route mais m'a manqué.

Temple 87
Temple 87
Temple 87

Temple 87

Cela commence à sentir la fin du pèlerinage. Nous continuons notre marche jusqu'au centre communautaire des pèlerins après le barrage de Maeyama. C'est ici que la route commence à grimper. Au centre, nous retrouvons notre compagnon des jours précédents: Masaru. Lui aussi a décidé de camper ici. On est accueilli avec gentillesse par une dame, qui nous délivre nos certificats d'ambassadeurs de Shikoku. C'est en effet le lendemain que nous prévoyons atteindre le 88e et dernier temple du pèlerinage. Cela fait bizarre de penser que la marche est presque finie.

 

Le paysage alentour est magnifique mais la pluie commence aussi à tomber.
Le paysage alentour est magnifique mais la pluie commence aussi à tomber.
Le paysage alentour est magnifique mais la pluie commence aussi à tomber.
Le paysage alentour est magnifique mais la pluie commence aussi à tomber.
Le paysage alentour est magnifique mais la pluie commence aussi à tomber.

Le paysage alentour est magnifique mais la pluie commence aussi à tomber.

Il n'y pas une mais bien des façons de faire ce pèlerinage de Shikoku. Ce soir, nous sommes 2 tentes. Mais nous rencontrons un autre Henro qui lui fait le pèlerinage en voiture et dort dans sa voiture. Ashu aide Masaru qui a bien de la difficulté à installer sa tente. Nous passons un moment tous ensemble mais bien vite, chacun regagne sa tente et son auto car le sommeil nous appelle.

Temple 85 à 87 Takamatsu
Temple 85 à 87 Takamatsu
Repost 0
Published by Globetrotteuse - dans 2017 Shikoku
commenter cet article
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 16:43

Comme il a plu dans la nuit, le sentier est mouillé et même boueux par endroit mais il faut bien redescendre. Par bonheur, la vue est dégagée. On peut admirer le paysage des cerisiers en fleur avec la ville en contre-bas et la mer au loin. C'est magnifique.

Paysage magnifique en descendant après le temple 82
Paysage magnifique en descendant après le temple 82
Paysage magnifique en descendant après le temple 82
Paysage magnifique en descendant après le temple 82
Paysage magnifique en descendant après le temple 82
Paysage magnifique en descendant après le temple 82
Paysage magnifique en descendant après le temple 82
Paysage magnifique en descendant après le temple 82

Paysage magnifique en descendant après le temple 82

Masaru semble décidé à marcher avec nous encore aujourd'hui. Il est bien gentil et on penserait qu'avec lui, il sera plus facile de trouver notre chemin, puisqu'il est japonais. Et bien non, on va trouver le moyen de se perdre, non pas une fois mais plusieurs fois cette journée là! 

Temple 83
Temple 83
Temple 83
Temple 83
Temple 83

Temple 83

Je vis un moment de magie au temple 83, quand un henro se met à jouer d'un instrument fait de bambou devant le temple. Il n'y a presque personne et les quelques henro présents  écoutent ce son qui s'harmonise si bien avec notre environnement. Le temps s'est arrêté, tout est calme, même Ashu pour une fois ne semble pas pressé de repartir. J'ai chaleureusement remercié ce henro pour sa musique qui m'a profondément touché.

Temple 83 et 84 - Journée éprouvante!
Temple 83 et 84 - Journée éprouvante!
Temple 83 et 84 - Journée éprouvante!
Temple 83 et 84 - Journée éprouvante!

Une fois dans la ville, on longe un canal rempli de tortues. Je n'en ai jamais autant vu de ma vie. J'ai repéré sur la carte un restaurant udon. Notre ami japonais demande à un commerçant et il nous indique l'autre côté de la rue. Il s'avère que ce petit restaurant udon est très prisé. Même le Premier Ministre du Japon, dont la photo est affichée au-dessus de notre table y a mangé. Il est vrai que la soupe udon à 400 Y sera excellente.

 

On est perdu!
On est perdu!
On est perdu!

On est perdu!

C'est très certainement à partir du restaurant qu'on a du se tromper de route. Pourtant, on suivait les flèches rouges mais soudain plus rien mais comme on est en ville et Masaru a demandé plusieurs fois la direction, on ne s'inquiète pas. Une bonne partie du reste de la journée sera à marcher le long de la grande route. Ashu a pris son rythme de croisière et il marche loin devant moi avec Masaru et moi je traîne en arrière. La fatigue commence à me gagner.

On est à seulement quelques kms du temple 84 mais on prend la direction contraire. Pourtant on a même demandé à une femme et son garçon. On ne sait même plus ou on est sur la carte. La carte de Masaru est encore moins claire que la notre et surtout Masaru ne semble pas la comprendre non plus.

Il commence à faire chaud et humide, je suis loin derrière et décide de prendre une pause dans un parc. Masaru a fait demi-tour pour me retrouver. Il a laissé son sac plus haut et décide de porter mon sac. Il semble avoir tout décidé pour nous. Ashu me dit qu'il a réservé un hébergement pour nous trois. Il s'arrange avec une dame pour qu'on laisse nos sacs chez elle afin de faire l'aller et retour jusqu'au temple 84 avant la fermeture à 17h. 

Tout cela part d'une bonne intention mais je commence à resentir un certain malaise dans cette situation ou Masaru décide pour nous et nous impose son rythme de marche car il veut se dépêcher pour arriver à temps avant que le bureau des tampons et calligraphie ferme. Je suis extrêmement fatiguée et la côte en zigzag est interminable. Je n'ai plus d'énergie et encore moins de plaisir à marcher, surtout qu'il n'y avait absolument pas urgence pour Ashu et moi de visiter le temple 84 dans la même journée.

Temple 84
Temple 84
Temple 84

Temple 84

Dans un tel état de fatigue auquel s'ajoute la fraîcheur qui s'installe, je ne suis pas en état d'apprécier ce temple. Dans la précipitation, j'ai oublié de prendre un chandail à manche longue et Masaru a oublié de prendre son porte-feuille. Je vois la détresse dans ses yeux quand il réalise qu'il n'a même pas les 300 Y pour payer le calligraphe mais il est soulagé quand je lui donne l'argent. 

La descente sera un peu moins douloureuse et j'ai repris quelques des forces. On récupère nos sacs chez la charmante dame qui nous les a gardés. On suit Masaru qui doit nous emmener à l'hébergement qu'il a réservé alors que nous avions prévu de camper ce soir. Je repère 2 abris dans des parcs en descendant qui auraient fait de très bons emplacements de camping. Une fois fois arrivés proche de la gare, quand on comprend qu'il faut prendre le train pour se rendre à l'hébergement, c'en est trop. C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Il est presque 18 h, on marche depuis 6h30 ce matin et on vient de faire rien de moins que 34,8 kms et en plus il faudrait prendre le train. Je dis clairement non et Ashu aussi. Masaru ne semble pas apprécier notre décision mais j'en peux plus. Je veux juste trouver un endroit pour dormir pas loin et surtout me séparer de notre acolyte. On lui demande d'annuler la chambre pour nous et on lui dit aurevoir.

Finalement, on se retrouve à l'hôtel Yashima Royal, chacun dans une petite chambre individuelle car il n'y en a plus de chambre pour 2 de disponible. 

Repost 0
Published by Globetrotteuse - dans 2017 Shikoku
commenter cet article
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 21:54

Il y a plusieurs possibilités pour visiter ce groupe de temples. C'est un peu comme si on dessinait un triangle mais avec un trait double sur un côté. Après avoir tergiversé et changé d'idée plusieurs fois, on continue à suivre l'ordre numérique des temples. 

 

Sakura - Cherry blossom
Sakura - Cherry blossom
Sakura - Cherry blossom
Sakura - Cherry blossom

Sakura - Cherry blossom

Dans beaucoup de petites villes de Shikoku, on marche dans la rue et soudainement elle devient une rue couverte avec des commerces pour la plupart fermés. La laideur des bâtiments et le style kitsch des lampadaires rappellent une époque pas si lointaine ou ce devait être le centre névralgique de la ville. Il fût une époque ou ce lieu devait être le symbole de la modernité et de la société de consommation. Il fût une époque ou les gens sortaient juste pour faire du lèche-vitrine (je sais de quoi je parle car j'ai vécu cela). Je peux donc imaginer que ce genre de rue a connu ses heures de gloire.

Aujourd'hui que reste t'il? Des rues presque fantômes qui respirent la désolation. Presque la totalité des commerces sont fermés. Au début, on pensait que c'était parce qu'on était un jour férié ou bien trop tôt ou trop tard. Finalement, on a compris en discutant avec des gens, que le commerce était mort. Il a été tué par Amazone et l'achat en ligne. Il sera un temps ou peut-être on préservera ce genre de rue, juste comme un vestige pour montrer aux nouvelles générations comment on vivait dans la 2e moitié du 20e siècle. J'imagine qu'ils trouveront cela bien bizarre: on rentrait dans un magasin et on se faisait servir par une vraie personne, qui nous faisait même un bel emballage papier, puis un autre emballage dans un sac de plastique. Pour ça, les Japonais sont les rois de l'emballage. Tant pis pour l'environnement! Mais on a du service!

Ancienne rue commerciale
Ancienne rue commerciale
Ancienne rue commerciale

Ancienne rue commerciale

Parfois, on passe devant des temples secondaires. Il nous est même arrivé de croire que nous étions à l'un des 88 temples, alors qu'en fait ce n'en était pas un. Par contre, on a failli manquer le bureau des étampes du temple 79, tellement il était caché et insignifiant. Heureusement qu'il y avait un couple de henro à qui j'ai demandé si on était bien au temple 79. Ashu avait déjà quitté. 

Temple 79 à 82 - Journée de rencontres
Temple 79 à 82 - Journée de rencontres

Le temple 80 devait être à 6.8 km mais on s'est trompé dans les indications et il n'y a plus eu de flèches rouges. On a du faire 2 km de trop! Juste avant d'arriver au temple, on est accueilli par des bénévoles avec des tables et un endroit pour faire une halte. Ils nous offrent du thé et des biscuits mais aussi une banane au temple.

Charmant accueil par des bénévoles
Charmant accueil par des bénévoles
Charmant accueil par des bénévoles
Charmant accueil par des bénévoles
Charmant accueil par des bénévoles
Charmant accueil par des bénévoles

Charmant accueil par des bénévoles

Temple 80 et pause bien méritée
Temple 80 et pause bien méritée
Temple 80 et pause bien méritée
Temple 80 et pause bien méritée
Temple 80 et pause bien méritée
Temple 80 et pause bien méritée

Temple 80 et pause bien méritée

Alors qu'on marche sur le très beau sentier Henro-Koragashi, on rencontre William de Sherbrooke, le seul Québécois de tout notre pélèrinage. Lui, redescend car il a choisi de faire le 79, 81, 82 et 80, ce qui semble être le circuit préféré des henro rencontrés. 

Rencontre de William de Shebrooke
Rencontre de William de Shebrooke
Rencontre de William de Shebrooke

Rencontre de William de Shebrooke

À partir du Sanuki Henro Trail (entre 300 et 400 m d'altitude), on aura droit à de la pluie et du brouillard. On décide de laisser le sac d'Ashu au milieu du sentier, car de toute façon, on doit revenir sur nos pas. Et c'est là qu'on retrouve Shoji Oikado, le henro fumeur qu'on avait connu vers le temple 12. Quelle surprise de le voir là! Il termine au temple 88 et semble avoir hâte d'y arriver. C'est son premier pèelerinage sur Shikoku.

Avec Shoji Oikada, temple 81 et marche dans le brouillard
Avec Shoji Oikada, temple 81 et marche dans le brouillard
Avec Shoji Oikada, temple 81 et marche dans le brouillard
Avec Shoji Oikada, temple 81 et marche dans le brouillard
Avec Shoji Oikada, temple 81 et marche dans le brouillard
Avec Shoji Oikada, temple 81 et marche dans le brouillard
Avec Shoji Oikada, temple 81 et marche dans le brouillard
Avec Shoji Oikada, temple 81 et marche dans le brouillard

Avec Shoji Oikada, temple 81 et marche dans le brouillard

On fait une nouvelle rencontre, celle de Masaru Masui, un petit homme de 72 ans mais qui porte tout un sac, aussi lourd voir plus, que celui d'Ashu. Il pleut, on récupère notre sac, on fait une pause très appréciée dans un restaurant udon. Masaru semble avoir décidé de marcher avec nous ainsi que de dormir au même endroit que nous. Cela nous permet aussi de faire avec lui pour la première fois le rituel complet au temple 82, c'est à dire incluant la bougie et les bâtons d'encens. Mais il ne récite pas toutes les prières.

Temple 79 à 82 - Journée de rencontres
Temple 79 à 82 - Journée de rencontres
Temple 79 à 82 - Journée de rencontres
Temple 79 à 82 - Journée de rencontres
Temple 79 à 82 - Journée de rencontres
Temple 79 à 82 - Journée de rencontres

On soupe tous les trois ensemble. Masaru transporte même du whisky dans son sac! Et on a un point en commun. Lui aussi se met du ''tape'' sur les pieds. Sa technique est encore plus élaborée que la mienne.

Heureusement, on a non seulement un mais deux super hébergements ''tsuyado'' construit par des particuliers, bien au sec pour cette nuit. Il y a une hutte pour les hommes et une autre pour les femmes. Ce soir je dors toute seule et n'entendrai pas les ronflements des hommes!

On ne pouvait pas espérer mieux comme hébergement
On ne pouvait pas espérer mieux comme hébergement
On ne pouvait pas espérer mieux comme hébergement
On ne pouvait pas espérer mieux comme hébergement

On ne pouvait pas espérer mieux comme hébergement

Repost 0
Published by Globetrotteuse - dans 2017 Shikoku
commenter cet article
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 19:38

Journée caractérisée par le plat et plusieurs temples rapprochés. Elle sera courte, seulement 16,6 km de marche car je veux prendre le temps de récupérer après la fatigue accumulée des jours précédents, Surtout que mon moral est un peu bas en ce début de journée, mais c'est quand on s'y attend le moins que l'aide arrive.

Temple 75
Temple 75
Temple 75
Temple 75
Temple 75
Temple 75
Temple 75
Temple 75

Temple 75

Le temple 75 est le lieu de naissance de Kobo Daishi. Il n'est pas loin de l'hôtel. Je vais le visiter seule car Ashu a préféré rester à l'hôtel. Alors que je demande à un homme devant la laverie si je suis bien dans la bonne direction, il me propose de m'y conduire en auto. Ma première réaction est de refuser mais, étant donné ma condition physique et mon moral du moment, j'accepte avec plaisir l'invitation. Le temple est immense avec une grande pagode en bois. 

De retour vers l'hôtel, je passe par une rue commerçante mais ou tout est fermé à l'exception d'une pharmacie. Comme les images valent mille mots, je leur montre mes mollets avec mes problèmes de rougeur. Je suis la seule cliente avec 5 pharmaciennes / employées à mon service. Cela prend un bon moment, entre consultations et discussions entre elles, recherche sur l'ordinateur, appel téléphonique, etc. Jusque là personne ne m'a encore parlé en anglais mais je sens que je suis entre de bonnes mains. Finalement, la pharmacienne en chef passe à l'action. Elle choisit un onguent sur la tablette et me le donne en me disant quelques mots en anglais. Au même moment le téléphone de la pharmacie sonne et je suis toute surprise quand on me passe le combiné. Je me retrouve avec une anglaise au bout du fil qui me donne les consignes d'utilisation de l'onguent. Celui-ci s'avérera super efficace et en 2 jours douleur et rougeur auront disparu. Je remercie chaleureusement mes 5 fées et je repars avec le sourire.

 

Temple 75 à 78 et le cap des 1000 km franchi
Temple 75 à 78 et le cap des 1000 km franchi
Temple 75 à 78 et le cap des 1000 km franchi
Temple 75 à 78 et le cap des 1000 km franchi

Plus tard au restaurant, alors qu'on est perplexe devant un menu tout en japonais sans photo, un client vient spontanément à notre rescousse pour nous traduire le menu. Grâce à lui, nous dégusterons un super repas santé: soupe miso, thé vert, bol de riz, épinards, gros fruit de mer épicé au wasabi, pickle, salade de thon et oeuf dur avec vinaigrette aux graines de sésame, et un café pour bien finir le repas, le tout pour seulement 700 Y chaque. C'était un vrai régal et aussi bon pour remonter mon moral d'une autre coche.

Une fois dehors, la patronne m'interpelle. Je croyais que j'avais oublié quelque chose. Mais non, elle me donne des bandes adhésives en me montrant mes mollets. Elle m'avait observé alors que je mettais de l'onguent. On ne peut pas rester indifférent devant toute cette gentillesse. 

Un peu plus tard, un monsieur nous fait signe de sa fenêtre de l'attendre. Il nous rejoint dans la rue et nous donne comme osettail 2 petites statuettes en porcelaine qui semblent être à l'effigie de KukaÎ, avec un message à l'intérieur. Ashu decidera de déposer la sienne dans un des temples et moi je garderai la mienne. Elle reviendra au Canada avec moi.

Je me sens comme cette statue ou le pèlerin à genou tend les bras comme pour demander l'aide de Kukaï
Je me sens comme cette statue ou le pèlerin à genou tend les bras comme pour demander l'aide de Kukaï
Je me sens comme cette statue ou le pèlerin à genou tend les bras comme pour demander l'aide de Kukaï
Je me sens comme cette statue ou le pèlerin à genou tend les bras comme pour demander l'aide de Kukaï
Je me sens comme cette statue ou le pèlerin à genou tend les bras comme pour demander l'aide de Kukaï
Je me sens comme cette statue ou le pèlerin à genou tend les bras comme pour demander l'aide de Kukaï
Je me sens comme cette statue ou le pèlerin à genou tend les bras comme pour demander l'aide de Kukaï
Je me sens comme cette statue ou le pèlerin à genou tend les bras comme pour demander l'aide de Kukaï
Je me sens comme cette statue ou le pèlerin à genou tend les bras comme pour demander l'aide de Kukaï

Je me sens comme cette statue ou le pèlerin à genou tend les bras comme pour demander l'aide de Kukaï

Je trouve le temple 78 particulièrement beau avec son étang et son jardin aux arbres soigneusement taillés en rond. Et en prime, tous les cerisiers sont en fleur, ce qui donne un aspect encore plus majestueux à ce lieu.

Temple 78
Temple 78
Temple 78
Temple 78
Temple 78
Temple 78
Temple 78

Temple 78

C'est parmi les cerisiers en fleur que nous dormirons cette nuit dans un parc en bordure de route. Il y a un abri Henro tout indiqué pour nous. J'ai retrouvé mon moral et ma forme. On achète des plats de spaghetti au Lawson pour le souper. Ashu se fait des amis ingénieurs-mécaniciens en allant au Lawson et joue au ballon avec des écoliers dans le parc.

Quelle belle journée avec chaque rencontre et chaque petit coup de pouce qui va progressivement me remonter le moral et me redonner de l'énergie. Aujourd'hui Kukaî m'a tendu les bras!

Notre campement pour la nuit
Notre campement pour la nuit
Notre campement pour la nuit
Notre campement pour la nuit
Notre campement pour la nuit

Notre campement pour la nuit

Repost 0
Published by Globetrotteuse - dans 2017 Shikoku
commenter cet article
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 21:41

Rien de moins que 7 temples en une journée de 29 km, un vrai marathon on dirait car tous ces temples sont séparés de quelques kms seulement et les temples 68 et 69 sont même côte à côte, ce qui donne presque l'impression de tricher. 

La journée sera chaude, jusqu'à 23 degrés et surtout nuageuse. On a donc évité la pluie.

Vive le Lawson pour notre pause café du matin!
Vive le Lawson pour notre pause café du matin!
Vive le Lawson pour notre pause café du matin!
Vive le Lawson pour notre pause café du matin!
Vive le Lawson pour notre pause café du matin!
Vive le Lawson pour notre pause café du matin!
Vive le Lawson pour notre pause café du matin!
Vive le Lawson pour notre pause café du matin!
Vive le Lawson pour notre pause café du matin!
Vive le Lawson pour notre pause café du matin!
Vive le Lawson pour notre pause café du matin!
Vive le Lawson pour notre pause café du matin!
Vive le Lawson pour notre pause café du matin!
Vive le Lawson pour notre pause café du matin!
Vive le Lawson pour notre pause café du matin!
Vive le Lawson pour notre pause café du matin!

Vive le Lawson pour notre pause café du matin!

Ashu a réussi à me convaincre de prendre l'autobus pour éviter de marcher encore 11 km le long de la Route 11. Sauf que le bus dans lequel on embarque, au lieu de continuer tout droit sur la Route 11, ce qui nous paraissait logique, a rapidement bifurqué pour faire toutes sortes de détours et nous laisser à seulement quelques kms (maximum 4) de notre point de départ. Pourtant, le chauffeur aux gants blancs a pris le temps d'étudier notre plan avec une grande attention, avant de nous dire Ok, Ok. Notre ami KukaÎ a du bien rigoler du tour qu'il nous a joué!

Les temples de la journée
Les temples de la journée
Les temples de la journée
Les temples de la journée
Les temples de la journée
Les temples de la journée
Les temples de la journée
Les temples de la journée
Les temples de la journée
Les temples de la journée
Les temples de la journée
Les temples de la journée
Les temples de la journée

Les temples de la journée

Quelques marches...
Quelques marches...
Quelques marches...

Quelques marches...

Même s'il y aura beaucoup de marches à monter, le temple 71 est vraiment spécial. Tous les cerisiers sont en fleur. Je me sens lasse et fatiguée. Nos presque 1000 km dans les pattes ainsi que le sommeil pas toujours réparateur des 5 dernières nuits dans la tente commencent à se faire sentir. Au temple 73, on retrouve le Belge Marc. Il a l'air tellement plus joyeux que lors de notre première rencontre. Il se déplace maintenant en partie en train de son hôtel jusqu'aux endroits ou les temples sont concentrés.

 

Lunch
Lunch

Lunch

On prend le temps de s'arrêter pour une bonne soupe udon pour le lunch mais c'est un peu compliqué car beaucoup de règles à suivre:

1) enlever les souliers

2) mettre les souliers dans un casier

3) laisser la clé du casier à la réception

4) laisser les sacs à dos à la réception

5) prendre la clé avec numéro remise par la réceptionniste qui sert aussi pour la facture

6) ouf! on peut enfin s'assoir et un serveur va nous aider pour déchiffrer le menu et prendre notre commande

Tous les clients sont en pijama. En fait, on doit être soit dans une onsen ou une piscine publique. La vue sur les cerisiers est très belle.

7) on redonne la clé et le numéro à la reception, on paye et on refait les étapes 4 à 1 à l'envers.

On a du mal suivre les indications car on se trompe pour le temple 74, ce qui fait qu'on doit revenir sur nos pas et marcher un km de plus. Déjà que je suis fatiguée, on s'arrêtera donc là pour la journée. 

Nous avons pris une chambre bien méritée au Grand Hotel, qui n'a de grand que le nom car c'est un établissement au style un peu vieillot et la chambre est toute petite mais avec un personnel absolument charmant. Le bain est sur le même étage. Je vais m'y prélasser un moment. Comme il pleut, qu'on est fatigué et qu'on a une chambre d'hôtel, on décide de souper dans la chambre.

 

Rencontres de la journée
Rencontres de la journée

Rencontres de la journée

Repost 0
Published by Globetrotteuse - dans 2017 Shikoku
commenter cet article
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 19:43

Si vous pensez que ce fût une petite journée de 22 km et bien détrompez vous! Avec environ 800 m de dénivelé à monter et à descendre, le temple 66 n'est pas de tout repos. Partis à 6 h du matin, on arrivera au temple 66 vers 10 h. Difficile car cela grimpe raide pendant plus de 2 kms, ensuite un peu moins. En plus, on ne peut même pas sonner la cloche comme nous avons pris l'habitude de le faire en arrivant à chaque temple.

On commence par longer la route et ensuite la méga montée jusqu'au temple 66
On commence par longer la route et ensuite la méga montée jusqu'au temple 66
On commence par longer la route et ensuite la méga montée jusqu'au temple 66
On commence par longer la route et ensuite la méga montée jusqu'au temple 66
On commence par longer la route et ensuite la méga montée jusqu'au temple 66
On commence par longer la route et ensuite la méga montée jusqu'au temple 66
On commence par longer la route et ensuite la méga montée jusqu'au temple 66
On commence par longer la route et ensuite la méga montée jusqu'au temple 66
On commence par longer la route et ensuite la méga montée jusqu'au temple 66

On commence par longer la route et ensuite la méga montée jusqu'au temple 66

La descente sur un beau sentier de presque 10 km, agréable au début car on marche à travers une forêt de châtaigniers mais qui se transforme par la suite en une série de marches d'escalier à descendre. Il n'y a donc pas de demi mesure pour les pèlerins! À chaque fois qu'on quitte enfin l'asphalte et qu'on se retrouve sur un beau sentier de terre, la côte ou les marches sont en vue. C'est un peu dur pour mes genoux! 

Descente du temple 66 vers le temple 67
Descente du temple 66 vers le temple 67
Descente du temple 66 vers le temple 67
Descente du temple 66 vers le temple 67
Descente du temple 66 vers le temple 67
Descente du temple 66 vers le temple 67

Descente du temple 66 vers le temple 67

À 14 h nous arrivons au temple 67. Comme c'est joli avec cette explosion de cerisiers en fleur! Ça y est, on est en pleine saison Sakura. Je ne sais si c'est en cet honneur, mais il s'agit d'une journée spéciale car on peut visiter l'intérieur du temple et saluer de près la statue de Bouddha. Et j'ai même droit à une banane comme osettai au bureau des tampons.

Temple 67
Temple 67
Temple 67
Temple 67
Temple 67

Temple 67

Une fois de plus nous faisons l'expérience de la gentillesse et serviabilité des gens de Shikoku. On demande simplement à un jeune homme dans la rue si c'est bien la direction pour se rendre au parc athlétique. C'est un représentant commercial en rénovation de maison. Il décide de nous y accompagner à pieds. On croyait que c'était aussi son chemin mais après avoir marché 2 km avec nous jusqu'à notre destination, il nous dit au revoir et repart en sens inverse.

Temple 66 et 67 - Journée de 22 km
Temple 66 et 67 - Journée de 22 km

Cette fois, on est super gâté. On peut aller prendre un bain à l'onsen d'un grand hôtel à seulement 500 m du parc ou nous allons planter la tente. Seulement 3 femmes pour les 2 grands bains et le sauna. Puis je me retrouve toute seule. J'espère que l'eau thermale va aider à guérir mes pieds. Mon ampoule no 7 est encore là et la petite dernière (no 8) vient d'apparaître au gros orteil gauche.

Chats errants nourris par des gens du coin
Chats errants nourris par des gens du coin

Chats errants nourris par des gens du coin

On aura plusieurs visiteurs jusque tard dans la soirée dont des joggeurs et joueurs de tennis mais aussi deux hommes en vélo qui sont venus nourrir les chats errants du parc. L'un d'eux voulait vraiment converser avec nous mais son anglais et notre japonais étaient trop limités. La soirée et la nuit seront chaudes et on passera une super bonne nuit.

Repost 0
Published by Globetrotteuse - dans 2017 Shikoku
commenter cet article
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 20:25
Deux jours de générosité (osettai) et temple 65
Deux jours de générosité (osettai) et temple 65
Deux jours de générosité (osettai) et temple 65
Deux jours de générosité (osettai) et temple 65
Deux jours de générosité (osettai) et temple 65
Deux jours de générosité (osettai) et temple 65
Deux jours de générosité (osettai) et temple 65
Deux jours de générosité (osettai) et temple 65
Deux jours de générosité (osettai) et temple 65

Deux superbes journées avec de belles rencontres et une démonstration de gentillesse de la part des habitants de Nihama et Shikoku-Chuo. C'est incroyable de voir à quel point la tradition de l'osettai fait partie de notre vie de henro. Cette fois-ci, nous avons eu droit à une boîte à lunch complète offerte par Chietro Ito, qui arrête son truck en avant de nous, et nous l'offre avec une petite note en anglais, pour la fête du printemps. 

 

Chietro Ito nous offre une lunch box comme osettai
Chietro Ito nous offre une lunch box comme osettai

Chietro Ito nous offre une lunch box comme osettai

Voici quelques fleurs croisées sur notre chemin
Voici quelques fleurs croisées sur notre chemin
Voici quelques fleurs croisées sur notre chemin
Voici quelques fleurs croisées sur notre chemin
Voici quelques fleurs croisées sur notre chemin
Voici quelques fleurs croisées sur notre chemin
Voici quelques fleurs croisées sur notre chemin

Voici quelques fleurs croisées sur notre chemin

Plus tard, on sera invité à prendre une tasse de thé dans une halte pèlerin aménagée chez une dame qui a déjà fait le pèlerinage. C'est là qu'on retrouve un henro rencontré au temple 58, qui est lui aussi interpellé par la dame pour faire une pause thé dans sa halte. Une belle femme en kimono arrête aussi son auto. Je ne la reconnais pas tout de suite quand elle me dit qu'on s'est rencontré la veille. Ah oui! C'est elle avec ses jeunes enfants qui nous avait donné des limonades. Elle revient de la garderie et voulait nous inviter à manger chez elle mais on est déjà en train de manger notre lunch offert le matin même.

Deux jours de générosité (osettai) et temple 65
Deux jours de générosité (osettai) et temple 65

Enfin, 3 km avant d'arriver au temple ou nous souhaitons dormir, une dame âgée nous invite à rentrer chez elle et nous offre du thé et des sushis. Comment résister à cette adorable dame, même si on a déjà l'estomac plein? Elle a déjà fait le pèlerinage et Ashu qui semble bien comprendre son japonnais en conclut qu'elle a été infirmière à Hiroshima. Mais je ne garantie pas la véracité de sa traduction. 

Deux jours de générosité (osettai) et temple 65
Deux jours de générosité (osettai) et temple 65

La journée a été assez chaude et ensoleillée. On a marché dans des rues résidentielles paisibles. J'ai beaucoup admiré les jardins, les arbres et arbustes savamment taillés, les maisons traditionnelles avec leurs magnifiques murs de grosses pierres.

Quand on arrive à la hutte henro située à côté d'un temple, elle est déjà occupée par un henro qui s'y est installé pour dormir. On demande au temple ou peut-on camper. Ce sera dans un stationnement de gravelles proche du passage à niveau, un peu bruyant car cela sonne à chaque passage de train.

Deux jours de générosité (osettai) et temple 65
Deux jours de générosité (osettai) et temple 65

Le lendemain, quelques minutes après avoir fait notre pause café au dépanneur Lawson, un monsieur qui m'avait déjà parlé plus tôt dans son véhicule, sort d'un établissement et me fait signe de venir. Il s'agit d'un café local et il nous offre un café avec toast et confiture. Il semble à l'affût des henro car il se précipitera une autre fois dehors pour interpeller et inviter un henro japonais qui passait aussi par là. Je me demande combien de henro il peut bien inviter ainsi et s'il le fait tous les jours. C'est tout de même incroyable. On se sent un peu gêné face à tous ces élans de générosité. On voudrait payer mais ils ne le veulent pas. On aimerait nous aussi pouvoir leur donner quelque chose, mais quoi? Il me semble que le osame-fuda (papier avec nos noms et adresse) est bien peu comparé à ce qu'ils nous donnent mais à voir leur grand sourire, cela semble être bien ainsi.

Dans l'après-midi, ce sera une petite fille qui se précipitera vers nous avec un panier de bonbons.

Osettai
Osettai
Osettai

Osettai

Pour se rendre au temple 65, il y aura encore une bonne grimpette sur la route mais aussi un sentier dans le bois et bien entendu quelques marches à gravir.

Temple 65
Temple 65

Temple 65

Insigne des toilettes pour henro
Insigne des toilettes pour henro

Insigne des toilettes pour henro

Pour notre 4e nuit de camping de suite, on n'a rien trouvé de mieux qu'un abri bus à côté de la route à respirer le gaz des pots d'échappement des gros camions qui circuleront toute la nuit. C'est seulement le lendemain matin, qu'on découvrira qu'à moins de 500 m, se trouvait la halte pèlerin que nous cherchions. Un autre henro l'occupait. Elle était dans les hauteurs dans un endroit parfait pour camper. Bon, on ne peut pas toujours avoir ce qu'il y a de meilleur mais cette nuit-là sera je crois la pire au niveau de l'emplacement.

Deux jours de générosité (osettai) et temple 65
Repost 0
Published by Globetrotteuse - dans 2017 Shikoku
commenter cet article
2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 20:24

Une journée de seulement 17,9 km et 5 temples mais la montée jusqu'au temple 60 situé à environ 740 mètres d'altitude est assez exigente.  Cela commence avec environ 2 km de marches à monter et un sentier qui grimpe raide.

 

Montée vers le temple 60
Montée vers le temple 60
Montée vers le temple 60
Montée vers le temple 60

Montée vers le temple 60

On arrive en sueur et en manches courtes et on  a la surprise de trouver de la neige au temple 60. Cela donne une toute autre atmosphère,  surtout qu'il est de bonne heure et qu'il n'y que 2 ou 3 personnes. C'est magique.  Les 9 km de sentier pour se rendre jusqu'au temple 61 seront long et difficile.  On devait s' y attendre après la montée! 

Temple 60
Temple 60
Temple 60

Temple 60

La descente et temple 61
La descente et temple 61
La descente et temple 61
La descente et temple 61

La descente et temple 61

Une fois au temple 61, on rencontre plein de monde mais surtout quelques henro étrangers dont Elly une Hollandaise qui en est à son 4e tour de Shikoku.  Cette fois ci elle le fait en sens inverse. On fait aussi la connaissance de Dario,  un jeune Autrichien,  qui s' appuie sur ses bâton comme sur une canne car il a de la peine à marcher. Il a surestimé sa capacité physique et une dizaine d'ampoules qui ont commencé à s' infecter.

Temple 60 à 64
Temple 60 à 64
Temple 60 à 64

Dario a l'air complètement épuisé et avec le moral dans les talons alors il marche avec nous.  On aura droit à une averse mais cela cesse avant d'arriver au temple 64.  Dario a décidé d'abandonner.  Il retrouve le sourire quand il découvre que l'endroit ou nous avons décidé de passer la nuit est proche de la gare,  du dépanneur Lawson et d'une onsen. Il partira alors qu'il fait encore noir. 

Nous avons la surprise de voir que la hutte pour henro est déjà occupée.  Mais on est super content quand on reconnaît notre ami henro à vélo Masayuki. On ne l'avait pas revu depuis plusieurs jours. Je ne comprends toujours pas comment cela se fait qu'il est aussi lent en vélo. Ashu était certain qu'on allait le revoir car c'est sa dernière journée. Il va donc mettre sa tente sous la hutte et Dario et nous sous un abri pour les autos. Ashu à bien sûr demandé la permission au temple avant de mettre la tente. Non seulement le moine lui a indiqué l'endroit, il lui aussi donné une boîte cadeau remplie de confiseries. Un autre geste de gentillesse sera une femme qui s' arrêtera en auto avec 2 jeunes enfants spécialement pour nous parler. Elle traduit sur son téléphone et on communique ainsi. Elle nous offre 2 limonades. 

Temple 61 à 64
Temple 61 à 64
Temple 61 à 64
Temple 61 à 64

Temple 61 à 64

Pour moi la récompense À la fin de la journée c'est quand je peux prendre un bon bain dans une onsen.  Je l'avoue, cela n'arrive pas tous les jours mais aujourd'hui c'est un grand jour. Quand j'arrive à l'onsen,  je m'apprête à me doucher avant d'entrer dans les bains mais les quelques dames qui sont déjà dans le bain me font des grands signes et je comprends non et que l'eau de la douche est froide.  Étant donné qu'on ne doit pas entrer dans le bain sans s' être lavé avant, devant mon hésitation,  les femmes me remplissent des bassins avec l'eau thermale pour que je puisse me laver. Une fois que j'ai compris je veux le faire moi même mais l'une d'elle continue à me remplir une bassine des que j'en ai une de vide. Malgré la barrière de la langue, on arrive à communiquer et on rigole ensemble. J'apprécie toutes ces attentions et cette gentillesse.

Onsen

Onsen

Les henro campeurs
Les henro campeurs
Les henro campeurs
Les henro campeurs

Les henro campeurs

Ce que j'aime dans notre pelerinage c'est qu'on ne sait jamais ce qu'on va trouver pour dormir.  On décide la veille ou en cours de journée l'endroit qui nous semble le mieux convenir en fonction des Km qu'on veut marcher et de c qui est accessible alentour.  et ensuite c'est la surprise.  Aujourdhui,  on est assez chanceux et en bonne compagnie.  Dans l'ensemble c'est dans la tente que je passe les meilleures nuits.

Repost 0
Published by Globetrotteuse - dans 2017 Shikoku
commenter cet article